Albums du moment
Pochette Glow
Pochette Quelle
Pochette The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo Pochette Maudits
Chroniques
Pochette Mathreyata
Pochette 2020
Pochette This Place Sucks Ass Pochette Internal Incarceration
Découverte
Pochette Moozoonsii

Eluveitie, Lacuna Coil, Infected Rain le 29/11/19 Toulouse (Bikini)

Véritable institution depuis plus de 35 ans, le Bikini fait partie de ce réseau de salles qui savent proposer des affiches qui associent diversité et qualité. Nous attendions le retour d’Eluveitie dans nos contrées sudistes depuis de nombreuses années, et où ailleurs qu’au Bikini ce retour pouvait avoir lieu ? 

C’est dans un Bikini déjà bien rempli que les hostilités ont commencé avec Infected Rain. Porté par un chant de grande qualité et un son bien équilibré, le show est bien calibré et le public réagit déjà. La présence forte de Lena Scissorhands et les breaks furieux qui donnent un côté Néo Metal apportent une cohérence et une force agréable. Nos amis moldaves ont donc assuré avec brio la première partie malgré le jeu de lights un peu faible du Bikini. Il est agréable par ailleurs de voir que le premier groupe de la soirée aura joué quarante minutes, c’est beaucoup et c’est tant mieux.

Avec le temps, Lacuna Coil a su se faire une place dans le microcosme du Gothique. Depuis 25 ans leur musique basée sur un duo de vocalistes fort talentueux. La place commence à se faire rare au Bikini, même à l’étage, soulevant un soupçon d’inquiétude pour la suite. Il n’empêche que le public ne rechigne en rien à donner de la voix et du physique. Suivant le morceau, il est parfois un peu plus difficile d’entendre correctement les guitares. C’est dommage car certaines parties manquaient un peu d’énergie sur le milieu du set et il a été parfois un peu difficile de garder l’attention au maximum. Beaucoup de fans sont présents si l’on en croit les armoiries vestimentaires qui nous sont si chères, le nouveau Black Anima a rencontré son public. Beaucoup d’énergie positive est dégagée par le groupe et le message de fin We Fear Nothing réchauffe le cœur. L’heure du set est passée vite et laisse derrière elle un public échauffé et prêt pour la suite… du moins c’est ce que nous croyions.

Par son côté très accessible et à la mode, le Folk Metal de manière générale attire une population très diverse. C’est donc sans surprise que nous retrouvions des barbes blanches et des mouflet accompagnés de leurs parents. L’ambiance reste respirable, le backdrop représentant la rune d’Ategnatos est dressé, l’intro se fait avec une belle mise en scène… et le concert démarre. Tout semble fonctionner avec une facilité déconcertante, le public est conquis dès les premiers instants. Le son, si spécifique et si difficile à équilibrer par sa diversité (on ne règle pas une flûte et une batterie à double pédale de la même manière) est géré avec brio. Les lumières sont cette fois un peu plus réactives et suivent correctement les morceaux. Le rythme d’ensemble est très bien mis en place, alternant joie candide, growls furieux et calme poétique. Un solo de batterie, progressivement transformé en battle de guitares permet aussi de rappeler à ceux qui l’auraient oublié qu’Eluveitie est avant tout un groupe de Metal et qu’ils ne renient en rien cet aspect de leur musique. D'aucun.e.s auraient pu avoir peur de la qualité de la prestation live d’un groupe dont l’intégralité du line-up a changé depuis son origine (hors Chrigel Glanzmann) et dont beaucoup de membres sont arrivés il y a deux ans mais les faits sont là, Eluveitie reste un excellent en live.

Une fois encore, une soirée où on ressort couvert de sueur, le sourire aux lèvres avec la sensation que c’est passé trop vite. Il est par ailleurs plaisant de voir des femmes faire soulever des foules de metalleux en espérant que leur talent serve d’inspiration pour les futures générations. 

MrCactus (Décembre 2019)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment