Lemuria La Miroiterie - Paris

Que dire à l'approche de ce concert? Qu'on laisse de coté notre piètre physionomie, qui nous a fait confondre le batteur de Cheap Girls avec celui de Lemuria. Pour apprendre dans la foulée que le combo de Buffalo, pour lequel on salive depuis une semaine à la prise de connaissance tardive de la date du soir, s'est déjà produit à Paris, au Saphir 21 en 2007. Diantre mais on n'y étais pas!!!

Ce soir c'est notre soir, et bien décidé à s'imprégner au plus profond de cette nuit qui sera forcément féerique, on pend bien tôt place au milieu de la salle de la Miroiterie pour voir le premier groupe du soir se préparer, puis se représenter : Reipas duo synthétiso-folk franco-irlandais rien que ça. Ça nous rappelle (à tord?) Sheer, autre irlandais (du nord et non dublinois comme ici) et la musique de notre couple a un effet inégal pour nos oreilles. Très bon, voir excellent sur "Turnstile " ; amusant sur l'étonnante cover toute posée du " Pump It Up the Jam" de Technotronic , plus anecdotique sur le reste. A approfondir néanmoins.

On manque ensuite naïvement le « support your scene » du soir Sheldon Cooper’s Spot au profit de retrouvailles toujours aussi agréables, pour se projeter immédiatement vers Cheap Girls, co-tête d'affiche du soir et également co-auteur d'une des dernières productions de Lemuria, un magnifique, musicalement comme dans la présentation,  split 7".
Parti à la découverte pré-concert du trio, on s'était plutôt ennuyé devant une vidéo acoustique trouvée sur le net. Mais là, à moins d'un mètre de Ian Graham chanteur bassiste, la révélation. Derrière des looks allant de l'emo boy à la The Get Up Kids, au grunge version Alice In Chains pour le guitariste, c'est un véritable power-trio explosif qui jailli à nos yeux. Énergique, catchy dans les riffs, oisifs dans le chant, mais jamais ennuyeux. On retient de cette vraie bonne découverte "No One To Blame" ; "FT. Lauderdale"  et "Something That I Need"et après avoir dévalisé le stand de Lemuria c'est avec deux nouveaux LP sous le bras que l'on repart.

Autant le dire d'emblée, la suite de ce report est dénuée de toute objectivité.

Car malgré un son, surtout au niveau des voix, catastrophique, un set forcément trop court, une part certaine dédiée au dernier LP né Pebble encore en rodage à nos oreille, et une position en tant que photographe loin d'être parfaite... et bien quel concert!!!!
En plus d’une disponibilité sans pareil, c’est surtout une avalanche de tubes qui sera offerte à nos oreilles attentives et enivrées.
Des premiers vers de "Pants" « If you still respect me, I guess I’ll have a second chance » aux derniers forts à propos de" Mechanical " « Shut-up! shut-up! shut-up! », on succombera au charme de Sheena, petite puce en beauté, sautillante et souriante à souhait. Le nouveau bassiste Max Gregor fait le boulot avec application et énergie, quant à Alex Kerns songwritter et batteur ultra carré, gentil mais sacrément cogneur, gai mais hurleur, il en impose par sa sérénité et sa décontraction.
L’atmosphère est donc particulièrement propices à tout ces courts formats de Get Better ou The First Collection, qu’on se plait à hurler à tue-tête : "Hours" ; "Yesterday’s Luch" ; "Bristles and Whiskers" ou "Expert Herder" extrait du dernier 7" Ozzy. C’est bien sûr l’inévitable "In a World of Ghosts…" qui élèvera l’ambiance au propre comme au figuré avec un slam qui distraira grandement nos musiciens. C’est que notre trio a le rire et le sourire facile, comme lorsqu’Alex  est à deux doigts de se laisser poser le "Lipstick" de la chanson, qui ne sera bien sûr pas laissée sur la touche.
S’il fallait encore en douter, les doutes concernant leur attention seront vite dissipés, lorsque nos trois amis entonneront avec plaisir , avant le morceau de clôture de Pebble "The One", un "Lemon" (du split avec Cheap Girls ) particulièrement réclamé (surtout par une personne) mais apparemment pas forcément préparé. C’est l’intention qui compte, mais c’est le tout qu’on aura aimé…adoré.

Undone (Juillet 2011)

Merci à John et à ma réparatrice d'appareil photo improvisée Caro.
Mercià Alex, Sheena et Max pour leur gentillesse et leur disponibilité.
Merci à ceux qui ont organisés ce putain de concert.
Salut à Julia, [email protected]'s.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment