Albums du moment
Pochette Ritma
Pochette Fossil
Pochette Playful Winds Pochette The Quiet Earth
Chroniques
Pochette Body Music
Pochette Hiss
Pochette Volp
Pochette Dread Reaver
Pochette Zeit
Pochette Nera Pochette Heaven Is Here

Lamb of God + Job For A Cowboy + August Burns Red + Between the Buried and Me 15/02/10 - Paris (Bataclan)

Si Lamb of God sont de véritables metalstars outre Atlantique, leur succès européen n'aura jamais atteint les mêmes sommets que chez nos gros copains d'en face. Leur présence en France et même en Europe n’étant pas fréquente, cette soirée était une occasion à ne pas louper. D'autant plus que nos gentils rednecks aux poils longs se sont entourés de beau monde pour cette jolie virée : Between the Burried and Me, August Burns Red et Job For a Cowboy.

August Burns Red

Le service sans faille de la SNCF et un pavé de rhum steak succulant ayant eu cause de ma personne, j'arrive dans la salle au début du set d'August Burns Red (loupant alors le show des metalcoreux intellos de Between the Buried and Me). Précisons tout de même que les possesseurs de billets s’étaient vu indiquer le début du concert à 19h alors que celui-ci commençait à 18h30...

Premier Bataclan pour moi, salle mytique où je peux alors admirer la qualité du son. Un son qui ne requiert ni boules Quies ni hurlement dans l'oreille du voisin pour que celui-ci vous entende. C'est tellement rare et agréable qu'il faut desormais le souligner en rouge !
Une diffusion et un volume optimals, particulièrement bénéfiques à la richesse harmonique du jeune quinquet.

Des conditions parfaites donc, pour un August Burns Red dont la popularité croissante de ces derniers mois se fait fortement ressentir dans la fosse. On se demande même si, ce soir, les fringants Pennsylvaniens ne sont pas le clou du spectacle. Le public est en effervescence et va énergiquement réagir tout le long du show.

Sur scène ça remue du popotin et, style oblige, on échappe pas à tous les gimmicks clichés du genre. Malgré ça, on a affaire à un groupe carré, souriant et plein d'entrain dont le metalcore ultra ficellé et plus intelligent que la moyenne ne peut que donner la pêche.

Setlist :
1. Back Burner
2. White Washed
3. Marianas Trench
4. Meddler
5. The Truth of a Liar
6. Thirty and Seven
7. Composure

Job For a Cowboy

Il ne sera pas aussi facile pour Job For a Cowboy de se mettre le public dans la poche.
Il faut aussi préciser qu’à partir du jour où ces jeunes freluquets ont décidé qu'ils feraient joujou dans la cours des grands, ils sont devenus par la même occasion très chiants.
Pour le rappel, JFaC est connu pour avoir sorti un brillant premier EP qui se balladait entre deathcore barré et grind ultra efficace pour sortir ensuite deux albums beaucoup plus typés death traditionnel.
Mais peu importe, le groupe de death le plus en vogue du moment a eu droit à ses initiales juste en dessous celles du maitre de ceremonie, ce qui signifie donc une durée de set depassant la barre des quarante minutes...

Le public, effectivement, est beaucoup moins enthousiaste et les seules reactions vives auront été, sans surprise, durant les deux extraits de Doom, les imparables Knee Deep et Entombed of a Machine (gratifié comme toujours par les hurlements du public sur la mytique intro).
Loin de l'efficacité hargneuse de ces deux titres, il faudra pas mal d'effort pour reussir à s'immerger pleinement dans ce death metal bouillonant. Comme sur album finalement ! Et même si le tout est executé à la pefection, les valses du chanteur ne trompent personne. Epuisés par les tournées, les musiciens de JfaC offrent une prestation qui ne donnent pas l’impression d’un groupe qui n’en veut...

Les extraits du dernier album se révelent être tout de même un peu plus intéressants et légerement plus enervés avec le bassiste (un homme capable de ranger des vynils dans ses lobes d’oreilles) qui assure les chants les plus screamés.

Un set juste convenable finalement.

Setlist :
1. Unfurling a Darkened Gospel
2. Constitutional Masturbation
3. Knee Deep
4. To Detonate and Exterminate
5. Ruination
6. Entombment of a Machine
7. Embedded


Lamb of God

Après une demi heure de transition, le club des barbus débarque sur l'intro du dernier album et attaque son set par le très entêtant In Your Words. La couleur est annoncée, le groupe est de toute façon ici pour defendre son petit dernier, la setlist va donc s'articuler autour de Wrath et ce n'est pas pour déplaire aux fans.

Si nos cinq vétérants n'ont pas la prétention (ni la nécéssité) d’un jeu de scène très accrobatique, ils possèdent cepedendant un charisme certain et une prestance naturelle (sûrement les poils), laissant la liberté totale au furieux Randy Blythe d'assurer son rôle de frontman et ses vas et viens. Pourtant, le Monsieur annonce dès le depart qu'il n'est pas très en forme puisqu'il est tombé malade le jour même...Ce qui, pourtant, n'aura pas l'air d'handicaper sa performance.

Le groupe a l'art de distiller les accalmies pour donner au show un relief agréable. Les titres les plus mid-tempos et aux ponts axés arpèges de guitares, ponctuent astucieusement la setlist afin de faire redescendre de quelques degrés une temperature franchement suffocante.

Régulièrement, Randy laisse au public le plaisir de chanter les refrains (moment intense sur Now You've Got Something to Die for, évidemment), les zikos sont complices avec les premiers rangs, le light show est coloré et le son plus que satisfaisant... Des conditions rêvées pour des fans comblés !

Cependant, il me vient juste une petite envie de pointer, de mon doigt inquisiteur, les mongoles (pas très litteraire, mais pour le coup ça mérite pas...) qui ont tenté de lancer un braveheart foireux d’avance sur Reclamation (un titre qui ne s’y prête pas spécialement) ! La fosse est restée séparée en deux pendant une minute sans que rien ne se passe au final... Ou comment faire passer les kids français pour des anchois. La situation était ridicule et franchement embarrassante !

M’enfin, ça n'empêchera pas Lamb of God de conclure son déluge d’hymnes thrash/power metal sur l'imparable Redneck suivi d’un Black Label qui ravira les amateurs les plus assidus.

Playlist :
1. The Passing
2. In Your Words
3. Set to Fail
4. Walk With Me In Hell
5. Now You've Got Something To Die For
6. Ruin
7. Hourglass
8. Dead Seeds
9. Omerta
10. Grace
11. Broken Hands
12. Laid to Rest
13. Contractor
14. Reclamation
15. Redneck
16. Black Label

Lamb of God a rassasié ses fans et a fait comprendre au public ce que voulait dire être maître en la matière.
La soirée se terminera par un embouteillage vers la sortie de la salle (bah oui, entre le merch et le vestiaire situé au niveau de l’entrée il y a, comme qui dirait, un problème de flux...) où  on pouvait retrouver quelques individus tout fumants de par la différence de temperature entre l’interieur et l’exterieur !

Bon, c’est quand qu’ils viennent nous rendre visite en festoche ?

DrakeiN (Mars 2010)

Bazax baveux à Wilson pour les panoramas !

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment