Chroniques
Pochette Strength In Numb333rs
Pochette Seeress
Pochette Songs For The Firing Squad
Pochette Boy Meets Girl
Pochette Sexorcism
Pochette amo
Découverte
Pochette Worships

No Trigger, Heartsounds, Fire At Will, Bias Saint des Seins (Toulouse) le 4/06/2012

En 2007 No Trigger avait surnagé dans la moiteur d'un caravan sérail gorgé d'humidité et de sueur. Hier la température extérieure n'égalait pas celle de ce mois d'août mais celle de l'intérieur n'était pas loin de lui être supérieure. Une occasion en or de sonner le top départ de la saison estivale. Et No Trigger l'aura annoncé avec brio. Cinq minutes de mise en jambes, un échauffement avant de passer à la vitesse supérieure. "Owner Operator" arrive ni trop tôt ni trop tard, s'imposant comme une évidence, comme le titre qui fera du concert un succès ou pas. Les premières notes emportent tout le monde dans un carrousel de membres, massé autour de Tom pour ne pas en perdre une miette, pour en profiter pleinement, transpirer avec lui. La machine est lancée et les toulousains ont des fourmis dans les jambes, entre les sing alongs et les moulinets sur le dance floor. Les tubes de Canyoneer déferlent en avalanche. "Honshu Underground", "Neon National Park", "Fish Eye Lens" rythment un set où les moments d'accalmie sont rares et durant lequel le quintet ne ménage pas ses efforts, sur scène et dans le pit. No Trigger n'aura pas expédié les affaires courantes au moment de repartir vers Barcelone et affiché une sincérité qui aura fait chaud au cœur.
Passer après Heartsounds n'aura pas été une mince affaire. A la différence de l'assistance, les californiens n'auront pas mis longtemps pour se mettre dans le bain, juste le temps de régler un son pour lequel pour une fois il n'y aura pas à tendre l'oreille. Athlétiques, vifs et enjoués, avec un petit soupçon de mélancolie dans les mélodies, Heartsounds aura largement confirmé le bien que l'on pensait d'eux et convaincu les indécis, même si le duo chant Laura Nichol/Ben Murray aurait mérité un meilleur traitement.
Une soirée entamée pour ma part par Fire At Will - désolé pour Bias j'étais en retard - qui effectuait son retour à Toulouse depuis des lustres. Un nouveau bassiste, pour un set parfois un peu brouillon - le son était pas top - et un Quentin peut-être moins à l'aise que d'habitude mais les toulousains auront auront bien déblayé le terrain pour les suivants.   

Fragone (Juin 2012)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment