Albums du moment
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Back In Business Pochette Hvísl Stjarnanna
Chroniques
Pochette Rammstein
Pochette Syntheosis
Pochette Flub
Pochette Masses
Pochette Compromissions Pochette Loud As Laughter

Perturbator + Dan Terminus (le Trianon, Paris - 29/03/2019)

On n'avait pas vu Perturbator en concert à la capitale depuis 20‎1‎6, dans la petite Maroquinerie. Depuis un passage au Hellfest après Emperor en 2017 et l'année dernière au Download, la popularité du français a grimpé au point de remplir des grandes salles dans toute l'Europe, avec un final de tournée dans le beau cadre du Trianon. 

Dan Terminus

C'est un vrai plaisir de revoir Dan Terminus, surtout quand on se souvient de la réussite qu'était son dernier album Automated Refrains. Avec ses synthés vintage, il est complètement possédé et se déchaîne sur scène. Malheureusement, on pourrait lui faire le même reproche que sur album : ses chansons rapides et agressives bourrées de distorsion ne fonctionnent pas vraiment, parce qu'elles n'ont pas ces éléments dans lesquels Dan excelle : le sens de la mélodie et des arrangements ingénieux. Et pourtant, il était parvenu à raffiner son registre rapide sur Automated Refrains, mais ce soir, il manque quelque chose, peut-être un bête problème de son ? 





Et quand Dan Terminus repasse sur des titres plus mid-tempo, tout le sel de sa musique refait surfance, notamment sur les extraits de The Darkest Benthic Vision, une sorte de réinterprétation dansante et rythmée de Vangelis. Il ne joue pas The Chasm ce soir et c'est bien dommage, car c'est sans doute son meilleur morceau et il aurait pu convaincre les indécis. Et ce set bien court ne lui laisse pas le temps de développer son univers.



Perturbator


La grande nouveauté avec Perturbator en concert, hormis le lightshow hollywoodien, est l'intégration d'un batteur à la formation, ce dernier n'étant autre que Dylan Hyard, qui avait officié dans I The Omniscient avec James Kent. L'idée est riche, apportant plus d'énergie visuelle au concert tout en donnant un côté plus organique à cette musique qui reste très synthétique. De fait, avec Dylan, on redécouvre les rythmes de Perturbator qui ont fait sa renommée, jusqu'à remplir le Trianon ce soir. On peut notamment apprécier des fills particulièrement efficaces aux cymbales sur des titres comme She Moves Like a Knife



Pour notre plus grand plaisir ce soir, Perturbator interprète New Model en entier, un EP qui révèle un raffinement toujours plus prononcé dans la composition et les arrangements, que ça soit des glitch sur Birth of The New Model, les beats indus de Tactical Precision Disarray ou le rythme endiablé de Corrupted by Design. On a même droit à de la nouveauté puisque James s'est enfin décidé à tester Vantablack sur scène, une bonne nouvelle sachant qu'il s'agit d'un de ses meilleurs titres avec du chant. Heavydemment, on aurait préféré que Jim d'Oddzoo nous la chante en personne, mais gageons que ça sera pour une prochaine fois.



De son côté, James Kent headbangue derrière ses claviers comme si sa vie en dépendait et harrangue la foule pour les inciter à taper des mains ou à se déhancher encore plus. Si le son manquait de punch en début de concert, ça a été corrigé pendant le set. C'est à partir de ce moment que le public devient vraiment zinzin, et que le parquet commence à trembler sérieusement quand des classiques comme Humans are Such Easy Prey sont dégaînés. Le nouveau titre récemment mis en ligne Excess est également joué, et tout porte à croire qu'il a déjà été adopté par les fans, avec ses riffs de guitare bien 80s façon The Sisters of Mercy sous stéroïdes.



Petite anecdote people, notre Jean-Michel Jarre national était présent au concert, ce qui n'est guerre surprenant quand on sait qu'il a déclaré être fan de Perturbator dans la presse. En hommage, le duo s'est essayé à jouer une cover qui a plutôt bien passé le cap de la scène avec l'énergie du rock injectée dans la musique électronique. Voilà, un petit coup de Perturbator's Theme, et c'est déjà la fin du concert et on a déjà envie d'y retourner. Espérons que la prochaine tournée laissera la place à plus de chansons mid-tempo, même si malheureusement elles semblent être accueillies sans trop d'enthousiasme par le public.

Neredude (Avril 2019)

Photos par Brian Ravaux(site webfacebook)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment