Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere Pochette Spotted Horse
Chroniques
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Den Pochette Broken Play

Devildriver, 36 Crazyfists, Breed 77 Saint-Avé (L'Echonova)

Breed 77, 36 Crazyfists, Devildriver à Saint-Avé un dimanche soir. Le pari est quand même sacrément osé d'organiser un concert en centre Bretagne (certes pas loin de Vannes) une fin de weekend et pourtant le public répond présent ce soir jeune et moins jeune. Il faut dire que se doit être un des rares concerts Metal dans le coin dans l'année du coup le public se bouge sur les quelques dates qu'on lui offre. Et puis on a de la chance, la salle est toute neuve, spacieuse avec les moyens techniques mis en œuvre quant à la qualité du son. Moi qui m'attendais à tomber dans un bar-concert entouré de trois punks à chiens et cinq bourrés (pléonasme?), je suis pour le moins surpris.

Breed 77 a pour mission de chauffer la salle ce soir, mission dont ils se revendiquent "on est là pour ouvrir pour Devildriver". Le combo joue un Rock à la croisée du Metal (ou l'inverse) avec quelques bonnes chansons qui font monter progressivement la motivation de ceux qui ne patientent pas à la buvette. Alternant morceaux au Metal groovy, passages acoustiques qui donnent une texture colorée et orientale aux compositions, d'autres qui envoient gentiment, Breed 77 est agréable à écouter, mais manque peut-être d'un quelque chose pour se distinguer et on aimerait que le chanteur se lâche sur les growls. Une reprise de Zombie de The Cranberries plutôt cool et bien appréciée du public plus tard, le combo laisse la place à 36 Crazyfists.

Toutes guitares dehors, bassiste sous perf' d'adrénaline, chanteur occupant tout l'espace offert, le moins que l'on puisse dire c'est que 36 Crazyfists démarre sur les chapeaux de roue. Les premiers morceaux de Collisions And Castaways, leur dernier opus, sont donnés en pâture à une foule avide. Les riffs sont bons, le groupe est très dynamique, mais j'ai un peu de mal avec le chant que je trouve trop monocorde et pas assez varié par rapport aux disques. The All Night Lights et We Gave It Hell issus de The Tide And Its Takers, le seul album que je connaisse, font plaisir à entendre. 36 Crazyfists toujours motivés organisent le premier circle pit (dont un très drôle, silencieux) qui commence à faire du dégât. La bonne humeur est au beau fixe, les slams pleuvent et le groupe est bien content de faire pogotter les bretons. Concert sympa, bien énergique, qui devait être encore plus appréciable en connaissant mieux les morceaux du combo.

Les balances de Devildriver laissent présager un son énorme, gros et précis et c'est effectivement sous ces augures que va se dérouler le concert. Le premier morceau joué et c'est déjà la machine de guerre écrasante lancée à toute vitesse, en plus ils ouvrent sur des tubes comme I Could Care Less et Hold Back The Day. Dez Fafara tient dors et déjà le public de sa poigne de fer et de son charisme indiscutable, venant chercher du metalleux pour des circles pits énervés. Rythmes implacables, gros riffs in your face qu'on distingue bien, le son étant très bon, Devildriver envoie du très très lourd passant des morceaux les plus connus (Nothing's Wrong, End Of The Line, Horn Of Betrayal, déjà des classiques) à des nouveautés issues Pray For Villains qui me semblent néanmoins un peu redondantes. En tout cas l'effet est là : poids lourd dans la gueule et cervicales brisées. Le temps d'un concert j'ai récupéré mes 17 ans et je suis super content d'avoir enfin pu voir Devildriver qui ont complètement assuré ce soir.

Pentacle (Janvier 2011)

De très belles photos de 36 Crazyfists et Devildriver sont visibles sur le site de Mathieu Ezan.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

jeffrey lebowskiLe Jeudi 06 janvier 2011 à 12H11

arrf, j'aimerai bien les voir en concert ceux la!!