Albums du moment
Pochette Eternal Blue
Pochette Celestial Blues
Pochette Glow On Pochette Wildhund
Chroniques
Pochette Time Bends
Pochette Nurture
Pochette Against All Odds
Pochette Extinction
Pochette Death Routines

Eurockéennes de Belfort 2005 - Samedi 2 juillet 01/02/03 juillet 2005 à Belfort

Le 02 juillet  2005 :

16h40 : la journe commence avec les amricains Cake qui nont apparemment pas trs bonne rputation. On entend a et l des remarques sur leurs prestations scniques avant mme le dbut des hostilits. Cest pourtant ds les premires notes que frappe lvidence : a joue et a joue mme mchant. Les titres sont pchus, pleins de groove et entranants. Cake nous dlivre quelques titres blues rock raps sur un basse batterie irrprochable. On a mme droit une bizarrerie country qui nest pas sans rappeler les culs tremps (avis aux inconditionnels de O Brother). Le son est bon, le volume sonore reposant si vous aviez fini la veille sur NIN et les Chemical ; lexcution irrprochable dun bout lautre. Cot ambiance, le public sest laiss tent aprs les multiples tentatives du chanteur pour susciter une raction : Je comprends maintenant pourquoi vous vous laissez dominer par les Etats-Unis : vous tes des petites natures Rires. Appels la rvolte, la reprise nergiques des refrains ; Cake sait parler aux franais. Quoi quil en soit, le groupe ne sest pas laiss dstabiliser par la raction du public sans doute moyenne compare ce quoi il est habitu sur ses terres. A voir !

17h30 : du ct de la Loggia cest Torm qui sy colle (jeunes talents). On les dcrit comme des extra-terrestres ce qui se confirme vite : le guitariste et le bassiste arborent un costume de paillettes style annes 70, le batteur est un vritable viking, quant au clavier, cest sauce Cat Woman. Sans parole, le groupe passe sans complexe de la jungle, au punk, la musette, au rock, la country, trash metal, jazz le tout en 2n minutes ! Le public danse, mais on ne sait pas vraiment sur quel pied. Sur scne lambiance est survolte  (une enceinte prend mme feu). Etrange.

18h30 : confrence de Cake. Nous sommes lheure mais la discussion est dj entame. Nous aurons la confirmation plus tard que le planning de confrences de presse est assez free-style. Les questions tournent plutt technique. On parle des compos, de guitares, de ligne de basse dans une ambiance trs pose : canaps, bires Si le guitariste semble profondment ennuy, le chanteur est lui, trs bavard (coupe la parole et rpond la place des autres). On apprendra que Cake na pas de rfrence musicale exclusive ; les membres ncoutent pas forcment les mmes groupes et ne se cantonnent pas aux nouveauts des six derniers mois. Seul point commun tous : ZZ Top !

19h15 : le chapiteau gronde, les fans arrivent par flots, les premiers riffs sont vocateurs, Eths entre en scne. Comme son habitude, le groupe nous pose un set ravageur bien rod, mme pas dcontenancs par la foule et limportance de lvnement. Au contraire, Candice semble au mieux de sa forme et arbore lassurance des groupes. Sur scne, la mobilit et le secouage de ttes sont de rigueur. Sur le bruitomtre (de 0 10), Eths est 15. Les rythmes sont syncops, violents et les titres de Samantha ne sont pas laisss de cot. De quoi satisfaire tous les amateurs de ce groupe dsormais incontournable dans le paysage mtal franais.

20h30 : un faux Ben Stiller dans un groupe dont le nom vient dune marque de couteaux japonais vendus au tl achat : je parle bien videmment du groupe belge qui monte, monte : Ghinzu. Les bonhommes connaissent le public franais et le frontman se permet mme quelques familiarits. Lambiance est la dcontraction ; le set, lui, oscille entre riffs incisifs et ballades piano. A noter au final lescalade du synthtiseur par Ben Stiller qui ntait avant cela pas lheure de danses tribales bizarrodes dont lui seul le secret. Seule ombre au tableau : luvre dun technicien malhabile qui dclenche un gingle Europe 2 Live en pleine intro dune douceur au piano.

21h30 : arrive la confrence de presse de Eths dj presque finie alors quencore une fois nous sommes lheure. Les marseillais sont encore tout excits de leur concert et reviennent peine de se qui vient de leur arriver. Leffervescence est son paroxysme si bien que lon comprend peine les questions, encore moins les rponses tant les membres ont du mal se partager le temps de parole. Le tout est agrment de bataille de bouchons et autres projectiles. Une vraie colonie de vacances o lon apprendra seulement que limplantation dun groupe de mtal Marseille est difficile. En revanche, la plantation dherbe nest pas en reste : on a mme droit une sance de travaux pratiques !

21h40 : Nosfell + Ez3kiel entrent en scne. On retrouve les titres du dernier Ez3kiel accompagns de la guitare et du chant de Nosfell. Les mlodies chauffent bloc et le son est trs grave. Dailleurs les voix et la batterie (trop faiblarde) se perdent un peu dans les nappes et les rverbes. La basse couvre un peu la batterie mais le tout demeure harmonieux.  On aura droit une reprise de Im afraid of americans de Trent Reznor et David Bowie. Le temps est ensuite aux impressionnantes acclamations du public qui applaudira sans relche une bonne demi-heure mais sans succs : ils sont dj partis.

22h40 : Tom Vek se produit la plage. Quatuor tout fait classique, il sait toutefois se faire original avec 2 basses, un clavier et une batterie. Tom Vek rgale la plage et se rvle bon artiste : affaire suivre de prs.

23h45 : les chroniques Bumcello cest le violoncelliste et le batteur de M. Enfin, violoncelliste, humhum, parfois son violoncelle sonne plutt comme une guitare. Le principe de cette scne : on part sur un riff de batterie ou de violoncelle utilis comme contre basse. On en sample les boucles et on ajoute a et l Chocolate Genius (guitariste) et la superbe voix de Susheela Raman. Purement divin !

00h45 : au milieu des ordures saccumulant, les poubelles (Garbage en anglais) font leur apparition. Notre lgre apprhension est vite dissipe par la patate et la grande politesse de Shirley Manson dont la jupe franges gardera secret ses charmes interdits. Trs laise, la chanteuse sattire la sympathie du public, non sans laide de ses acolytes pour le moins bien rods. Entre deux phrases de remerciements en franais, Shirley prend mme le temps de sinquiter de notre sant. Le show est merveilleusement bien ficel : on retrouve les clbres Stupid Girl, Push It, I Think Im paranod et dautres anciens tubes ainsi que quelques nouveauts pchues : Why do you love me ? Le public est servi comme un roi tel point que les acclamations auront un effet inespr : deux titres de rappel dune pche ne pas avoir envie daller se coucher. Quelle soire !

Dawa (Juillet 2005)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment