Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette The Baring of Shadows
Pochette Neon Noir Erotica
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov Pochette Summerland
Découverte
Pochette Discography

Tides From Nebula à Prague Prague

Prague, ville des alchimistes, des mages et autres fantômes. Que demander de mieux qu’une ville ancrée dans le fantasmagorique pour clôturer une tournée nébuleuse ? Tides From Nebula l’a bien compris et c’est avec un plaisir non feinté que le quatuor Post-Rock, avant un retour dans leur patrie la voisine Pologne, s’exécute pour leur dernier concert de l’année.

Pour continuer dans le mythe et rester dans le mystique, la salle du soir se situe bien loin des sentiers battus. Le centre ville touristique, sa cathédrale, son château et son pont laissés pour compte, c’est dans des rues encore enneigées, éclairées à la seule lumière des phares des voitures, parfois au milieu d’un bois ou traversés par une voie ferrées sans barrière, qu’il faut s’aventurer pour atteindre notre Kavárna Potrvá. Salle est d’ailleurs un bien grand mot puisque l’endroit enfumé, a surtout les allures d’un bar, enfouit dans les sous-sols d’un immeuble d’habitation. Qu’importe, une fois sur place l’accueil y est souriant et l’esprit D.I.Y.
Après un peu d’attente Tides From Nebula se positionne, ici on ne s’embarrasse pas d’une première partie, et le show peut commencer. Pour l’amateur, au sens propre, de Post-Rock qui s’est arrêté aux premiers Mogwai, il est délicat de différencier l’avalanche de groupes du style qui ont déferlé durant la dernière décennie ; qu’ils se nomment Pelican, Russian Circles ou Red Sparowes, s’ils sont agréable à l’oreille il trône néanmoins une atmosphère impersonnelle.Pour une première écoute, en live qui plus est, TFN semble résister à cet écueil. Les influences sont marquées, mais la volonté d’y atteler une touche personnelle éloignées des stéréotypes du genre y est prépondérante. Ainsi, les passages énervés, qu’on devine faisant forcement parti de l’héritage Young Team au point de se questionner sur la réappropriation d’un "Mogwai Fear Satan", côtoient des arpèges Pop que Death Cab For Cutie ne rechignerait pas, ou des leads rapides et aiguë qu’on pourrait entendre chez Taken.
Les cycles restent rares, et les passages métalliques présents mais sporadiques. On en viendrait presque à les regretter pour donner de la consistance à un son un poil juste (limitation sonore dans la capitale Tchèque ?) uniquement craché par les amplis, où seules quelques boucles de notes au piano sont déversées par la sono.
Question présence scénique, rien n’est à redire puisque les trois musiciens à cordes se plaisent dans une gestuelle corporelle dynamique, et ce malgré la bagatelle de quarante-cinq concerts en eux mois. De plus ils restent aussi virevoltants du bas, où leurs si nombreuses pédales à effets (et oui le Post-Rock n’est pas le Grunge où seule l’Overdrive orange suffisait) voient s’acharner avant tant d’intensité dans une danse tribale, les pieds des protagonistes. La cérémonie de claquements de mise en marche / extinction qui en découle, représentant presque un instrument à elle toute seule ; tout comme l’illumination des diodes vertes, rouges ou bleues est un artifice lumineux à part entière.
Bref, l’heure de set, rappel inclus, passe bien plus rapidement qu’une heure d’écoute d’un quelconque CD Post-quelquechose écouté chez soit. Et on en aurait redemander quand il s’est agit de reprendre notre route mystérieuse et inquiétante en direction de contrées plus fréquentées.

Undone (Janvier 2011)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

moonlight666Le Lundi 17 janvier 2011 à 21H05

Ah bah c'est hallucinant ca, j'y étais avec ma copine ... j'en ai meme fait un report tiens ... : http://www.moonlight666.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1160:live-report-tides-from-nebula-prague-12122010&catid=10:concerts&Itemid=20

En tous cas dommage que l'on ne se soit pas "croisé" autour d'une pinte dans cet excellent lieu et concert !