Sufjan Stevens - The Age of Adz - 16.5 / 20 Le 21/05/2015 à 08H56

Sufjan Stevens - Illinois - 18 / 20 Le 21/05/2015 à 08H56

Soen - Tellurian - 14.5 / 20 Le 28/01/2015 à 08H37

Mastodon - Once More Round The Sun - 16.5 / 20 Le 15/01/2015 à 08H43

Fallujah - The Flesh Prevails - 15 / 20 Le 15/01/2015 à 08H42

Panopticon - Roads To The North - 17 / 20 Le 21/11/2014 à 10H33

Panopticon, c'est un one man band tout comme Saor (écoutez son Aura qui est sorti lui aussi en 2014). En tout cas, le style est sensiblement identique. C'est un melting Pot de plusieurs influences qui sentent bon la Nature et les vastes plaines Américaines. Si je devais utiliser le technique, c'est du Black atmosphérique avec un gros côté Folk. Le côté épique est omniprésent, l'artwork est très représentatif en fait. On retrouve une petite touche Post Rock sur certaines pistes (Norwegian Nights).

Pour moi, le gros plus c'est le Bluegrass qui est assez marqué sur certaines pistes. Le Bluegrass, c'est un style de musique proche de la Country qui sort tout droit du Kentucky (qui est l'état d'origine du Monsieur). C'est pratiqué à grands coups de Banjos et de mandolines. Et il est très bien intégré et se fond parfaitement bien avec la musique. Les instrumentations sont superbes et nombreuses et te font sans peine voyager.

La production assez bonne mais je trouve que la voix est trop basse dans le mix. La qualité globale est bonne sur tout l'album, il n'y a pas de baisse de régime. Alors par contre, on retrouve des riffs très Mélodeath qui sentent bon le manque d'imagination (la piste d'ouverture par exemple). Ce petit défaut vient atténuer le ressenti global.

Mais je suis obligé de tirer mon chapeau à ce mec qui sort un album (tout seul qui plus est) de Black Metal que je peux écouter de bout en bout et recommencer !

The Contortionist - Intrinsic - 15 / 20 Le 09/07/2014 à 09H25

Born Of Osiris - Tomorrow We Die ∆live - 10.5 / 20 Le 22/04/2014 à 10H47

After The Burial - Wolves Within - 16 / 20 Le 23/01/2014 à 11H44

Pas trop du même que mes compères. C'est un bon album quand on le compare au sans-couilles et insipide In Dreams. Certes, certaines compos ressortent plus que d'autres mais globalement, j'ai retrouvé le son que je voulais. Du Djent, les solos/leads bien Shred (karijm a tout bon avec la comparaison Becker-Vai) et Nick Wellner le chanteur déboite tout. Par contre la prod est une catastrophe, le son des guitares est un peu dégueulasse, trop compressé.

After The Burial - In Dreams - 12 / 20 Le 23/01/2014 à 11H38

Revocation - Revocation - 17 / 20 Le 15/01/2014 à 13H27

Evile - Skull - 17 / 20 Le 15/01/2014 à 13H27

Tribulation - The Formulas Of Death - 17 / 20 Le 15/01/2014 à 13H25

Tribulation, c’est un groupe suédois de swedish Death Metal bien old-school. Ils ont sorti en 2009 The Horror, petite brulôt de 35 mins. Avec The Formulas of Death, le groupe change son fusil d’épaule de manière drastique.

Tribulation a tenté la voie de l’expérimentation. Ils ont mélangés leur musique habituel avec des mélodies et des riffs Black et un côté Rock 70’s bien psyché. Le résultat est assez original et je trouve globalement que la musique est assez captivante. On a des passages psych bien travaillés (Vagina Dentata suivi de Wanderer In the Outer Darkness, quel début !). Les guitares ont une grosse parts aussi, on a de longs passages instrumentaux. On retrouve aussi l’utilisation d’un synthé discret mais bien utilisé (Apparitions).

La composition est assez simple notamment dans les riffs. Mais c’est vraiment l’ensemble avec cet ambiance mystique qui fait le truc. Avec cet composition simpliste, on peut trouver l’album assez long. Et oui, il y a bien une baisse de niveau au milieu de l’album (Rånda et When The Sky Is Black With Devils).

Pour conclure, j’ai vraiment le sentiment que le groupe a ouvert la voie à un nouveau type de Death. Certes c’est encore un peu trop immature et on peut noter ici et là quelques moments longuets mais le groupe va certainement réussir son pari avec le prochain qui s’annonce vraiment chouette.

Protest The Hero - Volition - 18.5 / 20 Le 15/01/2014 à 13H21

L'album fait par les fans pour les fans. C'est clairement comme ça que je l'ai pris avec l'écoute de cet album. C'est leur plus inaccessible pour ceux qui sont non familier avec le groupe. Mais pour les fans, c'est juste grandiose. Tout y est en fait, ils pouvaient faire aussi bien que Scurillous mais ils ont fait mieux.

Le titre de l'album est évocateur. Il résume un peu les dernière péripéties de Protest The Hero. La volonté de s'éloigner des maisons de disques, la campagne Indiegogo qui se lance (j'attends encore mon stuff d'ailleurs), et qui cartonne tout. S'en suit teasers, clips bien marrant comme toujours, et l'album arrive. Après téléchargement dudit album sur leur site (avec la langue français dispo pas mal), les première écoutes furent assez confuses. C'est en fait toujours la même chose : leur musique déboussole au début, nécessitant pas mal de concentration. Mais une fois le cap passé, tu arrives à faire le point et te dire que c'est l'album de l'année en fait (en Metal).

Prenez la nervosité et la violence de Fortress, la côté foufou et post-hardcore/punk de Kezia et les guitares ainsi que les paroles de Scurillous et c'est ça. Enfin à peu près parce que limiter l'album à ces quelques caractéristiques seraient un poil rapide. Déjà, je trouve que le duo Hoskin/Millar sort une copie plus aboutie qu'auparavant. C'est un peu too-much mais j'adore. Plein de leads et de passages instrumentaux, tout ce qui définit leur travail mais en plus marqué. Le niveau technique augmente ainsi que la musicalité : c'est tout bénef !

Rody Walker hausse aussi son niveau. Il se remet à crier et c'est bien plus contrôlé que sur Fortress. Il a toujours ses envolées dans les aiguës accompagnés de guitares virevoltantes qui fonctionnent super bien (Animal Bones). Les guests vocaux issus de la campagne de crowfunding (sur A Life Embossed et Skies) apportent vraiment quelque chose surtout sur A Life Embossed. L'absence de Carlson à la batterie se fait un peu sentir. On ne retrouve pas le feeling ou les beats Punks que pouvait avoir Moe. Bon son remplacant c'est pas une bille évidemment (Adler de Lamb Of God) mais son style carré et la surabondance de doubles sur certains morceaux peut porter préjudice à l'écoute.

Le gros point positif de l'album, c'est ce sentiment de félicité qui s'empare de toi quand tu écoutes l'album. C'est frais, t'as le smile tout le long. La thérapie du bonheur en musique quoi ! Quand tu vois que les grosses sorties Metal de l'année sont Gorguts et Ulcerate (entre autres), aka le désespoir et la noirceur en 2 albums (écoutez-les vous allez voir), ça fait plaisir de voir que le Metal n'est pas une musique uniquement centré sur la tristesse/noirceur/destruction/anti-religion (enfin bref les poncifs habituels).

L'album de l'année est là et franchement je ne croyais pas au gaufrage. J'étais pratiquement sur que l'album serait au moins du calibre de Scurillous. Protest The Hero est au sommet de leur art, c'est mature et imparable : c'est le "peak" pour eux. Reste plus qu'à les voir en concert mais en France pour moi, c'est mal barré (pas de date à Lyon PUTAIN).

Kylesa - Ultraviolet - 11 / 20 Le 15/01/2014 à 13H09

The Ocean - Pelagial - 14.5 / 20 Le 15/01/2014 à 13H09

Clutch - Earth Rocker - 14 / 20 Le 15/01/2014 à 13H08

Tesseract - Altered State - 18.5 / 20 Le 15/01/2014 à 12H09

Soilwork - The Living Infinite - 15 / 20 Le 15/01/2014 à 12H09

Le début d'année est déjà bien avancé et je commence les chroniques 2013 avec la machine Soilwork. Bon je connais uniquement les premiers albums du groupe, plus particulièrement ceux considérés comme les must have : Natural Born Chaos et A predator's portrait. Mais l'annonce du premier double album dans l'histoire du Death mélodique a fait son effet auprès de la sphère Metal dont moi.

Le Death Melo se doit, pour moi, d'être super efficace, des riffs mémorisables et une voix qui assure tant bien en clair qu'en growl. Avec Soilwork, toutes les conditions sont réunies pour avoir un super album. Enfin ça c'est avec leur maître compositeur M. Wichers. Apparemment, la grosse incertitude repose sur lui. Soilwork peut-il faire un bon (double) album sans leur atout principal ?

Selon moi, la réponse est oui. C'est mon avis, pas celui du fan hardcore du groupe mais d'un casu du Death Melo. Le groupe fait de tout, du calme comme du speed, de l'énervé comme du mélancolique. D'ailleurs, on voit bien que chaque album de cette doublette a ses caractéristiques propre (c’est pas des différences marquées mais ça s’entend).

Parlons du premier pour commencer. C'est le plus efficace, le plus tubesque. Les titres fusent vite, les compositions sont efficaces et construites avec plusieurs similitudes. On a généralement un refrain bien catchy avec un peu de voix claire (This momentary bliss), des riffs mélodiques assez variés et les solis qui vont bien. Un petit mot sur lui, le Belge fou et encore à la hauteur de sa réputation. C'est assez dur d'avoir un avis tranché c'est bien travaillé mais on sent que le groupe est un peu en roue libre, Soilwork récite son Metal sans trop de surprises.

Passons à la 2ème partie qui est pour moi la meilleure. Le groupe ralentit le tempo sur certains morceaux comme Drowning Silence. On retrouve toujours des gros morceaux typiques comme Long Live The Misanthrope. La seule “expérimentation” c’est Owls Predict, Oracles Stand Guard qui sonne tout à fait inhabituel pour Soilwork.

En gros noob de Soilwork, l’album m’a bien plu. Les fans ont l’air contents vu l’engouement. Mais je pose une réserve concernant la durée de l’album. Je doute que je le réecouterai en fin d’année, à voir.

Queens Of The Stone Age - Like Clockwork - 15.5 / 20 Le 15/01/2014 à 12H08