Albums du moment
Pochette Fog Infinite
Pochette Gris Klein
Pochette God's Country Pochette Ritma

Trap Them, Okkultokrati, Venom Prison le 20/10/16 Paris (Le Gibus)

Soirée violence, gras, patate dans la margoulette et œil au beurre noir ce jeudi 20 octobre au Gibus puisque Kongfuzi a sorti l'artillerie lourde. Au programme de votre soirée « Hardcore jusqu'à la mort » : Venom PrisonOkkultokrati et Trap Them


Histoire de faire dans la délicatesse, Venom Prison s'avance sur scène et ne se fend pas d'une introduction trop complexe : son à fond, hurlements, riffing à 300KM/h et batteur qui aurait très bien pu rester chez lui, on l'aurait tout de même entendu. Venus défendre leur premier album en date, Decline, les habitants de Denver ont la rage (on les comprend) et le font savoir. Stylistiquement parlant, imaginez un mélange de Rotten Sound, Brutal Truth et Eyehategod lors des parties les plus lourdes. Vous l'avez ? Parfait, parce que cette nouvelle formation n'a pas à rougir des comparaisons, bien au contraire. Le public fait certes son timide, ce qui est compréhensible pour un premier rendez-vous mais il y a fort à parier que Venom Prison a fait fort impression ce soir là. 

Okkultokrati est un mystère que l'on n'explique pas, jugez plutôt. Arrivant tout droit de Norvège, le groupe semble s'être mis au défi de faire sonner ensemble le Crust Punk, le Post Punk inspiré par The Cure et le Heavy Metal 80's. J'en vois déjà qui ont des hauts le cœur dans le fond de la salle mais pas d’inquiétude, le mélange tient plus ici du plat confectionné par un restaurant étoilé au guide Michelin que de la soupe indigeste sans âme. On se prête rapidement au jeu, tant les riffs sont entraînants, parfois à la limite du cliché mais Okkultokrati ne franchit jamais la limite du mauvais goût (sauf vestimentaire, mais c'est une autre question). Particulièrement énergique, le groupe attrape la foule qui ne demandait qu'à danser et l’emmène loin, très loin, quelque part dans les années 1980 où Punk, Crust, Gothiques et Metalleux dansent ensemble. 

15 octobre 2016, Eindhoven. Lors de son concert au Bloodshed Festival, le chanteur de Trap Them, Ryan, se casse les deux pieds et s’abîme le visage sur le sol en sautant du haut d'une enceinte. La machine de guerre qui hurle habituellement pour le groupe ne se démonte pas et évolue en la personne la plus hallucinante de cette fin d'année et fini le concert. Puis continue la tournée. 
20 octobre 2016, Paris : sous les applaudissements du public, Ryan est monté en chaise roulante sur la scène du Gibus avant de lâcher toute sa haine et sa souffrance à la gueule de la capitale française. 
Trap Them a frappé un grand coup ce soir : le groupe joue très fort, est ultra carré et livre une version particulièrement sincère de leurs compositions. Les planches leur réussissent et le rouleau compresseur est en marche. En tant que fan des premiers disques, je regrette pourtant que le groupe se concentre sur sa dernière création, qui ne m'a pas tant impressionné que ça dans sa version studio. Pourtant, la dimension live apporte un piquant de rage et de fureur qui fait décoller le concert pour ne plus jamais le laisser atterrir. Bien sur, il est objectivement impossible de dire qu'il s'agit là du meilleur concert de l'année, mais le fait que la dernière œuvre du groupe se révèle bien meilleure en live, ajoutée à l'évidente franchise et sincérité des musiciens ainsi qu'à la volonté de son chanteur de ne rien lâcher (malgré la douleur qui le forcera à s'arrêter quelques minutes entre deux morceaux) font qu'il sera difficile d'oublier cette soirée du 20 octobre. Trap Them a marqué les esprits des présents. Respect. 

Raikage (Novembre 2016)

Un immense merci à Kongfuzi Booking, au Gibus et aux groupes. 
Et surtout, un très grand bravo à Ryan. 

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

napoleonBurgundLe Dimanche 20 novembre 2016 à 10H12

Vermin Womb / venom prison c'est kif kif ahha sinon ils sont Gallois :)