Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

Karma Zero, Gravity, Nephalokia, Ellipse le 31/01/13 Nantes (Le Ferrailleur)

Affiche 100% Metalcore / Deathcore français en ce jour du 31 janvier au Ferrailleur de Nantes. Quatre groupes prometteurs, une release party des locaux de Karma Zero, une franche ambiance de camaraderie à la cool et pas mal de monde qui a répondu présent. On ne demande pas mieux pour passer une bonne soirée. 

Une intro épique et grandiloquente qu'on dirait extraite de la B.O de Star Wars résonne dans le Ferrailleur. On noue le premier contact avec Ellipse, jeune groupe nantais de Metal / Hardcore avec une fille au chant, plutôt du genre à hurler comme Candace Kucsulain de Walls Of Jericho qu'à piailler comme une chanteuse de Metal Symphonique, vous vous en doutez bien. Elle a du coffre et de l'énergie à revendre visiblement. Si les débuts sont un peu timide (pour le groupe, comme pour le public qui s'échauffe tout juste), au bouts de 2/3 morceaux, la machine est lancée et commence véritablement à prendre forme avec quelques passages mastoc qui font plaisir. On sent aussi que le groupe se cherche encore avec des transitions pas tout à fait au point et quelques breakdowns un peu patauds. Sinon les compos sont plutôt efficaces, par moment assez techniques et mélodiques à la August Burns Red et d'autres moshparts assez lourdes. Dans l'ensemble il y a encore des efforts à fournir, mais les débuts d'Ellipse sont encourageants.

La grosse fessée de la soirée, c'est Nephalokia qui va nous l'administrer avec son Deathcore aux breakdowns ultra massives, chant teigneux et très gros riffs saccadés in your face. Le son est très fort, les compos ultra carrée et les morceaux dévastateurs, ne laissant absolument aucun répit pour nos pauvres oreilles piétinées par les décibels. Les toulousains prennent vraiment plaisir à être là malgré les heures de route dans les pattes, du coup, nous aussi. Nephalokia est mené d'une main de fer par Tristan (également hurleur chez Weaksaw) qui va booster le tout avec une énergie communicatrice. Une demi-heure de concert un peu courte, mais tellement intense et justement pile poil ce qu'il faut pour ne pas entrevoir une certaine redondance, le seul défaut inhérent à une formule musicale qui mise tout sur l'efficacité. La plupart des titres semblent d'ailleurs être de nouvelles compositions issues de Journey qui devrait probablement sortir dans le courant de l'année et au vue de la prestation, on a hâte d'y poser une oreille. En bref, le concert de la soirée pour ma part.

Pour la suite des hostilités, c'est Gravity qui s'y colle, le second groupe à chanteuse de l'affiche, plus orienté dans une veine Metalcore mélodique cette fois avec déjà deux albums publiés en deux ans sous le bras. C'est avec l'impression de redécouvrir le groupe depuis sa première démo en 2009, que j'entame le set des montpelliérains. Plus pros, meilleure prod, son également très fort encore une fois, quelques lignes mélodiques et des moshparts sympathiques. En fait le groupe a pas mal évolué et sous couvert d'une étiquette Metalcore, Gravity se permet plus de choses que par le passé avec des influences qui vont du Death mélodique en passant par le progressif ou des ambiances moderne Cyber Metal. Le groupe tire aussi son épingle du jeu grâce au chant avec des paroles en français, des growls puissants et aussi des moments lyriques, mais personnellement, j'ai du mal avec ce type de voix qui ne collent pas vraiment à la musique. Sur scène en tout cas le groupe se défend bien (mention spécialement au guitariste rythmique qui à la bougeotte) et si l'on arrive à outrepasser les moments lyriques, l'écoute est fort agréable.

On arrive à la clôture de cette soirée avec les Karma Zero qui jouent à domicile et ont revêtu, comme à leur habitude, leurs plus beaux cols blancs afin de présenter leur premier album, Architecture Of A Lie. Premier constat, le groupe a musclé le ton depuis son l'ep en tirant un peu plus vers le Metal / Hardcore par moment avec des phases brutales et violentes. Là encore, une grosse énergie fusionnelle est dégagée par le groupe visiblement ravi de jouer devant autant de monde. Karma Zero se fait un plaisir d'haranguer la foule déjà conquise par leur musique grâce à un chanteur qui a la hargne. Sinon musicalement c'est tout à fait solide, suffisamment varié pour tenir la distance sur la dizaine de morceaux présentés avec du chant clair pas dégueulasse du tout (Next Time) et quelques éléments électroniques qui posent les ambiances et ne servent pas à racoler avec des drops immondes. En sommes, c'est du tout bon et leur Metalcore qui me rappelle parfois Parkway Drive, n'a pas à rougir des classiques du genre.

Pentacle (Février 2013)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment