Textures, Year Of No Light, Aura le 02/11/2006 - Besançon/Larnod (Le Cylindre)

Le long week-end de la Toussaint (et le début du mois de novembre en général) est loin d’être le moment de l’année le plus réjouissant. Heureusement, pour égayer tout ceci, il y l’anniversaire de mon papa le premier novembre. Et le concert de Textures, Year Of No Light et Aura au Cylindre de Larnod/Besançon le 2.

Aura sont les locaux de la soirée. Etant moi aussi un « local », j’ai eu l’occasion de suivre le groupe depuis ses débuts. Et jamais Aura n’a semblé autant prometteur. Le quintette pratique un post-hardcore très inspiré auquel il a rajouté quelques touches post-rock (flagrantes sur les montées d’adrénaline), emo/pop (quelques refrains catchy) voire rock (dans certains rythmes). Le résultat est saisissant de maîtrise, scénique et musicale. J’ai beau avoir vu le groupe pas mal de fois sur scène, ce concert m’a bluffé, notamment le titre instrumental, réellement jouissif. Je ne vous le répéterai pas deux fois : Aura est un groupe à suivre. A la culotte. Point barre.

Bien qu’initialement prévu en headliner, c’est ensuiteTextures qui investit la petite scène voûtée du Cylindre ; soit parce les Hollandais voulaient jouer tôt afin d’être libre de repartir sur les routes ; soit parce que Year Of No Light est arrivé trop en retard pour pouvoir jouer en second, comme l’affiche le prévoyait à la base. Quitte à miser mon caleçon (du calme les filles ! du calme !), je parierai sur la seconde option. Toujours est-il que Textures est sur scène et s’avère être un groupe très rafraîchissant. Rafraîchissant sur le plan humain : les Bataves montent eux-même leur matos, s’encouragent pour le concert en se tapant dans les mains au beau milieu de la scène, remercient longuement le public, jouent avec le sourire, etc. Bref, un groupe simple et heureux d’être dans un trou aussi paumé que le Cylindre. Un groupe rafraîchissant musicalement aussi. Sur une musique à la base très complexe (polyrythmies, contre-temps, … toute la panoplie du 'Meshuggah Style'), le groupe incorpore des passages atmo/mélo de toute beauté, qui permettent au tout de respirer. Les titres du dernier opus des Néerlandais, Drawing Circles, sont à ce titre les plus aboutis. Je regrette juste que le groupe ne soit pas allé au bout de sa démarche et n’ait pas joué un morceau aussi atmosphérique et aérien que Upwards, probablement le meilleur morceau de leur dernier album. Le groupe est bien évidemment parfaitement en place et se révélera excellent sur scène (plus à l’aise qu’au Hellfest par exemple).

Les Bordelais de Year Of No Light, propulsés par un concours de circonstances en tête d’affiche, clôturent la soirée. Malheureusement pour eux, la musique du groupe n’a pas convaincu l’assistance dont une partie quitta la salle au fur et à mesure du set. Tant pis pour eux, ils n’auront pas pu se délecter de leur post-core/sludge à la Cult Of Luna dans lequel je perçois quelques réminiscences de Jesu dans l’utilisation du synthé. Les riffs ultra-lourds sont répétés longuement et créent une sorte de transe captivante, à tel point qu’on se prend presque à regretter la présence de chant… Un concert désespéré comme on les aime… idéal pour un mois de novembre.

Damien Pontus (Novembre 2006)
Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment