Deathstars - The Perfect Cult - 13 / 20 Le 28/06/2014 à 22H00

Grand fan du groupe et vu en live en 2006, je dois avouer que je suis assez déçu par ce nouvel album. Aucune originalité, le groupe n'a pas su se remettre en question et propose un album très linéaire qui sans être mauvais est très (trop) prévisible... sans surprise, ils récitent une partition déjà pré-établie par le passé sans aucune prise de risque. J'en attendais peut-être trop après 5 ans d'absence.

Septicflesh - Titan - 19 / 20 Le 24/06/2014 à 20H34

Behemoth - The Satanist - 14 / 20 Le 05/02/2014 à 20H09

Je ne sais pas si j'ai toute légitimé pour juger cet album par rapport à la discographie complète du groupe puisque je ne connais véritablement que les deux/trois derniers albums.
J'aime beaucoup ce "The Satanist". Y rentrer n'a pas été évident, mais une fois appréhendée la complexité des compositions, il révèle de bonnes choses. Notamment la chanson "Ora Pro Nobis Lucifer" qui reste, pour moi, sa meilleur chanson.

Korn - The Paradigm Shift - 19 / 20 Le 10/10/2013 à 18H41

DevilDriver - Beast - 19 / 20 Le 17/04/2013 à 19H57

Je n'avais pas pris une telle claque depuis IOWA de Slipknot, 2001 ça date !

Cradle Of Filth - The Manticore & Other Horrors - 15 / 20 Le 10/11/2012 à 10H52

Un album complexe et dense mais plus accessible que le précédent. L'album manque de sa "Her Ghost in the Fog" ou "Death of Love", et également de mélodie envoutante ou même angoissante comme sur certains autres albums et qui aurait bien collée au thème de celui-ci... La voix de Danny est sacrément fatiguée.

Marilyn Manson - Born Villain - 14.5 / 20 Le 25/04/2012 à 13H34

Je pense que cet album va faire jaser... que Manson va encore se faire taper dessus... et plus que jamais...

Perso, je suis fan de Manson depuis maintenant 18 ans, j'ai suivi chaque album, chaque ère, chaque promo... et cet album me plait, ce n'est pas du grand Manson, juste celui d'un artiste qui vieillit, murit... comme moi... et ça me va... Bon album, un peu mou, mais sympa...

On sent un gros potentiel dans cet album, mais Il y a beaucoup d’imperfections c'est certain... notamment au niveau de la production... Des choix ont été fait et ne sont pas forcément les meilleurs à mon sens...
Après tant d'années de pratique, je me demande si Manson en lui même a vraiment du talent pour la musique. Il en a pour d'autres pratiques artistiques, c'est indéniable... Mais ne doit-il pas ses succès musicaux aux gens avec qui il a travaillé ? Trent Reznor, John 5, Tim Skold ? Je pense que pour redevenir musicalement celui qu'il était, il va lui falloir faire un gros travail d’introspection, ravaler son orgueil, son égo, et accepter de s'entourer de gens compétents...
Ce n'est que mon avis.

Korn - Korn III : Remember Who You Are - 18 / 20 Le 06/07/2010 à 12H10

KoRn revient aux sources, à ses sources propres et propose un album qui certes, leur ressemble mais qui est difficilement assimillable à un autre sorti par le passé. KoRn III ressemble à KoRn III.

L'album commence par une intro qui nous plonge dans une sorte d'ambiance un peu oppressante. Une personne qui parle sur fond de sirène d'alerte, accompagné par de légers accords de guitare qui renforcent un peu plus cette sensation étrange de malaise (même si ça aurait pu être poussé d'avantage). Un tout qui monte en puissance et nous emmène à Oildale [Leave Me Alone]. Cette seconde chanson nous plonge dans l'univers de ce nouvel album et ne nous laisse pas le choix. Déjà connu de tous depuis un moment il n'y a plus grand chose à dire surtout qu'à l'écoute entière de cet album, Oildale mais également Are You Ready To Live se révèlent peut-être comme les chansons les plus faibles de l'album.

On entre dans le vif, dans le brutal, le violent, le gras, le saccadé, la souffrance, la haine, la tristesse... avec Pop A Pill, et on n'en sort plus pendant tout le reste de l'album.
Chaque riff est d'une puissance incroyable appuyé par une basse omniprésente et imposante, relevée par une batterie brutale et précise. Le chant de Jon Davis retrouve toute sa perfection sans fanfreluche. Il passe sans aucun effort d'une voix profonde et gutturale (sans nous inonder de raclure de gorge comme sur Take A Look In The Mirror) remplie de haine, à une voix plus douce pleine d'émotion, de souffrance à complètement déjantée riant comme un fou sur Never Around...
La patte de Ross Robinson et là et bien là, et on ne peut que lui dire merci d'avoir ramené KoRn là où il les ramené. Il est, selon moi, LE seul producteur du groupe, le seul qui puisse les mener aussi près de ce qu'ils sont, avec autant de puissance et d'exactitude. Merci Ross
Enfin on pourra aussi féliciter Ray Luzier qui à parfaitement su trouver sa place

Je noterais cependant 3 petits reproches à cet album : (Sans encore avoir entendu les bonus tracks)

Les deux premières qui pour ma part m'ont vraiment déçu, et qui font que cet album rate le 20/20, le manque de scat et de cornemuse (même s'il y en a un peu en back dans le refrain de Lead The Parade)...
Ce sont deux des choses fondatrices du groupe (Twist et Shoot & Ladders entre autres) et on ne peut pas les ignorer ou les oublier quand on dit revenir à ses sources.

Troisième reproche (enfin plus constatation que reproche), trop de chansons sont construites sur le même plan. Intro - Premier couplet - Refrain - Second couplet - Refrain - Interlude musical + pétage de câble - Refrain chanté gentiment - Refrain - Fin
Pop a Pill, Fear is a place To leave, Move on, Lead the Parade, Never Around et les autres également mais avec une variante, sans intro ou sans reprise du refrain à la fin. Ce qui donne, malgré la volonté du retour aux sources etc, un côté trop répétitif, mais aussi trop propre et maîtrisé a ce nouvel album.

KoRn revient très fort en cette année 2010. Il nous livre un album à un bout de doigt de la perfection. Il nous offre leur meilleur album depuis Untouchables voir même peut-être pour les plus généreux, depuis toujours...

Marilyn Manson - The High End Of Low - 19 / 20 Le 07/05/2009 à 09H58

Manson revient avec un grand album digne de ce nom...

Un album très calme, posé, planant, principalement composé de balades, de magnifiques balades... Du grand Manson dans toute sa splendeur.

C'est comme ci Antichrist Superstar et Mechanical Animals avait un bébé....

Chimaira - The Infection - 18 / 20 Le 01/05/2009 à 18H24

Deux ans après la mutation "Resurrection", Chimaira revient avec un nouvel album, "The Infection". Comme l’avait laissé présager "Resurrection" et surtout les deux non-album bonus track « Kingdom of Heartaches » et « Paralysed », Chimaira revient avec un nouvel univers, certes moins survolté, mais plus posé beaucoup plus sombre, plus malsain et plus lourd que jamais, suivant ainsi l’évolution logique de leur musique, que cela plaise ou non.
Cet album avait pour volonté de se renouveler et de revenir à des choses plus ancienne qui ont fait la véritable identité du groupe de 1998 à 2003, tout en laissant aussi une bonne part à l’improvisation notamment au niveau de la pause du chant, largement improvisé par Mark Hunter.
Avec ce nouvel album, Chimaira se détache de cette mouvance Hardcore Metal US qu’ils on eux-mêmes créés avec des groupe comme Shadow Falls, Killswitch Engage, God Forbid ou encore Lamb of God, et par se détachement marque ainsi sa propre identité musicale et son style propre.
Là où Resurrection et Chimaira étaient des albums qui mettaient de grosses claques dans la gueule, The Infection est davantage une attaque cérébrale lente et vicieuse, ce qui ne veut pas dire pour autant que cet album n’est pas violent.

Tout commence par une petite intro comme Chimaira n’en avait pas fait depuis longtemps, et sa fait du bien, peut-être même une des meilleurs intro jamais entendu depuis longtemps, puis on plonge dans cette ambiance, glauque, noire, qui colle à la peau pendant plus d’une heure (bonus tracks comprise). Des riffs lourds, puissants et recherchés, une basse omniprésente, une batterie monstrueuse et de break en break se construit un album assez linaire dans son ensemble mais plein de nuance. Certains voient l’absence de solo comme un mal, mais en définitive cet album s’en passe largement, tant sa noirceur ne permet pas vraiment d’en intégrer dans chacune des compositions (tout de même 4 sur 13 malgré tout). Pas besoin de cela pour que les guitaristes prouvent qu’ils sont bons, Chimaira est un groupe dont la réputation des musiciens n’est plus à faire. Mark Hunter quant à lui utilise toutes les capacités de sa voix touchant à plusieurs registres de chant variant ainsi au maximum son interprétation, maitrisant mieux son organe et intégrant des growls death, entre autre. Chimaira impose une atmosphère bien portée par une production largement à la hauteur. La puissance du son favorise l'immersion, les samples et le clavier sont parfaitement intégrés, le chant est suffisamment mis en avant.
Enfin l’album se termine par une bonne surprise « The Heart of it All », balade progressive pullulant de changement de rythme, sorte de rédemption qui nous sort de cette infection, de cette ambiance glauque et noire, avant de replonger avec les bonus tracks…

Avec cet album Chimaira marque sa volonté de se démarquer de la scène metalcore, pour un métal proche d’un death mélodique altéré. Chimaira en ralentissant son rythme et en épurant son style sacrifiant les solos, nous entraîne dans les méandres d’un death mélodique sombre aux riffs lourds et aux atmosphères inquiétantes. Les dix titres qui composent « The Infection » sont relativement efficaces, comme c’est le cas d’ "Impending Doom" qui résume à elle seule magnifiquement l’ambiance malsaine de cet album.

Il est certain qu’avec cet album Chimaira risque de perdre bon nombre de ses fans hardcoreux attachés à "Chimaira" et "Resurrection", incapable d’évoluer avec le groupe et qui, pour la plupart, ne connaissent pas les premiers albums du groupe. Pour les autres, ils seront heureux de retrouver un Chimaira plus posé comme à leur début mais qui n’en oubli pas de ce nourrir de l’ambiance et de la puissance de leur deux derniers albums.
"The Infection" est en quelque sorte la synthèse de "Pass of out Existence" et "The Impossibility of Reason" additionné à la synthèse de "Chimaira" et "Resurrection".

Toutes les chansons sont à écouter, ainsi que les bonus tracks "Revenge", "Warpath" et une mention spéciale à la très fun "Convictions" (en duo avec je ne sais qui)...
Enfin les versions instrumentales des 10 chansons (présente dans la Fan Edition) sont elles aussi très intéressante et révèlent encore davantage le grand talent de compositeur de Chimaira.

Mudvayne - The New Game - 9 / 20 Le 25/11/2008 à 13H05

Quelques semaines avant la sortie de cet album, Mudvayne livré quelques chansons au compte goutte en révélant en tout 5 (sur 11 : « Dull Boy », « Do What You Do », « Fish Out Of Water », « Have It Your Way », « Never Enough ») et le premier mot qui venait à l’esprit à l’écoute de celle-ci était : « Déception »

L'album dans sa globalité n'est pas aussi catastrophique comme-ci le groupe n'avait volontairement pas révélé les « meilleurs » chansons dès le départ. Le tout n'est pas aussi décevant, mais pas convaincant non plus… Bien que ressemblant incontestablement à « Lost & Found » en plus chaleureux, cet album apporte quelque chose de nouveau mais trop timide, plutôt comme un mix des 3 premiers albums, qui se révèle dans des chansons comme « Dull Boy », « A New Game », « The Hate in Me », « We The People »... Quelques balades comme « Never Enough », « Scarlet Letter », qui reprennent les éléments comme celles des précédents albums mais qui malheureusement n'ont pas l'envergure d’une « World So Cold », ou « Goodbye » vers.2 (entre autre) et c'est bien dommage. Le reste est très voir trop proche de « Lost & Found » sonnant comme des b-sides perdues....

Musicalement, le groupe reprend tout ce qu'on pouvait entendre sur L&F. La basse de Ryan est plutôt absente alors qu'elle a fait leur succès et leur identité musicale. On notera l'arrivée de solo dans certaines chansons (chose qui n’était pas arrivé depuis « Kill I Oughtta »), niveau chant il est certain que Chad n'a plus la voix de ses 20 ans et qu'il tente de faire avec, misant sur le mélodique plutôt que le « hardcore » comme il le faisait avant, et la batterie a perdu ses prouesses techniques et devient une simple batterie d'accompagnement fadasse... Le tout donne quelque chose de mieux que prévu mais qui n'est quand même pas tiptaptop

Ce qui a fait la magie de ce groupe, c'est LD50, et depuis ils ont sus se renouveler à chaque fois et proposer quelque chose de nouveau qui fonctionnait bien que se soit sur « The End... » ou même "Lost & Found" qui n'était pas si mauvais en définitive. Ils ont su évoluer tout en restant constant dans leur évolution ... Cette fois ci « The New Game » qui porte un nom prometteur n'apporte pourtant rien de nouveau à un groupe qui avait un tel potentiel... « Qui avait » car aujourd'hui Mudvayne s'essouffle, agonise, et à l'heure où tous les fans espéraient un renouveau à la LD50, Mudvayne propose un nouvel album sans surprise, dans la lignée d’un mix de « Lost & Found » et « Hellyeah!» (Side Project de Chad et Greg), ce qui risque bien de lasser plus d'un...

The New Game est un album plus que passable dans son ensemble, mais qui reste quand même très décevant de la part du groupe. Mudvayne ne s'est vraiment pas foulé et c'est dommage. "The New Game" n'apporte aucun renouveau, rien qui ne fasse se dresser les poils sur les bras... Mudvayne tombe dans la facilité... Et au bout du compte perd son âme...

Il faut certes attendre la sortie de « Game Over » le 27 Juillet 2009 pour se forger un avis global sur se double album, mais ça ne laisse rien présager de bon…

Eths - Tératologie - 11 / 20 Le 05/10/2007 à 12H10

Bon album, suite logique de Soma, pas de grandes orignialités ni nouveautés (si ce n'est l'apparition nouvelle d'une double pédale). Les titres s'écoutent bien, mais ça ne casse pas des briques.

Korn - Untitled - 17.5 / 20 Le 20/07/2007 à 23H20

On pouvait craindre le pire avec un KoRn reduit à 3 depuis le départ (temporaire) de David, les albums sans grand intéret qui s'enchainent,la signature de cet "étrange" contrat, ect... Mais koRn rebondit et surprend encore là où on ne les attend pas. Untitled est un bon album, les 13 chansons sonnent bien, le temps de SYOTOS est révolu et heureusement. On retrouve un KoRn plus simple, plus intimiste, avec moins d'artifices. Ce n'est pas un retour aux sources non plus, mais les fans de la première heures seront plus convaincu par cet album que par les précédents, car on retrouve un peu de tout ce qui a fait le succés de korn depuis 1994.
Meilleur album depuis Untouchables sans aucun doute, Untitled nous mprouve que KoRn n'est pas encore tout à fait mort et qu'il reste encore une petite étincelle.
Prochain album KoRn KoveRs prévu pour la fin de l'année...

DevilDriver - The Last Kind Words - 19 / 20 Le 14/06/2007 à 14H20

Je n'était pas vraiment fan des deux premiers albums et décrochais assez rapidement. Mais à l'écoute de The Last Kind Words j'avoue que je suis sur le cul. Cette album est une déluge de puissance et de violence, dès la première chanson on en prend plein la geule et on est soufflé tout au long pendant les dix chansons restantes. Certainement le meilleur album de DevilDriver jusqu'à présent, mieux construit, plus aboutit, plus "mûr", le mixage est magnifique, les guitares, la baterie et surtout la basse, et enfin la voix de fafara (de plus en plus proche de Chad Grey période LD 50) . Album de l'année ?

à écouter : Clouds over California, Horn of Betrayal, Tirades of Truth

Otargos - Kinetic Zero - 19 / 20 Le 12/04/2007 à 13H34

très bon album, ça y est le groupe a atteint sa maturité et propose un Kinetic Zero d'un grande qualité...très bon album.

Static-X - Cannibal - 9 / 20 Le 28/03/2007 à 11H10

c'est quand même pas terrible... C'est tout la même chose, y'a pas vraiment d'originalité, les chansons s'enchainent et ne font que se ressembler, elles font en moyenne 3minutes mais on se lasse très vite...C'est plutôt dommage...

Dimmu Borgir - In Sorte Diaboli - 18.5 / 20 Le 24/02/2007 à 22H01

Nouvel album de Dimmu, nouveau son et 11 nouvelles chansons. In Sorte Diaboli est tout simplement incroyables. Ceux qui croyait que Death Cult Armaggedon et Progenies of the Great Apocalypse était LA référence du groupe, attendait d'entendre The Serpentine Offering (entre autre)...
On retourne aux sources pour ce nouvel album, dans un déluge de violence de riffs lourds et puissants et de quelques solos (sans plus). La présence de Hellhammer derrière les fûts apporte quelque chose de nouveau de non-négligeable. Que dire des magnifiques parties symphoniques entièrement crées par Mustis qui a réalisé un travail de fou pour remplacer l’orchestre symphonique par ses propres samples, qui donnent à cette album une profondeur, une noirceur, à la fois épique, goth satanique, romantique et émouvante.
Pendant une heure on s’en prend plein la tête et on en ressort complètement fou !!

Korn - MTV Unplugged - 13 / 20 Le 24/02/2007 à 11H58

L'adaptation en acoustique des musiques est très réussit, (même si parfois on se croirait entendre la BO de Super Mario ou Mars Attacks), en revanche il est dommage que Jon Davis n'est pas su/essayé d'adapter sa voix à ces versions en acoustique, ce qui gâche carrément certaines chansons, « heureusement » que Amy Lee et Robert Smith sont là sur Freak on a Leach et Make me Bad qui sont certainement les meilleures chansons de ce Unplugged sans oublier la reprise de Creep. Jon Davis disait qu’il avait viré Dirty parce qu’elle craignait…y’avais pas que celle-là…

Chimaira - Resurrection - 19 / 20 Le 12/01/2007 à 17H14

J'ai réussi à avoir l'album dans son intgralité, il est tout simplement merveilleux, déluge de puissance et de violence, très sombre, mais aussi des passages plutôt calmes, mélodiques qui ne sont pas sans rappeller les premiers albums, et aussi la référence à Metallica très présente (6 - Killing the Beast). Il comporte en réalité 13 chansons pour l'edition collector (12 - Kingdom Of Heartache 13 - Paralyzed), chacune est d'une telle intensité qu'on en ressort complètement abasourdie avec les oreilles qui bourdonnent... Une evolution qui signe un très bon nouvel album de Chimaira qui plaira aux fans.(il faut aussi noter le très bon travail de Andy Sneap, qui avait déjà mixé Thornography de Cradle)

Le dvd quant à lui ne contient pas de titre en live, ni de clip, mais un petit film d'environ 1 heure (je pense), réalisé par le groupe, mélange de making of de l'album est de pure trip de leur part, comme une sorte de Video Gag de et par Chimaira..c'est particulier...

Cradle Of Filth - Thornography - 17 / 20 Le 17/09/2006 à 22H23

Nymphetamine l'annonceait il y a 2 ans, il était très différent de ce que Cradle of Filth faisait jusqu'à présent. Après avoir fait dans le black métal pur durant les années 90 jusqu'en 2003 avec Damnation and a Day, depuis 2004, et la signature du contrat chez Roadrunner, Cradle Filth signe un renouveau dans son style musical abandonnant presque le black pour se ranger bien confortablement dans une sorte de métal extrême. Nymphetamine avait annoncé se changement en 2004, en 2006 Thornography le confirme.
Ce qui reste de Black dans tout ça, c'est la voix de Dani, qui elle ne bouge pas même si parfois on a l'impression qu'il force vraiment pour monter dans les aigues. Et quelques bons riffs. On surprendra même Dani à carrément chanter avec sa voix la plus claire (comme dans The Foetus Of A New Day Kicking) ce qui est assez surprenant mais qui ne choque pas non plus, au contraire il a une bonne voix et il chante vraiment bien.
Bref cet album confirme le renouveau de Cradle dans un style très métal limite indus parfois. Pour moi un pur bonheur, une grande réussite, un renouveau signé Cradle, des chansons incontournables, et une pure évolution dans le style. Rien à voir avec un Dusk and her Embrace, ou un Midian plus proche de Damnation and a day , cette album singulier est vraiment une pure réussite à mon goût, mais il en décevra plus d'un je pense...