Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

Shining, Hellsaw, Skitliv le 14/12/07 - Rennes (Le Jardin Moderne)

En grand amateur du son suicidaire façon Black Metal de Shining, j’attendais avec une impatience réelle d’avoir accès à l’une de leur performance dans une salle intimiste telle que le Jardin Moderne. En premières parties nous étaient proposé le nouveau groupe de Maniac l’ancien vocaliste de Mayhem, Skitliv (où l’on retrouve d’ailleurs à la guitare Kvarforth, le chanteur de Shining) de Norvège puis Hellsaw, un groupe de Black Metal épique autrichien.

On savait Maniac peu à l’aise avec la scène, il s’est tout simplement montré grotesque ce soir… Affublé comme une star de Visual Key de seconde zone, peu en voix et visiblement complètement bourré (et donc fidèle à sa réputation), le chanteur, qui tient ici la six cordes également, enchaîne toutes les mimiques du lourdeau de service (et vas y que je vais faire des bisous à mes zikos, vas y qu’on se crame les poils avec un déodorant et un briquet…) en assurant très moyennant son set, qui se termine dans une cacophonie rare, dès lors que chaque musicien semble faire n’importe quoi dans son coin. L’ambiance ne monte pour ainsi dire jamais, le groupe ne paraissant pas réellement se soucier de faire l’unanimité, ni même de communiquer un temps soi peu avec son public. Etrangement, Kvarforth se montre quant à lui particulièrement sage derrière sa guitare. Mais quand on connait la suite…

Entre temps arrive sur scène Hellsaw, munis de l’habillage Black Metal de rigueur, sur fond de samples de bruits du vent. Les autrichiens balancent leur Black Metal épique au visage du public, qui semble rapidement beaucoup plus réceptif (pour les premiers rangs tout du moins). Malgré de gros problèmes de son et de micro (des larsens omniprésents ne manquèrent pas d’irriter fortement le chanteur), le concert se passe gentiment, avec une malheureuse baisse de régime en fin de set, qui voit le dernier morceau amputé des deux guitares et l’expression quelque peu paniquée du bassiste à ce moment précis valait d’ailleurs son pesant de pesos. Malgré des conditions pas franchement optimales, le groupe a réussit à donner un concert sympathique.

Mais tout cela est vite occulté par la déferlante d’énergie malsaine qui se prépre. Les membres de Shining montent sur scène accompagnés par la BO du film Orange Mécanique (dont l’univers demeure assez représentatif de l’attitude du chanteur sur scène). Dès son entrée, torse nu (laissant de ce fait apparaître nombre de cicatrices et autres souvenirs des précédentes performances du groupe, comme par exemple un énorme pentacle scarifié dans le dos), le chanteur s’en prend à un membre du public appuyé contre un retour (comprendre qu’il lui a foutu un bon gros coup de pied avant de prononcer le moindre mot), et ce avec une agressivité s’expliquant par la bouteille de Jack Daniels aux trois quart vide que le gus tient dans sa main droite. Tout au long du concert, le vocaliste (entouré de musiciens au demeurant très calmes) monte crescendo dans la décadence, en commençant par se cracher dessus toutes les 10 secondes, puis finissant par étrangler des membres du public avec sa ceinture, quant il n’écrasait pas de mégot sur un bras choisi au hasard dans les premiers rangs. L’instabilité et l’attitude vraiment dérangeante de ce dernier, couplé à l’exécution impeccable des musiciens, rendant hommage au Black Metal dit suicidaire très travaillé et riche en ambiances du groupe, contribe à attribuer à ce concert une aura profondément malsaine, amorale. Le temps d’un morceau, Maniac rejoint le groupe sur scène pour continuer ce qu’il avait interrompu avec Skitliv, à savoir faire n’importe quoi… (le sieur se jette sur Kvarforth et les deux compères se roulent par terre, se roulent des pelles et hurlent comme des gorets). Violent, imprévisible, charismatique, effrayant… Kvarforth assure à lui seul l’engouement du public, de par sa gestuelle de déséquilibré ou par ses mimiques torturées… (l’intéressé bat le rythme en feignant de se trancher la gorge, prend plusieurs membres du public à parti, se jette au visage du premier venu sans crier gare…).  Voir un public se faire cracher dessus, se voir infligé diverses brutalités corporelles et hurler de joie en en redemandant a de quoi déstabiliser n’importe qui se revendiquerait un minimum saint d’esprit. Kvarforth ne manque pas d’en jouer, laissant libre cours à son imagination tordue, enchaînant les diatribes haineuses à l’égard des fans présents ce soir, des organisateurs, d’Osmose Production, voir même à l’égard de Maniac, assis au stand merch, et témoin amusé de la situation, en faisant référence au fait que « Mayhem jouera dans cette ville demain… mais sans toi ducon ! ». Une ode au dégoût, au sale et à l’auto mutilation, englobée par une performance artistique troublante de beauté. De ce contraste naît la véritable force de Shining, qui parvient à toucher même en passant par les stratagèmes les plus décadents. Haineux, sale, obscène, mais pourtant terriblement intense, voir tout simplement beau.

Dire que le lendemain on remet le couvert avec Mayhem !

Tortue Rouge (Décembre 2007)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment