Albums du moment
Pochette Eternal Blue
Pochette Celestial Blues
Pochette Glow On Pochette Wildhund
Chroniques
Pochette Time Bends
Pochette Nurture
Pochette Against All Odds
Pochette Extinction
Pochette Death Routines

Chronique live de Nine Inch Nails le 23/02/07 - Lille (Zénith Arena)

C'est la première fois que Nine Inch Nails se produit à Lille. Pour l'occasion, les foules sont venues d'un peu partout en France et ont parfois même traversé la Manche, bien décidées à profiter d'un show de qualité.

La première partie est assurée Par The Popo (myspace), un groupe à l'esprit azimuté, un peu dans la veine de The Clash. Attifés comme des vagabonds venus d'un Orient lointain et méconnu, ils se lancent dans un court set d'une demi-heure nerveux, alterno et totalement aux antipodes de la tête d'affiche. Le public d'abord sceptique leur fait finalement un accueil chaleureux et amusé. Aaron North de NIN les rejoint même le temps d'un morceau furibond. 20 minutes d'attente fébrile et l'effervescence gagne les rangs quand les lumières s'éteignent. Dans un décor métallique sobre, habillé de lumières stroboscopiques et de néons bleutés, cramoisis ou encore orangés, NIN va tout donner au cours d'un set de grande qualité. Avec leur look coordonné, en noir ou en treillis, le gang formé par un Reznor plus musculeux que jamais et ses musiciens impressionne.

Après l'intro PInion, suivie de Love Is Not Enough, le concert prend son envol avec un enchaînement Terrible Lie / Sin explosif qui embrase le Zénith de Lille, transformé en club rock indus, pogos et slams en prime. La set-list s'avère rapidement fédératrice, mais aussi et surtout passablement brutale, avec un choix de morceaux énergiques, au son surpuissant. Malgré l'étroitesse de la scène, le groupe délivre une prestation énervée, marquée notamment par le duo Reznor/North qui rivalisent d'agressivité. La veille, ils s'étaient engueulés à Paris, mais ce soir, la tension est sur scène, dans le jeu de guitare de North et ses backing vocals hyper efficaces, comme dans la performance vocale étourdissante de Trent Reznor. Grâce à un mix idéal, sa voix ne se noie jamais dans la débauche métallique produite par NIN ce 23 février. L'impact physique des morceaux est remarquable tout du long. Dans une salle surchauffée, envahie par la fumée et remplie de fans conquis, NIN livre une prestation sans temps mort, manifeste de la vision désenchantée de son leader. Quand les classiques March Of The Pigs ou Gave Up font sauter les premiers rangs, les refrains fédérateurs semblent arriver de partout, à la grande satisfaction du maître qui se fendra de quelques remerciements. Développant un véritable mur du son, le groupe parvient néanmoins à faire entendre ses arrangements sans trop de peine. On est loin du son brouillon de Korn dans la même salle en juin dernier. Tout son univers se déploie ainsi à travers des classiques comme Closer ou une version tellurique de Wish qui emporte tout sur son passage. Mais NIN revient aussi sur des sillons sinueux avec Eraser et Reptile, rappelant l'héritage musical de ce formidable artiste qu'est Trent Reznor.

NIN pioche ainsi dans toute sa discographie, donnant dans le brutal, comme dans le dansant, porté par une section rythmique en acier. Il faut s'imaginer 5000 personnes, souvent vêtues de noir, indéniablement rock, conquises par un groupe en pleine possession de ses moyens. La communion entre le multi-instrumentiste malade de la vie et une marée humaine avide de ses tourments et de ses rugissements est belle, notamment sur No, You Don't. Autre temps fort, quand le frontman s'efface derrière son piano dans l'ombre pour jouer l'instru La Mer. Avec Hurt, il se révèle une nouvelle fois touchant, se livrant à une émotion tangible surnageant au milieu de cet océan de violence. Les 3/4 des titres sonnent comme autant de baffes entrecoupées d'hymnes sautillants tels les bonnes surprises Into The Void et Suck, reprises en coeur par le parterre de fans. Au total, 21 morceaux, environ 90 minutes d'un show généreux. Reznor, visiblement content de l'accueil remercie encore ce public acquis à sa vision qui n'hésite ni à reprendre le tubesque The Hand That Feeds (visiblement définitivement adopté) ni l'archiclassique Head Like a Hole qui clôture traditionnellement le concert. Pas de rappel, comme de coutume sur cette tournée, et malgré l'insistance du public, mais en tous les cas, NIN a fait honneur à sa réputation de super groupe de live.

Cette tournée devrait souder encore un peu plus la formation actuelle avant la sortie de Year Zero le 17 avril prochain. Et si les autres morceaux de cet album se fondent aussi bien dans l'univers que Survivalism, le prochain passage français de NIN sera à ne pas manquer.

 

SET-LIST :

 1pinion
2love is not enough
3sin
4terrible lie
5march of the pigs
6the line begins to blur
7closer
8reptile
9burn
10no you don't
11give up
12help me i'm in hell
13eraser
14la mer+into the void
15survivalism
16wish
17suck
18down in it
19hurt
20the hand that feeds
21head like a hole

Angel O (Mars 2007)

Aller mater la galerie de photos de ce concert. Un grand merci à Marcus Chocolat pour sa collaboration.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment