Thom Yorke Philharmonie de Paris, (07/04/2019)

Ce soir-là, nous retrouvions donc Thom Yorke à la Philharmonie de Paris avec les soeurs Katia et Marielle Labèque et les guitaristes David Chalmin et Bryce Dessner pour une soirée axée sur la musique minimaliste en première partie. 


Après l'entracte, les soeurs jouaient deux compositions inédites de Thom Yorke dont une pièce instrumentale de 25 minutes à deux pianos. Même si le vocaliste n'a fait que deux courtes apparitions sur les deux sets, la soirée était très intéressante avec une sélection de chansons de compositeurs minimalistes dont Max Richter. Les soeurs Lavèques impressionnent par leur maîtrise de l'instrument, aussi bien en technique classique que pour expérimenter en triturant les cordes du piano à la main pour créer un son étouffé. La longue composition de Thom Yorke Don't Fear The Light est intéressante car elle s'eloigne de ce à quoi le britannique nous a habitué, autant en terme d'instrumentation que de format, même si ces lignes de piano énigmatiques, parfois à la limite de la dissonance, ne sont pas sans rappeler son dernier album solo, l'excellent double Suspiria ou même les expérimentations du sous-estimé The King of Limbs. Aux deux pianos à queue s'ajoute un synthétiseur analogique qui enveloppe le ruissellement de notes avec des basses délicates. La deuxième chanson Gawpers est beaucoup proche de ce que fait Thom Yorke en solo, ou même Radiohead, avec des lignes de piano simples mais efficaces, toujours assaisonnées avec un synthétiseur old school. Thom Yorke, plutôt discret à la voix en début de soirée, révèle ici des lignes vocales beaucoup plus expressives. Ce n'est certes pas un grand chanteur mais sa voix garde aujourd'hui un charme indéniable, à tel point que le concert se termine bien trop vite au goût de tous. Mais le malicieux British a plus d'un tour dans son sac. Il nous glisse "maintenant, on va vous jouer des reprises de hip hop !" sur le ton de la rigolade, mais on sait qu'au fond de lui, il aurait sans doute aimé le faire. A la place nous avons droit à une sublime interprétation de Suspirium, qui est magnifiée par les deux piano des soeurs Lavèque pendant que Yorke continue sur sa belle lancée à la voix. Non vraiment c'était beaucoup trop court, d'autant plus maintenant que le potentiel scénique de Suspiria a été confirmé, à tel point qu'on espère qu'il en jouera plus en tournée, peut être pour un cine-concert qui sait ? 

Neredude (Avril 2019)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

davbassLe Jeudi 11 avril 2019 à 06H50

Et bien, ça fait grave envie, les sœurs labeque sont d'incroyables musiciennes (l'une d'elle est l'épouse du magnifique john mac laughlin) et Thom Yorke avec son feeling monstrueux. Y'a une tournée de pré vue?

davbassLe Mercredi 10 avril 2019 à 23H20

Et bien, ça fait grave envie, les sœurs labeque sont d'incroyables musiciennes (l'une d'elle est l'épouse du magnifique john mac laughlin) et Thom Yorke avec son feeling monstrueux. Y'a une tournée de pré vue?