Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette Neon Noir Erotica
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov
Pochette Summerland Pochette Fearmonger
Découverte
Pochette Discography

The Young Gods le 20/04/06 - Carmaux (Cap Découverte)

Le panorama qui s'offre à nous en parvenant sur le site de Cap Découverte, sis entre Albi et Carmaux, procure une sensation des plus étranges. Parc de loisirs uniquement ouvert en été, l'ambiance qui entoure le complexe et ses immenses bâtiments dépourvus de vie, présenterait presque quelques analogies avec celle de l'Overlook Palace de Shining si quelques gamins manifestement en classe verte ne s'égayaient à quelques pas de nous. C'est pourtant à cet endroit que The Young Gods ont choisi de fêter leurs 20 années de carrière dans la musique expérimentale.

The Young Gods fait partie de ces groupes pour lesquels chaque concert constitue un émerveillement. Le genre de groupe pour lequel on ne pense pas une minute que la lassitude puisse s'installer. Ce n'est en tout cas pas la prestation de ce soir qui va infirmer ce constat tant l'enthousiasme et l'envie de jouer des protagonistes n'apparaît aucunement émoussée par une si longue carrière. Aussi à l'aise devant un parterre copieusement rempli que constitué d'une centaine de personnes, comme c'est le cas aujourd'hui, The Young Gods ne mettent que très peu de temps à instaurer cette atmosphère si particulière, sorte d'invitation au voyage à la croisée de la poésie, du rock traditionnel et de la musique électronique. Bien drapé dans son costume de guide, Franz Treichler n'a pas son pareil pour capter l'auditoire. Pendu à son micro et enrobé d'un doux halo bleu, le frontman apparaît comme hors du temps, réagissant aux soubresauts de sa musique un peu à la manière d'un Brel ou d'un Férré, chantant avec langueur puis se mettant soudain en rupture, partant dans une gestuelle de danseur classique. Il est d'ailleurs amusant de voir le contraste avec Trontin et Al Mono, ces derniers se démenant comme des acharnés sur leurs instruments.   

Difficile de faire un choix dans une discographie aussi fournie que celle des Young Gods. Aussi on pardonnera quelques oublis tels que "Longue Route" et le passage assez rapide sur la période L'Eau Rouge. La prestation de ce soir se veut en quelques sorte assez représentative de l'évolution du groupe et surtout de ses capacités d'adaptation à tous les types de musique. Ainsi, les helvètes revisitent une partie de leur répertoire industriel avec "Supersonic", "Moon Revolution", "Lucidogen", et leurs ancêtres "L'Amourir" et surtout "Jimmy" qui assomme l'auditoire d'entrée avec sa rythmique de brute. Une large place est également accordée à la période américaine Tv Sky et Only Heaven lorsque la musique des Gods tente de faire les yeux doux avec talent aux States ("Kissing the Sun", "Skinflowers", "Gasoline Man"). Mais, outre un nouveau titre intitulé "Si Mes Souvenirs sont Bons", la grande surprise vient assurément de la réinterprétation ambient de "Envoyé" et surtout du somptueux "Child In The Tree" exécuté à la guitare par Treichler qui s'avère être l'unique temps de répit de cette soirée. 

Finalement c'est à la fin de cette rédaction que je me rends compte combien il est difficile de décrire une prestation des Young Gods, celle-ci faisant tellement appel aux sens et reposant tellement sur les ambiances qu'il apparaît assez vain d'en coucher sur le papier ne serait-ce que le dixième. Le propre des déités étant d'être éternelle, les jeunes dieux helvètes n'ont pas fini de nous faire rêver.

Fragone (Juin 2006)

Remerciements à Tom de l'association Rocktime.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment