Albums du moment
Pochette Sky Void Of Stars
Pochette Ocean
Pochette Fog Infinite Pochette Gris Klein

August Burns Red, Bury Tomorro, Novelists le 20/11/22 Paris (Cabaret Sauvage)

C’est après avoir esquivé moult vendeurs à la sauvette entre le Trabendo et le Zénith et bravé les méandres pavés du Parc de la Villette, que j’arrive enfin devant le Cabaret Sauvage. Il est seulement 18h00 et la queue s’étend déjà sur presque une centaine de mètres. Nous patientons plus ou moins sagement en compagnie du froid et des effluves iodés du Canal de l’Ourcq pendant que les vigiles s’affairent à fouiller les gens, trrrrrès lentement et pas sûrement. Tellement lentement que je manque de rater le début du premier set.

Novelists 
ouvre le bal en remplacement de Thornhill et Miss May I avec un line-up tout chaud sorti du four : suite au remplacement de Mattéo par Tobias Rische (ex-Alazka), c’est Pierre Danel (Kadinja, Sal3m) qui vient rajouter sa pierre à l’édifice et prend la place laissée vacante après le départ de Charles-Henri en 2018. Le quartet (re)devenu quintet défend, pour cette première date française de la tournée, son dernier album en date en compagnie de cette nouvelle équipe : au revoir les influences mélodiques Pop et la profondeur mélancolique, bonjour le Metalcore et les effets synthétiques à outrance (basiques ou adaptation aux tendances musicales, chacun voit midi à sa porte). Ce chapitre sorti en septembre n’a pas grand-chose de neuf, finalement : sur douze titres, cinq sont des interludes instrumentaux plus ou moins courts (allant de 59 secondes à 2 minutes 20), et cinq autres étaient déjà sortis en tant que singles, étalés de fin 2020 à juin 2022. 

Heureusement, leur passage sera essentiellement concentré sur les morceaux au format plus radio-friendly, avec en prime A Bitter End (Noir, 2017) et Gravity (Souvenirs, 2015), pour les fans de la première heure. Cependant, la voix plus Metalcore de Tobias n’est pas du même effet que le timbre bluesy de Mattéo. Nous aurons droit à une joute de virtuosité entre Pierre et Flo avant l’efficace Smoke Signals, sur laquelle on peut enfin entendre Nicolas Delestrade (Basse - Ten56) au chant clair ! Lui qui ne parle jamais sur scène (de ses dires) et qui était plus discret sur les opus précédents, sa visibilité plus importante fait plaisir à constater. Le public sera ultra-réceptif tout le long, n’hésitant pas à slammer et à enchaîner les circle pit. On n'a que peu à ajouter sur leur impeccable prestation, à part qu'on aurait peut-être interverti Lost Cause et Do You Really Wanna Know?, l’outro de cette dernière, fût-elle rallongée, aurait peut-être eu plus d’impact pour une fin de set - un peu à la manière de Leprous lorsqu'ils nous quittent sur The Sky Is Red. N'hésitez-pas à aller les voir en 2023.

C’est au tour de Bury Tomorrow d’enflammer les planches du Cabaret, après avoir retourné les terres galloises du Hellfest et du Motocultor. Et n’ayant pas visité l’Ile-de-France depuis le Download 2018, il faut rattraper le temps perdu. Accrochez-vous à vos slips, serrez les fesses, c’est l’heure de la pétée. Le sextet britannique motive la foule d’entrée de jeu en les invitant à un wall of death dès le premier titre, Choke. Sans surprise, leur acte sera centré sur l’album Cannibal, sorti en plein confinement 2020 et qui n’avait pas eu de tournée consacrée jusqu’à présent. Qu’à cela ne tienne, les fans ont eu le temps de réviser et scanderont volontiers l’intégralité des paroles ! Notons que Dany prend beaucoup de temps pour converser avec nous, nous faire faire une hola, nous convier à attraper le bras de nos voisins et sauter en rythme - qu’on exécute de bon gré, le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour à l’anglaise. « When life gives you something awkward, you lean into it and make it even more awkward », comme il dit. C’est indéniable, ils savent mettre l’ambiance. Et quelle ambiance ! Sur Abandon Us et Boltcutter, singles prévus sur leur prochain volet The Seventh Sun (2023), les mouvements de foule sont tels que les barrières entourant la régie sont prêtes à lâcher, laissant l’ingé son protéger la baraque à lui tout seul ! Pour couronner le tout, c’est sur le breakdowns énervés de Death et Cannibal de l’album éponyme que les crowdsurfers déferleront sur la sécurité de manière continue, un peu comme la scène d’ouverture de The Happening (2008) de M. Night Shyamalan.

Le set des américains d’
August Burns Red sera un peu plus en demi-teinte. Cela vient possiblement du défoulement excessif du public, ou du déroulement très expéditif des titres, rendant le fil conducteur du show difficile à suivre - et par conséquent, un dialogue entre fans et musiciens plus que faible, comparé aux britanniques. Le quintet ouvre avec leur reprise de Chop Suey (System Of A Down), titre éternellement fédérateur par son efficacité et son classicisme. Ni une ni deux, on ne laisse pas retomber l’adrénaline et on enchaîne avec Bloodletter, Paramount et Dismembered Memory de Guardians, leur dernier "vrai" ouvrage studio datant de 2020 (désolée, mais les chansons de Noël, ça ne compte pas). Les injonctions pour chauffer la salle sont évidemment présentes : le classique "jump! jump!" ou encore, derrière sa basse headless Thanos de chez Kiesel, Dustin Davidson qui invite les plus téméraires à un wall of death imminent tel Moïse séparant la Mer Rouge en deux (convenu, vue la couleur des spots)… Efficaces, mais toujours peu de réels échanges. A la limite, cela donne libre cours à quelques incivilités dont le sens m’échappe comme des éco-cups balancés à vau-l’eau à travers la fosse.

La tête d’affiche choisira de clôturer la soirée avec Marianas Trench et White Washed (Constellation, 2009), ayant complètement laissé de côté Rescue And Restore (2013) ou Leveler (2011), que je trouve plus percutant et plus cohérant avec le reste de la programmation. Cela aurait été l’occasion de le remettre à l’honneur puisque le groupe célébrait ses dix ans récemment. Si Bury Tomorrow a mis l’accent sur leur inébranlable volonté d’avoir un esprit familial et inclusif quitte à foutre l’intolérant à la porte, August Burns Red n’a pas reçu le mémo et a fait l’impasse sur le minimum syndical de chaleur humaine. Après un bref salut, ils s’en iront sans rappel et sans la traditionnelle promesse de revenir prochainement. Dans le futur, qu’ils restent en support, qu’on puisse finir sur une note positive.

OonaInked (Décembre 2022)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment