Profil consulté : 587 fois.
245 commentaires
Site web :

Derniers commentaires (6 / 245)

Behemoth - I Loved You At Your Darkest - 18 / 20 Le 22/10/2018 à 11H14

Surprenant, original, inattendu, brutal... En contraste avec tous les autres efforts du groupe auparavant, mes polonais préférés nous prennent à contre pieds, 4 ans après le chef d'oeuvre The Satanist.

En effet, au lieu de tenter de "faire mieux", ou de "faire pareil" que sur l'album de 2014, ils ont préféré se renouveler pratiquement complètement. J'insiste sur le "pratiquement" car on retrouve toutefois (heureusement) certains éléments habituels de Behemoth comme une intro (bien qu'elle ne soit pas incroyable, j'y viens plus bas), des chansons ultra puissantes, du pur Behemoth quoi (Wolves of Siberia, Coagvla, Angel XIII par exemple). Du renouveau sur des titres comme les chants sur la géniale Bartzabel et Sabbath Mater, les parties de guitares acoustiques accompagnant des blast beat sur Ecclesia Diabolica Catholica, Havohej Pantocrator et Angel XIII, des chœurs d'enfants qui chantes sur Solve et God = Dog, des passages/ solo presque calmes ou jazzy (dites moi si je me trompe) sur Angelvs VIII ?!?

Bartzabel, Wolves of Siberia, God = Dog, Ecclesia Diabolica Catholica sont vraiment de très très bonnes chansons, vraiment du grand art!

Un des point faible de ce disque, car il y en a un ou deux tout de même, c'est déjà, pour moi, l'intro bien moins puissante ou grandiose que ce dont ils nous avaient habitué, mais à defaut d'être grandiose comme Diamonos ou Rome 64 CE. elle est originale! L'autre "point faible" est la chanson de clôture, non pas qu'elle soit mauvaise, au contraire, mais tout de même de loin pas aussi percutante et puissante qu'on pu être Lucifer ou O Father O Satan O Sun. Behemoth nous avait habitué à des finales de toute beauté! He puis ben en cherchant un peut j'en trouve pas forcément d'autre de défaut ou de point faible à ce disque...

J'ai lu quelque part je sais plus ou qu'un journaliste comparait cette transition entre The Satanist et I loved You At Your Darkest à ce que Slayer avait fait avec leur album South of Heaven, sorti deux ans après l'ultra efficace (et probablement le meilleur album Thrash de toute l'histoire n'ayons pas peur de le redire) Reign in Blood et qui avait plutôt surpris tout le monde, avec son tempo plus lent, qui fut certes une grande prise de risque, mais une prise de risque payante car South of Heaven fut une grande réussite pour Slayer. Ils évitèrent ainsi de se répéter album après album et pris tout le monde à contre pieds. Bref, tout ça pour dire que je suis d'accord avec cette analyse de I Loved You At Your Darkest.

Pour ce qui est de l'album de l'année, je pense que Behemoth à 2 prétendant au podium, car le live Messe Noir, sorti en Avril 2018, est tout simplement hallucinant de précision d'exécution, de classe et de violence. Et je terminerai par souligner que Nergal a retrouver toute sa splendeur de voix, qu'il avait un peu perdu temporairement suite à ses graves problèmes de santé.

Hail Behemoth, le meilleur groupe de metal au monde actuellement.

Cypress Hill - Elephants On Acid - 19 / 20 Le 08/10/2018 à 10H52

Cypress Hill, un de mes groupes préféré depuis... pfiou, depuis longtemps haha... Comment je l'attendais cet album, et quelle claque je me suis pris !!! Honnêtement, je ne pensais pas que j'allais autant apprécier ce disque ! Quelle joie ! Je m'explique vite fait...

Depuis l'album Rise Up, qui n’est pas mauvais en soi, mais qui est selon moi le moins bon album du groupe, Cypress Hill était un mastodonte endormi. Les membres du groupe ont tous des projets parallèles qu'ils ont fait passer avant Cypress Hill, en duo avec Rusko (putain quel daube cet EP) en solo, ou des projets tels que Prophets Of Rage et Powerflo. N'ayant pas forcément été très emballé par tout cela, y compris Prophets qui finalement a été sympa de voir en live, mais dont l'album n'est vraiment pas indispensable, je pensais vraiment qu'il y avait une chance que je sois déçu du résultat de ce nouvel album de Cypress Hill. Ce sentiment de peur n'était que renforcé en remarquant comment le rap à "évolué" de bien triste manière ces dernières années. Bien que certains groupes s'en sortent, la vaste majorité c'est juste, pardonnez- moi l'expression, de la grosse daube...

Bon et voilà que le jour fatidique arrive et que Cypress Hill sort son dernier effort. Elephants on Acid est un peu un retour aux sources dans le sens où le son général du disque, à une ou deux exceptions près, est dur pur hip hop old school. La nouveauté sur ce disque se trouvant sans doute dans les chants féminins (agréablement exécutés, bien intégrés et finalement bienvenus) qui n'étaient, auparavant, jamais intervenus dans la musique de Cypress Hill. Il n’y pas de rock, pas de metal, pas de cha- cha- cha latino, pas de reggae, bref pas de chichi. Non, Elephant on Acid is strickly hardcore Hip Hop. Je n’aime pas forcément comparer des disques qui ont des années de différences, peu importe les groupes, car la musique n’est plus la même que dans les années 90. Mais il est vrai qu’il y a un peu de Temple of Boom qui hante ce superbe album. Hanté, je pense que le terme est juste, hanté par ces interludes géniaux et complétement essentiels, de la marque de fabrique Cypress Hill. Mais Elephant on Acid n’est pas Temple of Boom…

Et quel bonheur ce fut pour moi d'entendre ces premières secondes d'intro poussiéreuses dont seul Cypress Hill en ont le secret ! Et quelle parfaite introduction au premier titre et un des meilleurs du disque Band of Gypsies. Les chants arabes ont un rendu juste parfait ! L'album enchaîne les sons old school teintés d'ambiances moyennes orientales, de sons de vinyles qui crépitent et des beats ultra lourds comme sur Pass the Knife, Locos, Put Em in the Ground, Insane OG ou encore Warlord. Elephant on Acid c’est un trip (et au LSD, aux champi, mais pas au bédo bon sang !), un trip qui part en bad à certain moment (Through the Rabbit Hole, Muggs Is Dead, Locos, Put Em in the Ground, Refeer Man) et à certain moment c’est le high (LSD, Crazy, Oh Na Na, Stairway to Heaven) …

Cypress Hill n'oublie jamais son côté humoristique légendaire, comme toujours dans leur carrière, ils aiment déconnés les amis ricains (on se souvient avec plaisir des Funky Cypress Hill Shit, Insane In the Brain, Dr Greenthumb etc). Ici, c’est avec Crazy et Oh Na Na, ouais bon le titre est peut- être un peu ringard, la chanson n’en est pas moins excellente ! Je soulignerai encore le fait que Cypress Hill sonne comme Cypress Hill, ils ne ressemblent à aucun autre groupe, même après 30 ans de carrière, ils continuent à nous enfumer, à nous fasciner, à nous surprendre avec un son mythique qui leur est propre. A contre sens du mouvement Hip Hop actuel, tout en étant du pur Hip Hop, du vrai Hip Hop, le seul Hip Hop !

Quelques infos concernant l'enregistrement, c’est le premier album depuis Stoned Riders (2001) entièrement produit par DJ Muggs. Il n'y a eu qu'un seul sample utilisé dans tout l'album (du groupe japonais Hiroshima), autrement toute la musique a été jouées par DJ Muggs et différents artistes Hip Hop, ainsi que des partitions de musiciens de rue égyptiens enregistré par DJ Muggs lors d'un séjour là- bas.

Album de l’année ? Mouais, pas forcément pour un site comme Metalorgie (car on parle ici d’un album de Hip Hop), mais pour moi, sur Metalorgie, oui, ou en tout cas en attendant d’entendre le nouveau Behemoth.

Sylosis - Edge Of The Earth - 15 / 20 Le 10/09/2018 à 11H28

J'aime bien cet album, belle énergie et quelques riffs qui sont diablement efficaces! Belle petite claque!

Scars On Broadway - Dictator - 10 / 20 Le 14/08/2018 à 08H20

Bah, je ne trouve pas ce disque meilleur que le premier effort de Scars on Broadway... En fait je crois même que le premier me plait à peine plus, bien que je le trouve très limité également. Cela dit ça reste assez mou, lassant et répétitif. Et puis ben je vais pas trop m'étaler la dessus mais bon le titre de l'album Dictator, ainsi que certains titres de chansons (Fuck and Kill Sickening Wars par ex.)... mouais... un peu fastoche, un peu prout prout... Si c'est sensé être contestataire ou politiquement engagé, ben c'est fait de manière très maladroite et naïve pour moi...

Par contre j'applaudis le fait d'avoir repris les légendaires Skinny Puppy! Tiens d'ailleurs je vais écouter Dig It!

Voilà, bof bof...

Nine Inch Nails - Bad Witch - 11 / 20 Le 02/07/2018 à 09H58

Insane Clown Posse - Mutilation Mix - 19 / 20 Le 30/05/2018 à 08H45

What's the shit about this greatest hits, you motherfuckers never had no hits?

Sorti juste avant leur album culte The Great Milneko, cet album propose 30 pistes, parmi les "meilleures" du duo. Idéal pour découvrir le groupe à ses débuts... On y retrouve avec grande joie les "classiques" Cemetary Girl, Chicken Hunting, Wagon Wagon, Dead Body Man ou encore 3 Rings et les très poétiques I Stuck Her With my Wang, Superballs ou Cotton Candy... Non, franchement, c'est frais!

Voir la suite