Chroniques
Pochette Unique
Pochette Currents
Pochette Endless
Pochette Healed By Metal
Pochette Erase Me
Pochette Jericho Sirens
Pochette Bliss Pochette Insanity Alert

Southern Lord Recordings Europe Melkweg - Amsterdam, le 29/10/17

Après des heures de bus, nous parvenons à nous réunir devant le Melkweg d’Amsterdam pour assister à la grande Messe de Southern Lord Recordings. Ce fest annoncé quelques mois auparavant a réussi à motiver les troupes, et à réunir son public de gens habillés en noir, prêts à enchaîner 6h de concert. Au programme Vitamin X, Wolfbrigade, Big BraveOkkultokratiCircle, Magma et Sunn O))). Dur de rêver affiche plus parfaite pour les aficionados de gros décibel. Nous arrivons sur la toute fin de Vitamin X et nous manqueront hélas Wolfbrigade pour aller nous restaurer en délicieux falafels. Tant pis pour la partie Crust / Hardcore de l’affiche. 

Avec un Ardor qui m’a pas mal remué cette année, j’étais curieux de voir les canadiens de Big Brave sur scène. Le démarrage se fait (lentement) sur Sound et en fait les trois titres de l’album seront joué dans l’ordre. L’entrée en matière est lourde et pesante. Pas comme un groupe de Sludge de base, mais de manière plus raffinée. Un peu à la manière d’un Earth. Le côté expérimental est décidément leur force car même en connaissant bien l’album, il est toujours aussi difficile de classifier le groupe. Post-Rock ? Doom ? Rock-Psyché ? Drone ? Noise ? On trouve de tout ça chez Big Brave, ce qui rend leur prestation captivante portée par une batterie d’une brutalité ou d’une finesse rare, de deux guitares massives ou clairvoyantes et surtout de la géniale voix de Robin Wattie rappelant au choix Blonde Redhead / Julie Christmas. La grande classe.



Malgré des conditions plus optimales qu’au Hellfest cet été et les déhanchés de Black Qvisling, le feu ne prend pas aux poudres ni à la foule (à moins que je me sois déshabituée du public Hollandais qui se montre peut être parfois plus réservé). Les morceaux d'Okkultokrati sont assez semblables dans leur composition, on alterne entre des compositions plus Black / Doom, d’autres très axées Rock Gothique, ou un mélange des deux, sans jamais que quelque chose de spécial s’en dégage. Le charisme du chanteur est pourtant à la hauteur, mais son jeu de scène parfois un peu répétitif peut facilement lasser son auditoire. Et ce n’est pas les rythmique Hardcore / Punk qui inverseront la tendance d’un set malheureusement en ligne droite. Dommage.



Un tour en Finlande pour admirer le show des très fous CircleCircle c’est ce groupe prolifique mêlant allègrement Krautrock et Heavy Metal, et une bonne dose de n’importe quoi en live, récemment signé chez Southern Lord (pour leur 32ème album à peu près). Circle en live, c’est donc l’inventivité musicale de Can, Magma et Focus dans le chant, et une attitude de Rock star à la Steel Panther, en moins beauf.  Ils sont fous, contents d’être là, on s’amuse, chaque fin de morceau est dédié à un roulage de pelle passionné du chanteur à l’un de ses collègues. Mais surtout, et l’on ne devait guère en douter de la part de Southern Lord : musicalement ça tient super bien la route.  Ce grand n’importe quoi s’est achevé sur une pyramide finale qui semblait enchanter autant le public que les musiciens.



Magma dans le même line-up que Sunn O))) et Unsane, il y a dix ans, l’affiche en aurait surpris plus d’un. Et pourtant après leur passage au Hellfest, au Roadburn et au Fall Of Summer et leur regain de popularité parmi un public de metalhead convaincus, Magma fédère sans laisser place au doute. Pour les avoir vus un nombre incalculable de fois depuis ma tendre enfance, je les ai toujours connu sobres, réservés, jouant avec retenue leurs plus complexes compositions. Cependant, de la même manière qu’au Fall Of Summer, ils s’adaptent à leur public. Le groupe prévient même avant de commencer qu’ils ne jouent pas dans des conditions optimales : leur matos n’a pas pu arriver jusqu’à Amsterdam aujourd’hui, c’est donc des musiciens de la ville qui se sont mobilisés pour leur trouver des instruments de secours. Franchement, on n’a pas vu la différence. Stella échange des regards complices, clin d'œils et grands sourires avec Philippe Bussonnet, le groupe prend plaisir à être sur scène. Et si parfois on peut se lasser de cette setlist (axée Ëmëhntëhtt-Ré (Part I - III) et Theusz Hamtaahk), on se retrouve toujours pris dans le tourbillon Kobaien, dans cette épreuve  pour suivre le rythme martelant de Vander, qui abat ses concerts sans jamais faillir. Magma en live c’est toujours aussi fou, chaleureux, animé d’une énergie positive incroyable dont on ressort à chaque fois un peu plus pantois que la dernière fois qu’on les a vu.



Quelques jours après avoir refait la déco du Petit Bain à Paris, les New-Yorkais poursuivent leur tournée avec un arrêt hollandais pour faire déguster ses dents à qui veut bien prendre le risque de se frotter à leur musique. Unsane sur scène c’est le Rock comme il aurait toujours dû rester : sale, dangereux et vilain. Power trio, le meilleur line-up qui soit pour envoyer tout valser. Basse écrasante, guitare méchante mais hyper groovy, et batterie implacable. Le groupe va jouer pas mal de titres de leur excellent dernier album Sterilize comme The Grind, Factory ou Aberration ainsi que du classique qui bastonne comme Only Pain et Against The Grain. D’ailleurs ça sera le seul concert du soir ou les gens se mettront un peu sur la gueule dans les premiers rangs. Autant le dire sans détour : c’était la branlée.



Les fans de vous le diront, un concert de Sunn O))) ce n’est pas juste un concert de Sunn O))), c’est plus une épreuve physique, une lutte contre le son. C'est respirer des fréquences. Un marathon de décibels dont tu sors épuisé, mais apaisé. Un léger problème de son a réduit la voix d’Attila sur la fin de la deuxième moitié du set, mais la lourdeur des basse et le spectacle bien huilé de la formation aura su rattraper ce contretemps. Comme après un concert de Sunn O))), on reste quelques minutes les bras ballants, ivre de fumée et de fréquences, prêt à rentrer à Paris en pleine sérénité. Difficile d’en dire plus car c’est le genre de concert qui se ressent, tantôt douloureux, tantôt relaxant… Il faut le vivre et s’abandonner à leurs vibrations pour le ressentir pleinement. Dans tous les cas, cette affiche Southern Lords Recordings aura largement tenu ses promesses !

Metalorgie Team (Décembre 2017)
Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment