Lankum, Craze le 12/04/24 Rennes (Antipode)

Il y a environ un an Lankum passait par Paris pour une date unique en France après la révélation qu’avait été l’album False Lankum présent dans de nombreux tops de l’année 2023. Un Petit Bain blindé de blindé et une ambiance folie (toutes proportionnions gardées vu les aspects sombres de leur musique) que nous avions adoré. (à lire par ici)

En ce début d’année on apprend que Lankum annule une bonne partie de sa tournée Française de plusieurs dates à cause de tournées répétées depuis un an et de fatigue accumulée. Les dates de Rennes et Paris sont maintenues, mais pas d’avantage. Un mois plus tard les irlandais.e.s sont bloqué.e.s dans leur pays à cause d’une sévère tempête. Heureusement la date de Rennes peut être reportée en ce mois d’avril 2024, une poignée de jour avant leur passage au Roadburn. Ouf ! On l’aura mérité ce concert.

En première partie, on retrouve Craze, le projet du sonneur Tangui Le Cras. Seul, au milieu du public, le joueur de biniou hypnotise les gens par une musique répétitive, tout juste dissonante et qui ne tient pas vraiment de la musique traditionnelle mais plutôt expérimentale. Tangui est éclairé d’un spot lumineux et joue et se meut au milieu des gens à demi dans la pénombre. Comme chez France ou La Tène (qui n’ont malheureusement pas été reprogrammés sur ce décalage de date), il y a vrai aspect transe dans sa musique, presque Techno (mais sans beats) sauf que lui utilise un biniou et pas de vièle à roue. Mais l’effet reste le même, on se prend à danser, à ce que notre esprit quitte notre corps comme diluée dans cet enchainement de notes répétées à l’envie. C’était franchement captivant !



Les applaudissements sont nourris lorsque Lankum rentre sur scène et le commence par The Wild Rover afin d’installer une ambiance solennelle et presque rituelle également soutenue par The Young People même si morceau possède un peu d’espoir en fin de titre et où entrevoit la lumière au milieu de ce ciel opaque alors que The New York Trader donne envie de trouver le premier pub au coin de la rue et chanter les paroles à tue-tête. La setlist est à peu près la même que celle de l’an dernier à quelques détails près et Lankum se focalise principalement sur les énormes tubes de son second disque The Livelong Day de 2019 (peu défendu sur scène à cause du covid) et bien entendu du fort plébiscité False Lankum qui a tout raflé l’an passé. Le groupe semble très heureux de passer la soirée avec nous, Ian Lynch (Chant / Cornemuse / Flûtes) prenant de temps en temps la parole pour faire quelques petites blagues. Tu sens qu’il y a une vraie complicité dans la formation d’une part parce que Daragh Lynch (Chant / Guitare / Piano) et Ian sont frères, mais aussi avec Radie Peat (Chant / Accordéon / Harmonium). T’as trop envie d’être pote avec eux et de passer une soirée à boire des bières et jouer de la musique ensemble.

Je suis très content de les entendre jouer The Pride Of Petravore presque Indus rituel, qui sonne comme une marche militaire festive et sa progression est fantastique et pourrait être dans un film d’Ari Aster tout comme le morceau Lullaby que je découvre et qui est d’une beauté sombre à couper le souffle. On dirait du Amenra en version Folk et en parlant de ça on aura aussi le doit au funéraire Go Did My Grave en conclusion parfaite de noirceur et de mysticisme. Heureusement qu’un On A Monday Morning était glissé entre deux pour détendre l’atmosphère. Lankum est par ailleurs très généreux ce soir puisqu'ils reviennent pour trois morceaux en rappel : Cold Old Fire, Fugue pour un pur morceau de Dark Ambient / expérimental bizarre et le fameux Bear Creek histoire de finir sur une note dansante et se déhancher sur les dernières notes.

En somme, c’était une très très belle soirée, c’est toujours très chouette de voir Lankum sur scène, pour leur complicité, les différentes émotions qu’ils peuvent transmettre à savoir danser et boire des coups tout comme l’instant d’après tu as envie d’être seul dans le noir plongé.e dans tes pensées. C’est ça qui est très fort dans leur musique de mêler des musiques folk joyeuses et musiques expérimentales sombres avec une cohérence inédite. Bref écoutez les, allez les voir en concert et découvrez Craze pour les plus mordu.e.s de musiques répétitives.

Pentacle (Mai 2024)

Merci à l’Antipode pour l’invitation.

Setlist :
The Wild Rover
The New York Trader
The Young People
Rocky Road Of Dublin
The Pride Of Petravore
On A Monday Morning
Lullaby
Go Dig My Grave
Cold Old Fire
Fugue
Bear Creek

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment