Chroniques
Pochette Ruined
Pochette The Atrocity Reports
Pochette Land
Pochette Vaitojimas
Pochette Enemy Pochette Cycles

Rotting Christ, Carach Angren, Svart Crown le 05/02/18 Nantes (Le Ferrailleur)

Un an après leur passage à Rennes avec Inquisition, Schammasch et Mystifer, Rotting Christ est de retour dans le Grand Ouest, à Nantes plus précisément, accompagnés du groupe de Black Metal Symphonique néerlandais de Carach Angren et des français de Svart Crown officiant, eux, dans un registre Black / Death Metal.

Ce sont les Niçois qui montent les premiers sur planches et ce sera le groupe le plus brutal de la soirée. Il faut dire que leur Black / Death Metal ne laisse pas franchement la place à beaucoup de finesse et de subtilité. Riffs bourrins qui t'arrivent dans la poire, blast sur blast, du growl qui fait pas semblant... question violence on est servi. Alors oui, c'est super carré, niveau technique les mecs ne sont pas des manches, mais après trois / quatre morceaux, ça commence à tourner un peu à vide. J'ai apprécié qu'ils jouent Colosseum issu de l'album Witnessing The Fall que j'avais bien aimé à sa sortie en 2010. En 2018 hélas leur formule me passe au dessus de la tête.



Curieux de revoir Carach Angren après un excellent concert à Rennes en 2013 avec Fleshgod Apocalypse et Septic Flesh, mais aussi une déconvenue au Hellfest 2015. Malheureusement ce soir ça sera également en demi-teinte. Les revoir sur scène a toujours ce côté incroyable, surtout la prestation ultra théâtrale de Seregor et ses hurlements à glacer le sang. Le chanteur est habité et joue son rôle à la perfection. De même pour le claviériste qui joue sur un clavier sur pivot à tête de mort (oui, oui) bougeant dans tous les sens. Leur set a un côté Disney horrifique, qui est plutôt rigolo au début mais à tendance à me lasser après quelques titres. La faute déjà à leurs compos qui semblent n'avoir ni queue ni tête, remplies de cassures et d'orchestrations qui partent dans tous le sens depuis le néanmoins très bon Where The Corpses Sink Forever. Ca, plus l'impression d'en faire des caisses sur scène (et donc dans leur musique), me font abandonner assez rapidement. Sans regrets puisque j'ai tenu jusqu'à Bitte Tötet Mich et qu'ils ont fait l'impasse sur The Funerary Dirge Of A Violinist.



Ambiance différente avec l'arrivée de Rotting Christ car le public va se révéler bien plus impliqué que sur les deux autres groupes. On sent que la fosse est là pour eux, et les Grecs ne vont pas se priver de venir haranguer la foule. Clameurs, applaudissements, reprise en chœur de certaines incantations et même quelques pogo, le concert est bien différent de celui vu l'an dernier à Rennes. Et ça fonctionne, car le set possède à la fois une puissance (notamment dans les lignes vocales à faire frissonner) que dans ses ambiances plus religieuses. Les deux derniers albums seront à l'honneur (logique car je pense que le public actuel les connais surtout pour Rituals et Κατά τον δαίμονα εαυτού) ce qui n'est clairement par pour me déplaire car les deux opus ont une cohérence entre eux, mais aussi chacun leur spécificité (l'aspect plus rituel de Rituals  justement). Le son est impeccable, les musiciens en veulent et ça tombe bien le public aussi. La setlist est géniale avec en point d'orgue le Doomy In Yumen / Xibalba, mais aussi le très martial Apage Satana. Allez, inutile de s'étendre, ça tuait, c'est tout.


Pentacle (Février 2018)

Merci à Garmonbozia pour l'invitation.
Merci à Gaël Hervé pour ses clichés. Plus de photos de la soirée à voir sur son FB.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment