Albums du moment
Pochette Ritma
Pochette Fossil
Pochette Playful Winds Pochette The Quiet Earth
Chroniques
Pochette Body Music
Pochette Hiss
Pochette Volp
Pochette Dread Reaver
Pochette Zeit
Pochette Nera Pochette Heaven Is Here

Pungent Stench + Gorerotted + Grimness 69 26/03/07 - Lyon's Hall

Soirée brutale pour Lyon avec ce concert du 26 mars, une belle affiche death/grind sentant bon l'intestin fraîchement arraché. Après un assez gros retard dû à l'arrivée tardive des groupes dans la salle lyonnaise, le show débute avec le grind des italiens de Grimness 69.

 

Les Italiens nous servent un grind basé sur le groove, rappelant un peu les plus récentes livraisons de Blood Düster, mais avec une approche et une patate bien plus crust que les australiens. Truffé de d-beath et peu généreux en blasts, le grind des Grimness 69 sonne un peu mou et n'est servi ni par le son  ni par le statisme de ses membres, restant immobiles pendant tout le show... Le son des Grimness sera malheureusement le plus mauvais de la soirée, la basse étant inaudible, le chant trop fort et la guitare trop crade pour qu'un seul accord soit discernable... Grimness 69 est donc une déception, et cela se ressentira sur le public qui restera impassible face au grind du quatuor. En espérant quand même qu'une expérience sur disque soit meilleure que ce show un peu raté...

 

Viennent ensuite les anglais de Gorerotted, et leur mélange jouissif de brutal death catchy et de goregrind grumeleux. Le quintet démarre sur un superbe Fuck your arse with broken glass (où le bassiste va montrer ses impressionants progrès en chant black), qui va commencer enfin à faire bouger le public du Lyon's hall. Rien à dire sur le set de Gorerotted, carré et au son vraiment bon malgré les quelques problèmes de guitares au début. La prestation du groupe est toutefois limitée par la minuscule scène du Lyon's Hall, l'empêchant de partir dans trop de headbangs et de folies scéniques... Malgré ce bémol, le set de Gorerotted reste excellent, passant en revue tous les albums avec une préférence pour leur première offrande (des morceaux comme Hacksore et Cut, gut, beaten, eaten étant redoutables en live avec leur riffs fous et leur parties limites mosh à s'en décoller la plèvre). Les anglais ont tenu leur promesse ce soir...

 

Vient ensuite le gros de la soirée, les légendaires Pungent Stench. Si ce nom ne dit rien aux jeunots ou à ceux qui ne sont pas familiers du death old school, sachez que Pungent Stench est une formation autrichienne trainant son death dégeulasse et repoussant depuis la fin années 80, enchainant les concerts depuis sa reformation dans les années 2000, et étant considéré comme culte dans l'underground, ses deux premiers albums étant vu comme des pierres angulaires du death gore et immonde, étant en plus original par leur paroles à base d'humour noir dégueu et sombre. Le trio commence donc son show par des morceaux issus de ses dernières offrandes, à savoir Ampeauty et Masters Of Moral, Servants Of Sin. Première constatation : le son est absolument dément. La basse vrombit avec ce claquement caractéristique du genre, la guitare sort cette même distortion dégueulasse sur les disques, crado et grasse à souhait, et la batterie parfaitement audible malgré une ride un peu trop présente. Les voix sont légèrement en retrait mais restent intelligibles sans problèmes, malgré des faiblesses dans les parties les plus brutales. Le groupe possède un réel charisme sur scène, notamment le frontman Don Cochino (sosie death metalleux de Frank Zappa, il faut voir ça), imposant et lancinant, beuglant ses paroles avec la folie propre à la musique du trio. Le groupe arrive d'ailleurs à insuffler la folie manquante à ses morceaux les plus récents, ceux-là même qui paraissent beaucoup trop sages sur disque, ce qui les rend carrément plus efficaces. Le groupe se permet des délires scéniques comme cette marche militaire sur Viva La Muerte, le croisage de manches (à défaut d'épées) à la fin du show, et joue même depuis les coulisses avant un court rappel de deux morceaux (à savoir Viva La Muerte et Sick bizarre defaced creation). La bande à Cochino passera en revue tous ses albums, passant de ses morceaux cultes (notamment un For god your soul, for me your flesh d'anthologie) comme ses morceaux récents, sans réelle préférence pour une période particulière, une sorte de best-of de la bande en somme. On regrettera cependant la présence de morceaux phares comme Shrunken And Mummified Bitch, mais la variété des morceaux joués ce soir là compense

.

Un excellent show de Pungent Stench donc, prouvant que ces vieux routards du death old school sont toujours en forme presque 20 ans après leur formation. Ajoutons à cela une bonne prestation de Gorerotted, tous deux servis par un son très bon. La déception apportée par Grimness 69 n'aura donc été que de courte durée, les deux têtes d'affiche rattrapant sans problème la soirée. Et ce refrain qui traine dans la tête... For... god... your soul... for... me... your flesh ! Repris par une salle entière, forcément, ça laisse des traces...  A voir, définitivement.

Klay (Avril 2007)
Partager :
Kindle

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment