Albums du moment
Pochette Ritma
Pochette Fossil
Pochette Playful Winds Pochette The Quiet Earth
Chroniques
Pochette Dissociation
Pochette Forest Nocturne
Pochette Aeternum
Pochette Extreme Power Metal
Pochette Weltschmerz
Pochette L'Abime Dévore Les Âmes Pochette Omega

Crippled Black Phoenix, Møl, Impure Wilhelmina le 04/09/22 Paris (Backstage)

Onzième date d’une tournée qui en comprend dix-sept, le Backstage At The Mill de Paris à Montmartre accueillait ce dimanche 4 septembre trois groupes à l’identité et genre bien distincts : Les Suisses d’Impure Wilhelmina, les Danois de Møl et les Anglais / multiculturels de Crippled Black Phoenix.

Impure Wilhelmina ouvre donc la danse avec sa musique mélancolique et passionnée, et quoi de mieux pour commencer cette soirée qu'avec le titre Solitude, premier morceau de leur dernier album Antidote. Un break de batterie de quelques secondes et c’est parti ! Les guitares, la basse, tout se déploie comme un seul homme, les musiciens montrant leur maitrise des morceaux et expérience de la scène. La voix de Michael Schindl nous emporte dans leur monde, douceur dans une musique qui n’est pas timide, loin de là. La distorsion ne quitte jamais les guitares, la basse ronfle impeccablement et le jeu de batterie de Mario accompagne les cordes avec brio. C'est avec le deuxième morceau, Dismantling, que la claque sonore arrive : blast à la batterie, chant hurlé avec une sacrée réverb, la musique d'Impure Wilhelmina en concert transforme son imprévisibilité en une vraie patate dans la tronche qui surprendrait l’auditeur non averti. Le groupe enchaîne les titres de différents albums, dont le très bon The Enemy de Black Honey et sa fin Oranssi Pazuzuesque et termine son set par Everything Is Vain, titre doomesque de leur dernier opus. Un set efficace mais beaucoup trop court, puis c'est déjà un public un peu différent qui se rapproche pour assister à la prestation de Møl.



Les metalleux de Møl délivrent leur Black Metal shoegazé avec énergie devant un public rapidement conquis, sûrement familiers de leur musique, dont beaucoup de titres ce soir proviennent de leur dernier méfait, Diorama. Le chanteur Kim n’hésite pas à descendre de la scène en emportant son pied de micro pour prendre la pose au milieu de tout le monde, sans louper une seule ligne de chant, qu’elle soit hurlée façon Black Metal ou dans un bon growl des cavernes. Le quintet est ce soir quatuor, les parties de guitares jouées par le second guitariste sont ici diffusées en playback, ce qui est dommage, mais j’imagine que le groupe aurait également préféré être au complet. Leur mélange de Black Metal avec du Shoegaze (tout de même extrêmement influencé par Deafheaven, il ne se faut pas se le cacher) fait mouche ce soir et les breaks un peu Hardcore (ce qui justifie la présence de leur casquettes) font balancer les têtes du premier rang. C'est une bonne expérience, mis à part la guitare avec une distorsion peu audible (encore une fois) et les passages calmes sont un peu trop convenus à mon goût, même s'il en faut pour tout le monde. Les Danois ont donc assuré leur set d’une quarantaine de minutes avec passion, cela fait plaisir à voir.



Pour conclure cette soirée, viennent sur scène les huit musiciens de Crippled Black Phoenix, qui sera le seul groupe ce soir à avoir un son parfait. Leur musique, au même titre que celle d’Impure Wilhelmina, est difficilement classable. Entre Rock Progressif, Post-Rock, Rock tout court même, j’attendais leur set avec beaucoup de curiosité. La petite scène du Backstage est parvenue à accueillir la troupe et le bal s’ouvre alors. Charismatiques, les musiciens enchaînent les titres avec précision, pour un set qui dépasse allègrement une heure, sans jamais marquer un moment de faiblesse. Les fans devaient être aux anges, mais pour ma part je leur aurais bien enlevé quelques temps de morceaux pour en donner aux premières parties. D’autant plus que le groupe a joué quelques un des morceaux de son prochain album Banefyre qui sera publié le 9 septembre et qui d’après mon humble avis n’ont pas le charme des morceaux de l’excellent Ellengæst sorti il y a deux ans. Crippled Black Phoenix avait sûrement envie de jouer ses nouveaux morceaux, leur dernier concert remontant à 2019. Les titres Lost et Cry Of Love, véritables tubes d’Ellengæst ont tout de même été joués, aussi efficaces en live qu’en studio.



C'est une très bonne soirée donc, malgré les lumières de la scène qu’on a un peu trop fréquemment dans la tronche et un son de guitare brouillon pour Impure Wilhelmina et Møl, ce qui ne les a pas empêché d’assurer un max. Les voilà repartis dans leur gros tour bus rouge pétant pour poursuivre leur tournée en Angleterre et Écosse.

Barja (Septembre 2022)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment