Earthless - Rhythms from a Cosmic Sky - 18.5 / 20 Le 03/03/2012 à 16H01

C'est ça le jam : la fusion inconditionnelle du groupe, des instruments, des musiciens et de leur intentions pour former une entité vivante, mouvante et dynamique.
C'est splendide.

Maserati - Inventions for the New Season - 18 / 20 Le 02/02/2011 à 21H51

À la hauteur d'un Australasia de Pelican, ce "Invention for a New Season" est à l'égal de son titre grandiloquant et mystique.
Frénésie certes mais bien échellonnée sur un mouvement progressif et abstrait qui tend à l'appaiser. Il demeure néanmoins des points anguleux qui accentuent cette colère rougeoyante et polymorphe, des phases quasi statiques de dénuement extrême, comme sur l'interlude éléctro "This is the sigh we had one day from the high mountain" qui vient briser et restructurer l'élan initial. De ce chaos régénérateur émannent des effluves puissantes, à l'image d'une onde de choc qui se propage à travers vos tympans.

Mbref,ultra recommandable à qui aime les nappes progressives et les fumées cannabïques.

Bongripper - Satan Worshipping Doom - 17.5 / 20 Le 03/01/2011 à 19H11

Cet album recèle de moments de grâce monumentaux.
Certainement à 3000 lieux de Eve dans sa structure, il ne s'en rapproche pas moins par sa qualité. Hypnotisant et très diversifié, les transitions passent secrètement sous votre nez et voilà que vous partez d'un riff black metal à un thème sludge bien gras en passant par le postcore et le stoner : Satan ; mon morceau favori.
Mais le tout reste extrêmement fiable et cohérent. Et c'est là la force de cet album : transmettre des émotions au registres très variés de façon homogène et discrète. Sans compter sur la prod irréprochable et l'artwork sur le thème " Lucifer sous acide " d'un délicieux mauvais gout.

Goatsnake - Flower Of Disease - 18 / 20 Le 15/12/2010 à 20H55

Un monument du stoner. (presque) à la hauteur d'un Sky Valley en plus sombre, plus doomesque aussi. Mais le même groove originel, sabbathien et transcendant.
La voix de Pete Stahl mêle un gros feeling Bluesy et la hauteur, le macabre d'un Ozzy Osbourne.
Le tout est bien entendu du gras respectable qu'on attend d'un groupe de stoner, mais ici une poisse imposante, ample et humble, aux antipode du sludge crasseux d'un Bongzilla ou d'un Weedeater.

Ufomammut - Eve - 18 / 20 Le 11/11/2010 à 11H33

Patience, patience. Cet album se découvre et se dévoile à la condition sine qua non suivante :
La posture de l'auditeur ne doit pas être expectative, mais méditative. On ne comprendra jamais cet album si on se bute à rechercher - et attendre à la manière du Chien qui trépigne d'impatience avant de dévorer sa gamelle - les volutes sonores déjà écumées sur les albums précédents. Et je les comprends ceux qui attendent, ceux qui veulent bouffer du lourd, mais patience.
Patience et le plaisir n'en sera que grandit, porté sur des cimes durement arpentées d'une montagne pachydermique où la semblante régularité de la courbe cache une inclinaison toujours plus abrupte et violente. Tout est là, dans la découverte effrayante et déconcertante d'une explosion de fureur maitrisée et grandiloquente, qu'on pensait à tort - dans notre naïveté boulimique - étouffée par le précédent opus. Patience, écoutez, et ne vous morfondez pas dans cette attente languissante et destructrice.
Seule l'Attente (à tort traduit "espérance") fut restée prisonnière de la boite de Pandore. Alors n'allez pas rouvrir la boite, ce serait un gâchis déplorable.

Colour Haze - All - 17.5 / 20 Le 20/03/2010 à 13H10

Un très bel album de rock psyché ; on entend les sonorité stoner avec une basse confortablement positionnée et une alternance entre balades hallucinées et montées groovy surpuissantes.
Ce groupe est une petite perle dont tout amateur de rock se doit de découvrir.

Burzum - Belus - 17.5 / 20 Le 17/03/2010 à 21H16

Le retour d'un artiste culte sur le devant de la scène doit évidemment affronter l'épreuve du temps, et par dessus tout le mythe de l'âge d'or décadent dont de nombreuses formations font les frais.

Burzum a conservé clairement son identité. Guitares rapides, mélodies répétitives, grâce de la nuance et de l'imperceptible variation, minimalisme et incantations.
Mais de nombreux changements apparaissent. D'abords évidents : la production est plus claire, le synthé tend à disparaitre et laisse place aux guitares, qui n'hésitent plus à explorer la subtilité d'une mélodie ineffable.
Le changement vocal est évident. Dans le fond, Varg utilise beaucoup plus de tons clairs (notamment sur Glemselens Elv, morceau splendide), qu'il double souvent d'un chant pur black, et avec grand succès. Dans la forme, la voix est beaucoup moins trafiquée, elle est quasiment brute. Plus subrepticement ensuite, vient l'impression globale de l'ouverture spirituelle. Varg explore le folklore paneuropéen au travers de l'emblématique Belus, divinité de la lumière.
Ce qui frappe, après plusieurs écoutes, c'est l'aspect solennel de cette oeuvre. Si on retrouve l'auteur dans le sillon d'un Filosofem ou d'un Hvis Lyset Tar Oss, la couleur de l'album est moins pessimiste. Empreinte d'une recherche de sens, elle ne se positionne plus dans une suite de lamentations exaltées et violentes. La violence donc, toujours présente dans la voix de Vikernes, semble systématiquement contrecarrée par - ou bien une mélodie tantôt épique (Kaimadalthas' Nedstigning), tantôt à la frange de l'optimisme (Belus' Tilbakekomst), ou bien un chant clair et gutural, comme si dans la pierre Varg avait gravé ses lettres de sagesses.
Cette dichotomie pourra déplaire à certains, qui trouverons que Burzum a perdu de sa cohérence.

Je fais parti de ceux qui ont été très agréablement surpris par le retour de Varg, qu'on ne devrait même pas placer dans les groupes de black culte puisqu'il ne revendique plus cette étiquette.

Je pense qu'avec le recul, cet album percevra sont lot de prestige.

Kylesa - Static Tensions - 17.5 / 20 Le 09/03/2010 à 11H57

Découvert ce groupe assez récemment. Les deux batteries apportent un rebond régulier à la rythmique des géorgiens ; un roulement psychédélique très agréable. Les deux voix scandées et naturelles, délivrées de tout archétype musical, offrent un contraste féminin/masculin d'une rare beauté.
Enfin musicalement parlant, les influences sont multiples mais pas envahissantes, l'album reste cohérent ; l'épaisseur du son me fait penser à Electric Wizard, aucune idée si c'est pertinent...
Ravi en tout cas de cette découverte

Ghost Brigade - Isolation Songs - 18 / 20 Le 09/02/2010 à 16H00

Quelle surprise!
J'ai acheté cet opus chez un disquaire du coin, qui a l'excellente initiative d'importer des artistes figurant à la prog' du hellfest, et je me suis laissé tenter.

Quelle baffe! Des riffs d'une puissance monolithique (suffocation, Architecht of the new begining) rappelant le doom ; une voix postcore, mais tout de même grasse et rocailleuse ; des passages progressifs enivrants, qui évoquent facilement un Isis voire un Cult of Luna...
Le mélange est très surprenant, mais sans aucun doute novateur et percutant.
N'hésitez franchement pas, et ne les loupez pas au hellfest!

Code - Resplendent Grotesque - 19 / 20 Le 23/01/2010 à 17H22

Une nouvelle porte ouverte vers le post black ; l'expérimentation atteint ici une beauté et une sensibilité hallucinante!
C'est pour moi une véritable révélation musicale, j'espère très sincèrement qu'ils passeront en France un de ces 4, et pourquoi pas à Clisson^^?

Kyuss - Welcome To Sky Valley - 19.5 / 20 Le 06/10/2009 à 11H01

Cet album est d'une intensité époustouflante. J'ai découvert le groupe récemment, et je chavire à chaque écoute, cédant sous le poids des compositions et la richesse musicale qui les agrémente. Rock, Blues, et un gros son de basse forment les trois piliés de cet album. L'album culte du stoner (avec, à mon humble avis, Sleep's Holy Mountain de sleep)

EDIT : excellente chro' Jokito!

Sleep - Sleep's Holy Mountain - 19 / 20 Le 02/10/2009 à 10H36

Un gros classique du stoner doom! Envoutant et dynamique, ce disque est une pure merveille d'inventivité et de puissance réservée. Les lignes de bass vous donnent un putain de swing, l'ensemble est très bien dosé.

Un petit artefact

Immortal - All Shall Fall - 16 / 20 Le 28/09/2009 à 09H00

From Those northern lands they came
They went afar from our world
Permafrost had sharpen their skin and their hair
They were the Kings of Black Metal !
And now they’re back again,
Edges of black knob proudly knocked in the frost
They’re coming afar from our world
And the four black horseman truly say :
All Shall Fall
But they certainly didn’t fall, them.