Chroniques
Pochette Breathe In/Out
Pochette Don't Believe, Watch Out
Pochette Continuum / Fate
Pochette Etazhi
Pochette 8
Pochette Conundrum
Pochette Armour Pochette Old Smoke

Strung Out Le Batofar 2011

Strung Out au Batofar, ça donne une légère impression de déjà vu, déjà entendu. Et pour cause, à l'instar de La Dispute quelques jours plus tôt, la formation californienne s'était déjà produite sur la fameuse péniche rouge un peu plus d'un an auparavant. Nous n'y étions pas, raison de plus pour ne pas louper cette nouvelle venue du combo en présentation de sa dernière production, un best-of intitulé : Top Contenders - The Best of Strung Out.

Une nouvelle arrivée tardive nous prive de deux première parties, qui au dire des présents ne valaient pas vraiment tripette. Tant mieux, car on aura tout le temps de s'époumoner et de s'égosiller sur les deux sets à venir. Pour nous accueillir donc, Blazcooky. Quartet, se transformant au dédale de ses morceaux en quintet ou sextet, et qui derrière une base Punk très Burning Heads, navigue allègrement entre Metal, Hardcore électronisant, et même Raggae. Cette belle mixture, qui pourrait vite s'avérer indigeste, tend au contraire à nous faire voguer vers une Fusion trop souvent dénaturée après l'aire Korn / Limp Bizkit, et qu'on avait presque abandonner depuis Body Count ou Senser. Ça sonne donc assez Old-school, et c'est bougrement efficace en plus d'être interprété avec brio, sans fausse note et avec un son nickel, comme savent le faire au Batofar les artistes qui prennent le temps de se régler. Bref ajoutez à cela une once de revendication dans les texte "Sarko Vision" ; "Fuck Politiks"  et cette bonne découverte dans un style qu'on pensait moribond, fait vraiment plaisir, à suivre!!!

Que dire de la tête d'affiche? Du classique, pour un classique. On était un peu inquiet en voyant débarquer le combo sur scène pour se préparer, avec un masque sur le visage. Fatigue? Blase? Rien de cela, juste un professionnalisme égal à leur longue carrière, qui les pousse à être particulièrement attentif à leur son, et au moindre des réglages. Dès les premières notes, et à l'instar de Blazcooky, le son est nickel, guitares tranchantes, basse audible, voix savamment dosée, et surtout  les masques tombent pour laisser place à des sourires complices et communicatifs, surtout chez des Rob ramos et Chris Aiken joueurs.
Jason est comme à son habitude, un tantinet poseur, mais diablement efficace, et c'est tous les tubes du groupes qui sont essayés pour la joie d'un public certes moins nombreux qu'il y a quelque jours pour La Dispute, mais tout aussi bouillant tout en étant respectueux. Et ça, ça fait sacrément plaisir. Les premiers titres donnent le La avec une entame détonante sur "Too Close to See" ; "Firecracker" et "Mind of my Mind". La suite est du même acabit, un best-of pour présenter le best-of en somme. On écoute et on entonne les "Velvet Alley" ; "In Harm's Way" ; "Everyday" et autres "Matchbook"  joués avec brio et justesse. Seuls quelques petits extras viendront nuancés le coté tubesque de la setlist, on note ainsi "The Kids" ou "Deville".
Mais c'est au rappel que la surprise sera la plus grande pour les non initités avec deux titres en acoustique / harmonica solitaire de Jason Cruz, donc l'excellent "Scarlet", une dernière dose de décibels et s'en est terminé, avec les honneurs.

Undone (Août 2011)

Merci à Djou, merci à Anthony et Emodays.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

emma69Le Jeudi 29 septembre 2011 à 16H42

c'etait génial!!
super concert!
par contre vous avez totalement tord car en première partie il y avait Idiosyncrazy et c'etait bien mieux que blazcooky!! d'ailleurs jcomprends pas pourquoi ils etaient en 1er encore une orga qui n'ecoutes pas!!pour le chroniqueur vas ecouter www.myspace.com/idiosyncrazy