Albums du moment
Pochette Street Heat
Pochette Necroceros Pochette Vivre Encore
Chroniques
Pochette Tonic Immobility
Pochette animus
Pochette W Śnialni
Pochette I
Pochette Silent Running

Kadavar, Coffin On Tyres, Watertank le 15/04/13 - Nantes (le Ferrailleur)

Kadavar, Watertank, Coffin On Tyres. En voilà une belle affiche placée sous le signe du Rock with balls, annoncée en ce début d'avril à Nantes pour fêter l'arrivée du printemps. Trois groupes tous différents dans leur genre, mais la même envie de pousser les potards à 11, faire griller les amplis et célébrer les chaudes vibrations qui nous font inévitablement hocher de la tête et taper du pied en rythme.

 Les premiers à faire parler leurs grosses guitares sont Watertank, de retour avec un nouvel album dans leur besace, Sleepwalkers. C'est aussi trois ans plus tard que je reprends contact avec ce groupe fort discret, malgré un sacré potentiel pour te siffler une musique lourde et groovy par derrière les oreilles. D'ailleurs, les sifflements perdurent depuis leur apparition au Metalorgiefest 2009. J'ai encore en mémoire un volume sonore inhumain. Cette fois-ci, les nantais vont la jouer plus réglo, mais pas moins bruyant avec un Heavy Rock fondu au Post-Hardcore à moins que se ne soit l'inverse. Et les gars savent visiblement très bien s'y prendre en jouant un paquet de très bon riffs, une pointe de mélodie gardée sous le coude et des rythmiques imparables. Ajoutes à ça une basse ronflante, un son propre et surtout qu'une efficacité immédiate et de tous les instants. Je reconnais quelques passages avec 2/3 brèves écoute de l'album qu'on avait diffusé sur le site. Ca déconne un maximum entre les morceaux, leur reprise de Genesis (ahah) est quand même largement moins chiante que l'originale. Seul défaut à mon sens, le chant manque de justesse en comparaison de l'album, mais le rendu de Sleepwalkers sur scène est tout à fait satisfaisant.

30 minutes après une très bonne mise en jambe, Watertank laisse la place au groupe de Stoner parisien, Coffin On Tyres qui nous présentera son premier et unique album Red. Le thermomètre va monter d'un cran avec ces rejetons de Karma To Burn qui pratiquent un stoner pas franchement original (vu le genre, on leur pardonne) et plutôt bien ficelé. Alors oui, ça joue bien, c'est précis, ça manque pas de dynamisme et d'énergie et le public réagit positivement à leurs morceaux, mais on a  aussi vu mieux dans le style et surtout impossible de se défaire de cette idée que ça ressemble à Karma To Burn avec du chant, les bons riffs tout de suite identifiable en moins. Le concert gagne quand même en densité au fur et à mesure, Coffin On Tyres se plaisant parfois à faire traîner ses compositions soit en alourdissant le propos ou bien avec quelques effets psyché. On aura passé un bon moment en leur compagnie. 



La vraie attente de la soirée c'est bien sûr Kadavar, la hype revival Rock 70's Black Sabbath tout ça. Le genre de groupe que les gens aiment détester, encore plus depuis leur fulgurante ascension en l'espace d'à peine un an et leur récente signature chez le géant Nuclear Blast pour la sortie de leur nouvel album. Quoi qu'il en soit, le nom est sur toutes les lèvres et vu l'influence, il évident que leur passage à Nantes ce soir est très attendu. L'attente de leur concert (les balances tardent à être finalisées) est proportionnelle à l'engouement que suscite le groupe, et heureusement, on ne sera pas déçu. Quand les colosses allemands commencent à jouer, on aurait presque envie de rire, leur dégaine est absolument incroyable, encore plus en vrai, d'un kitsch hors du commun car même les musiciens de Black Sabbath ne s'habillent plus comme ça de nos jours, mais ça fait aussi parti de leur style et ils l'assument pleinement. Et puis surtout, ils ont un charisme qui force le respect. Oui, il faut le dire, la taille ça compte parfois.



Passons sur ces détails triviaux et rentrons dans le vif du sujet. Kadavar sur scène, c'est au moins aussi bien que sur disque. La prestation est au poil, ça se voit que le trio est sur la route depuis de longs mois, parce que rien ne déborde, le groupe ne communique quasiment pas entre les titres et on se sentirait presque frustré que ça ne soit pas plus Rock'n roll. Seulement voilà, Kadavar, c'est trois mecs passionnés qui n'ont pas besoin de parler à leur public pour leur faire ressentir l'intensité de leur musique sur la petite heure que va durer le set. Rien à redire au niveau de la sonorisation, ça valait le coup de se taper des balances tatillonnent pour entendre à la perfection le groove du duo basse / batterie et les riffs entêtants du guitariste. Que Kadavar fasse dans des morceaux hyper simple, mais 100% efficace et qu'on reconnaît aussitôt, où qu'il s'étire dans des délires psychédéliques, il excelle dans tous les domaines. La setlist est équilibrée sur les deux albums du groupe et même si le nouvel album, Abra Kadavar, semble un peu moins inspiré que le précédent qui avait mis la barre très très haute, du moins à première vue, les nouveaux morceaux convainquent quand même fortement l'auditoire. Gros gros plaisir à reprendre en cœur  le morceau Black Sun et d'entendre également la doublette Goddess Of Dawn et Creature Of The Demon. Une heure à jouer leur Rock rétro, l'impression de s'être perdu dans les années 70 quelques instants et une leçon donnée à tous les groupes qui se lancent les deux pieds en avant dans le genre. Dire qu'on s'est pris au jeu est un euphémisme, Kadavar c'est la crème de la crème dans le genre et le cerise sur le gâteau de cette excellente soirée, ni plus ni moins.

Pentacle (Mai 2013)

Setlist Kadavar :
Doomsday Machine 
Living In My Head 
Black Sun 
Eye Of The Storm 
Broken Wings (Aqua Nebula Oscillator)
Come Back Life 
Purple Sage 
Goddess Of Dawn 
Creature Of The Demon 
All Our Thoughts

Merci à Crumble Fight pour l'invitation.
Plus de photos de la soirée sur le site de Thrasher44.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment