Albums du moment
Pochette Trisagion
Pochette VOID
Pochette Måsstaden Under Vatten Pochette Trip To The Void
Chroniques
Pochette Caravan
Pochette As The Shadows Fall
Pochette Malignant Reality
Pochette Oi Boys
Pochette Demo 2021
Pochette A Tear In The Fabric Of Life Pochette Untethered Abyss

Chronique live de Loudblast + Dagoba + Gholes Montpellier (Rockstore) le 23 avril 2004

Loudblast + Dagoba + Gholes, ce soir le rockstore va trembler ; Slaves On Dope Initialement prvu a t remplac par Dagoba, et je ne vais pas men plaindre.
Ca commence avec Gholes, jeune groupe de black qui ne menthousiasme pas vraiment, rien de bien nouveau me semble til, ntant pas vraiment amateur du style je ne mtendrais pas plus.

Viens ensuite Dagoba, sans pour autant tre une grande nouveaut musicale le premier album de Dagoba mavait fait bonne impression. Gros son, bonne matrise technique, des morceaux certes simple mais efficace, un groupe voir live donc.
Et ils ne doivent pas, le groupe est extrmement carr, et ds que le concert commence une meute de fans prend dassaut les 3 mtres devant la scne et y fait un vritable champ de bataille. Chacun son truc mais personnellement je trouve cetta attitude un peu stupide, un pogo nest pas fait, me semble-t-il pour y faire un remake de Fight Club Le gros du public restera donc bien en retrait du troupeau de bovids tandis que les plus chanceux auront eut le temps de se coller la scne. Fin de la parenthse je critique le public pour en revenir au groupe qui aligne les morceaux les plus prenant de son album (Maniak, The White Guy (and the black ceremony), ) .Franck la batterie impressionne par sa matrise, le reste du groupe nest pas plaindre. Les compos sonnent tout comme sur le CD, pas de dception donc ; le groupe bouge (en particulier Werther) mais reste encore un peu trop statique mon got. Mais cela reste du chipotage, le groupe joue un set court mais efficace qui ne dcevra pas les amateurs du groupe.
Pour la suite je laisse la parole Buffet Froid.

Loudblast ou la machine remonter le temps ?!
La petite histoire, pour y voir plus clair 1995, le live the time keeper sort dans les bacs, et cest indniablement lapoge totale pour Loudblast (qui existe depuis 1986 avec dj 5 CDs leur actif), la scne franaise regorge de divers groupes trs talentueux cette poque, Agressor, Supuration mais Loudblast ressort comme LE groupe incontournable. Mais (car il y a toujours un mais), Fragments (1998) sera lalbum de la dislocation, puisquil divisera les fans, et oui leur changement de couleur musicale leur sera fatal (plus heavy). Et quoi quon en dise la mort de loudblast est belle et bien l, ils essaieront bien quand mme de remonter la pente, en sortant un autre live, mais cest un flop. Ils cltureront en 1999 avec a taste of death (un lalbum qui porte plutt bien son titre, puisquil est presque inexistant dans les mmoires des fans)

Et paf On vous propose dix ans aprs une re-formation, et une tourne ? Alors, comme javais rat ce fameux spectacle en live, jy suis all, tonne, un peu septique, mais paradoxalement trs excite car jallais enfin voir un des groupes phares de ma jeunesse. Bref je ne pouvais pas rater le concert que javais rat y a 10 ans !

Ds les premires notes, on sait alors qui on a affaire. Dailleurs au passage il y avait la cargaison de thrasheurs prt tout peter, avec leurs t-shirt death to nu metal. Apparemment, y a du mchants dans le pit, qui ne sont pas venus ici pour dconner ! Dans le public, y a tous les ges, cest mitig, mais pas mal de vieux de la vieille relooks en skateurs, hardcoreux, ou la death old school, plutt curieux qui viennent nostalgiques ingurgiter un bon bain de souvenirs.
Aprs bah, indniablement cest la grosse artillerie, cest plus que rod. Le show, est carr, trs pro, parfait, brutal, rentre dedans, les basses brumeuses explosent, les riffs senchanent dchans, sans parler de la double, cest bruyant (bon outre le son crados du Rockstore qui explose les tympans), cest lourd, cest gras, tout est exactement comme on lattendait y a 10 ans en arrire. Le dcor plutt sobre, avec les artworks dentant, des jeux de lights assez basiques o les rouges sont prpondrants (ceux quon avait lhabitude de voir avant dans les concerts de death/ thrash de lpoque), du head banging en veut tu en voil, (dailleurs Buriez sest laiss pousser les cheveux comme lancienne ! Fini les cheveux courts dcolors, bizarre vous avez dit bizarre ?) En somme, pas de fioriture, cest bien du Loudblast comme on avait pu limaginer. Evidement, le show ne nous pargne pas, Cross the threshold, no tears to share, subject to spirit, tous les vieux morceaux phares du groupe sont l, (un peu comme un remake de the time keeper dailleurs !) On sait lavance ce que monsieur Buriez va dire, puisque tout est calqu sur ce quon imaginait. Cest jouissif, orgasmique, on est heureux de voir, de vivre, de pouvoir beugler ces morceaux qui ont tant bercs nos jeunes annes. Et tout a, nous ramne notre tendre (ou pas tendre dailleurs) enfance, cest trange, on rajeunit dun coup. Scniquement cest un vrai concert comme avant . Avec seulement trois morceaux du dernier album. Trs pro, pas de doute, mais 10 ans trop tard mon got. Evidemment rien nest redire, tout tait parfait, mais lon peut, peut tre se demander si, tout a au fond nest pas calcul ? Du coup, je suis sortie toujours aussi septique, mais trs excite !
Des souvenirs plein les yeux, plein les oreilles, pour un concert o il ne fallait pas tre trop avant gardiste. Jattendais plus peut tre ? Mais naurais je pas t due de les voir changs ? Allez savoir

Bacteries (Juin 2004)

(chronique de Loudblast par Buffet Froid)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment