Albums du moment
Pochette Street Heat
Pochette Necroceros Pochette Vivre Encore
Chroniques
Pochette animus
Pochette W Śnialni
Pochette I
Pochette Silent Running
Pochette Stillness
Pochette La Joie Pochette Hategod Triumph

Obituary + Exodus + Prong l'Élysée-Montmartre (Paris), le 24 octobre 2016

Que ferait-on, sans les transports parisiens ? On arriverait peut-être à l’heure aux concerts...



Après un sprint effréné lors de 4 correspondances, c’est pendant le dernier refrain de Snap Your Fingers Snap Your Neck que l’on pénètre dans l’Elysée Montmartre. Une petite satisfaction de pouvoir profiter de 30 secondes du riff syncopé de Tommy Victor et de voir le public qui chante et remue en rythme puis acclame le groupe : vu l’atmosphère dans la salle, il y a fort à parier que Prong venait de livrer une belle performance. Chose qui sera confirmée par les discussions lors du changement de set, histoire d’être encore plus blasé de les avoir ratés.



Exodus
n’arrête plus de tourner. Après avoir écumé nombre de festival estivaux, les revoici en salle pour une ambiance plus intimiste et... chaleureuse ? C’est avec The Ballad Of Leonard And Charles que les Californiens débutent et quel étonnant choix pour ouvrir le set : cette chanson, quelque peu à rallonge, est issue de l’album Exhibit B : The Human Condition, sur lequel ne chante pas Steve. Mais on ne peut du coup que saluer le geste et la perfomance du chanteur dessus. Bien sûr, Gary Holt étant toujours retenu par ses obligations avec Slayer (on ne se fait plus guère d’illusions malgré les speechs de Steve), c’est Kragen Lum qui épaule une nouvelle fois Lee Altus à la guitare. La paire se connaît bien, puisqu’évoluant ensemble également au sein de Heathen depuis plusieurs années, et ça se sent. Le rendu est impeccable, les riffs sont meurtriers et les solos, dévastateurs, avec chaque guitariste mixé un peu plus fort chacun de son côté de la scène. Steve Souza est toujours au taquet, dégoulinant de sueur et le groupe met tout le public sur le cul en interprétant leurs chansons à une vitesse folle, tel le bien nommé Tempo Of The Damned. Lee et Kragen arborent des tshirts "Fuck Isis" et "I am Charlie", mettant ainsi Daesh sur leur Blacklist. Nous n’aurons pas droit à A Lesson In Violence mais la fin de set avec l’incontournable The Toxic Waltz et Strike Of The Beast mettra tout le monde d’accord : Exodus est plus qu’une valeur sûre de la scène Thrash, mais bien un de ses piliers incontournables et indiscutables !



Étant un fan inconditionnel de Thrash, l’issue de cette « battle of the bays » me semblait couru d’avance me concernant, avec un très net avantage pour la Bay Area. Mais Tampa Bay n’est pas pour autant dénué d’intérêt pour qui aime les ambiances étouffantes et les riffs façon rouleau-compresseur. Obituary avait prévu un petit voyage dans le temps, direction la fin des années 80, histoire de se remémorer leur premier disque, Slowly We Rot. Internal Bleeding en ouverture - comme sur l’album - lance immédiatement le pit dans une ronde endiablée. On sait que les frères Tardy n’ont jamais fait dans la finesse, mais là c’est une prestation vraiment intense et pesante que nous livre les Floridiens, entrecoupée de multiples changements de rythme qui cassent les pattes et brisent les cervicales. On aurait presque l’impression qu’ils ont joué quinze fois de suite le même morceau, mais seul Obituary sait le faire avant autant de talent. Comme à son habitude, John n’est pas vraiment bavard avec nous, public, mais il tentera quelques interventions malgré tout, ce qui sera toujours mieux que leur concert de 2012 au Divan du Monde où il n’adressa pas une seule fois la parole aux spectateurs. Histoire de boucler la boucle, c’est avec le titre Slowly We Rot qu’ils viennent mettre un point final à ce concert éprouvant dont le public sortira lessivé, mais satisfait.

Grum (Décembre 2016)


Remerciements à Garmonbozia et À Jeter Prom pour l'accréditation.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment