Albums du moment
Pochette Glow
Pochette Quelle
Pochette The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo Pochette Maudits
Chroniques
Pochette Siste Lys
Pochette Mathreyata
Pochette 2020 Pochette This Place Sucks Ass
Découverte
Pochette Moozoonsii

Psychonaut 4, Dagdagani, Young Georgian Lolitaz, Scratch the Floor [Cube, Lac de la Tortue, Tbilissi (Géorgie), le 27/09/2020]

Après des mois chaotiques où l'envie d'aller à un concert semblait bien éloignée de nos préoccupations quotidiennes, les circonstances vous ont peut être amenées à entendre à nouveau de la musique live récemment. Peut être à l'occasion d'un des rares festivals maintenus en France cet été (car oui, il y en a eu), ou d'un showcase ou d'un bœuf entre potes. En ce qui nous concerne, c'était à Tbilissi, capitale de la Géorgie. Un pays qu'on peut dire assez méconnu en France, ce qui vaut aussi pour leurs groupes de musique, même si vous avez peut être entendu leurs magnifiques chants traditionnels dans le cultissime Nosferatu : Phantom Der Nacht de Werner Herzog, remake du classique de F.W. Murnau. Des 35 groupes de Metal géorgiens référencés sur Metallum, vous connaissez peut être Psychonaut 4, sans doute la formation la plus reconnue du pays ou Ennui, très bon groupe de funeral doom ou encore Angel of Disease, qui jouent du death technique. Bref, on a vu un concert en Géorgie et voilà ce que ça donnait. L'intégralité du concert peut se regarder par ici.


Le scène du Cube sur le Lac de la Tortue. (photo par Jam Events)

Young Georgian Lolitaz
 
Finalement, vous avez peut être plus de chances d'avoir entendu parler de Young Georgian Lolitaz que de tous les groupes susnommés. Tout simplement parce que YGL a représenté la Géorgie à l'Eurovision 2016, avec une chanson bien construite, mais qui était visiblement formatée pour cette émission. Non, Young Georgian Lolitaz sont tout à fait capables d'écrire de la musique authentique, comme ils nous le montrent pendant leur set d'une grosse demi-heure. 



Le groupe joue un rock ancré dans les sonorités des nineties, avec de vrais riffs, des mélodies et un savoir faire d'écriture qui, visiblement, a eu le temps de mûrir en vingt ans d'existence. Un peu de The Cure par ici, une touche de Nirvana par là, des harmonies vocales et même un peu de Radiohead mélangeant les périodes The Bends et Hail to The Thief sur un autre morceau. Le groupe maîtrise très bien son sujet sur scène, avec un usage inventif des pédales d'effet et une section rythmique bien mise en avant dans le mix sans qu'elle ne prenne le pas sur les guitares, un problème récurrent de nos jours. Tout cela pour dire qu'on passe un bon moment avec Young Georgian Lolitaz, a fortiori dans un lieu avec beaucoup de charme, qui rappellerait presque la base de Loisir de Torcy et le regretté Fall of Summer. 

Psychonaut 4 

Et voilà le plat de résistance. Psychonaut 4 est un groupe établi, qui est en passe de remplir le vide laissé par la séparation Lifelover sur la scène Black Metal dépressive. Certains ont d'ailleurs tendance à les critiquer, trouvant que leurs compositions sont trop proches de celles des suédois pour être vraiment intéressantes, une vision un peu simpliste à notre humble avis. Parce qu'au fil des albums, Psychonaut 4 ont apporté de plus en plus de leur personnalité dans ces chansons, faisant du groupe une formation à part entière. 



Sur certains des morceaux joués ce soir, le groupe a intégré des motifs inspirés de chansons traditionnelles géorgiennes, qui s'intègrent bien aux éléments Black Metal sans qu'on ait l'impression que ce soit forcé. On sent aussi que le groupe s'est rodé avec ses tournées, les musiciens sont plus affûtés qu'auparavant, le tout est plus en place et vraiment solide. Le set est majoritairement constitué de nouvelles chansons, extraites de leur quatrième album à paraître fin octobre, Beautyfall. Il est un peu tôt pour donner un avis détaillé sur celles-ci, il faudra sans doute un peu de recul pour les digérer, mais on peut déjà sentir qu'elles ont ce qu'il faut pour que ça marche sur scène. 


On peut tout de même déjà déceler un potentiel tube en Sana-sana-sana – Cura-cura-cura avec son beat hypnotique, rappelant les grandes heures de Joy Division. Ces nouvelles compositions ont l'air d'être les plus riches proposées par le groupe à ce jour, plus longues et épiques à souhait. L'énergie est là, la voix de Graf est déchirante, à laquelle il faut ajouter les choeurs harmonisés de S.D Ramirez et Drifter. A la troisième guitare, on retrouve d'ailleurs Gio Kordzaxia (guitariste live d'Ennui et Angel of Disease) qui remplace Glixxx, ce dernier étant en prison jusqu'à début 2021 pour une sombre histoire de stupéfiants. En soi, à part le son qui aurait pu être un petit peu plus précis sur les guitares, le seul réel défaut de ce concert est sa durée, à peine quarante minutes. Leur reprise débridée d'I Wanna Be Your Dog aurait bien conclu ce set.


Scratch The Floor 



Il est impossible de tout aimer dans ce bas monde. Si vous pensez qu'un mélange entre Linkin Park et Bring Me The Horizon vous plairait, alors vous devriez vous pencher sans attendre sur Scratch The Floor. Pour faire simple, on a des power chords bien bas du front et une généreuse couche d'electro-dance, emballez c'est pesé ! Soyons franc, le groupe sait jouer et restituer fidèlement ses compositions sur scène, avec l'énergie du son ''live''. Tout ce qu'on peut espérer d'un groupe en somme, à condition d'en apprécier la musique.






დაგდაგანი (NDR: Dagdagani en français)



Dagdagani est un des groupes moteurs de la scène rock géorgienne et on peut facilement deviner pourquoi : des compositions qui peuvent être énergiques ou plus calmes, mélangeant punk, rock et même hard rock, le tout avec un chanteur charismatique dont la voix rappelle parfois Marilyn Manson, y compris lorsqu'il pousse son chant jusqu'au cri.  Les lignes de chant couplées aux paroles en géorgien ont une touche assez mélancolique. Leur musique est assez difficile à décrire, étant un amalgame de d'éléments musicaux différents, sans que les chansons soient incohérentes pour autant. N'ayant pas eu la possibilité de voir le concert dans son intégralité, il est difficile d'en dire plus avec justesse. Mais le groupe est assez original et à son aise sur scène pour attirer la curiosité.




Neredude (Octobre 2020)

Photos par Tbilisi Underground (facebook) et Jam Events

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment