Albums du moment
Pochette Fyra
Pochette Street Heat
Découverte
Pochette Lost Ghosts Vol.1

Apocalyptica le 26/11/05 - Nantes (Olympic)

Voilà quelques années que j’attendais cela : voir Apocalyptica en live. Le groupe finlandais a depuis ses débuts faits du chemin, stars dans certains pays, des albums avec des guests variés (de Lombardo de Slayer à Lauri Ylönen de The Rasmus), des premières parties dans d’impressionnantes salles (pour Rammstein notamment), des albums composés de A à Z (et non plus des reprises métal comme auparavant) on peut dire que tout roule pour Apocalyptica. Même si leur dernière production éponyme ne m’a pas spécialement enchanté (trop conventionnel sur beaucoup de titres) l’envie de voir ce combo atypique maintenant composé de 4 violoncellistes et d’un batteur était toujours forte (encore plus après la vision du live diffusé sur Arte il y a quelques temps).

69 Eyes devait faire la première partie de ce concert mais le groupe a annulé sa venue, c’est donc un concert avec uniquement Apocalyptica auquel on assistera ce soir ; près de 20€ pour un seul groupe c’est beaucoup et le public est en droit d’attendre une prestation digne de ce nom. Le public est d’ailleurs présent en nombre ce soir ; le concert affiche complet ; on retrouve donc un public diversifié, personne assez âgés et qui semble plutôt orienté classique, metalheads arborant t-shirt Metallica, Emperor (majoritaire), gothiques, … le mélange improbable de Apocalyptica permet donc une rencontre de publics habituellement assez distant.

Sur la scène quatre chaises au dos en forme de cercueil (et ciselé d’une fort belle manière) accueille l’audience attendant patiemment l’arrivé des finlandais sur fond de Rammstein. La fumée artificielle commence à se propager et les 5 d’Apocalyptica font leur entrer devant une assemblée déjà conquise. Le set débute vite et les premiers morceaux sont enchaînés sans pause ; le groupe impressionne par sa dextérité, les morceaux sonnent vraiment comme sur CD, incroyable. Le début du set n’est pas des plus énergiques mais petit à petit le groupe se libère sur scène et cela se ressent dans la salle, l’ambiance devient plus électrique et la chaleur monte.
Pour couronner le tout un jeu de lumière superbe vient agrémenter la prestation scènique. Les reprises sont toujours présentes et forcément principalement axées sur Metallica, le public reprendra en chœur les paroles de Hetfield ce qui semble beaucoup plaire à Eicca Toppinen qui affiche un large sourire. La setlist pioche à part égale dans chaque album, ma peur de voir le set envahi des morceaux bancals de l’éponyme n’était donc pas justifiée, de plus même les titres les plus fades prennent une tout autre ampleur en live. Les 3 membres originels du groupe semblent vraiment apprécier d’être là, le 4ème violoncelliste est plus en retrait et dénote niveau style vestimentaire (costard et lunette de soleil bien classe contre cheveux longs et t-shirt Misfits pour Eicca par exemple). Le batteur, plus jeune, semble lui vraiment apprécier, et même si il n’est pas là sur tous les morceaux il est vraiment bien mis en avant et a parfaitement sa place. Lui aussi n’a rien à envier à ses camarades niveau dextérité.

Le groupe se lâche de plus en plus et les membres quittent de plus en plus souvent leurs chaises cercueil pour venir au bord de scène, ils portent leur violoncelle à bout de bras, jouent debout sur leur chaise, dos à la scène face au batteur, … La fin de concert est dantesque et pleine d’énergie, le groupe est évidement rappelé et le groupe nous offrira 3 morceaux supplémentaires dont un Refuse / Resist (Sepultura) électrique à souhait et surtout un morceau que j’espérais entendre Hall Of The Moutain King, reprise de Edvard Grieg ; sublime et rapide il clôt le concert d’une fort belle manière.

Malgré un début de set en demi mesure le groupe s’est libéré pour finir sur un concert haut en couleurs (de superbes effets lumière) qui a su alterner entre morceau calme et d’autres bien plus speed, les musiciens ont pris leur pied et cela semble aussi le cas pour le public qui salue le groupe par une standing ovation.

Bacteries (Novembre 2005)

Merci à Roger de Replica Records ainsi qu'au groupe.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment