Albums du moment
Pochette Quadra
Pochette Lokabrenna Pochette The Fallen Crimson
Chroniques
Pochette Hällas
Pochette Carnivore
Pochette Bloem
Pochette Sisyphus
Découverte
Pochette What's Hidden Devours

Converge + Crippled Black Phoenix + Grime 12/04/16 - Reims - La Cartonnerie

Direction Reims et la belle salle de la Cartonnerie ce mardi soir pour la seule étape française de la très attendue mini-tournée « Blood Moon » de Converge. Lors de ces quatre dates, le groupe se voit renforcé par la présence de Chelsea Wolfe, Stephen Brodsky (Cave In, Mutoid Man) et Ben Chisholm (Steve Von Till de Neurosis sera également de la partie lors du Roadburn) pour interpréter une setlist faite de morceaux parmi les plus lents et lourds de la discographie des Bostoniens. Evidemment, pas la peine de vous dire que l’on avait l’eau à la bouche en mettant les pieds en Champagne, et pas seulement à cause du nectar local.

Peu après 20h30, les Italiens de Grime prennent possession de la scène devant un public encore clairsemé et nous balancent d’entrée une bonne dose de doom/sludge dans la gueule, histoire de s’assurer que tout le monde est bien réveillé. C’est efficace et puissant, sans fioritures, et si cela commence légèrement à tourner en rond après quelques morceaux, la brièveté du set (30 minutes à peine) fait que l’on n’a pas le temps de s’ennuyer.
Arrive ensuite un groupe dont je suis assez fan, Crippled Black Phoenix, entité prog-rock-psyché dont la composition a souvent évolué depuis une dizaine années mais qui gravite autour de l’ex-Electric Wizard Justin Greaves. Très influencé par Pink FloydCBP arrive à nous transporter grâce à une setlist parfaitement équilibrée, entre velléités cosmiques et passages rock’n’roll. Si les sept membres du groupe sont un peu à l’étroit sur la scène de la Cartonnerie, en particulier lorsqu’une deuxième chanteuse vient se joindre à la fête, ils sont bien investis dans leur musique et nous font partager sans peine leur plaisir, même s’il aura fallu un ou deux morceaux pour que le tableau se mette véritablement en place. Un très beau moment.

Setlist Crippled Black Phoenix
Rise Up and Fight
Long Live Independence
New Dark Age
Human Nature Dictates The Downfall of Humans
Born in a Hurricane
444
We Forgotten Who We Are

Il est près de 23 heures lorsque Kurt Ballou, Nate Newton et Stephen Brodsky se présentent sur scène et entament Plagues et son riff écrasant qui montre qu’il va falloir se préparer à subir de plein fouet une déflagration qui, cette fois-ci, prendra tout son temps pour nous mettre à terre. Jacob Bannon et Ben Koller les rejoignent peu après, alors que Ben Chisholm attendra les morceaux suivants pour faire son entrée. Il est d’ailleurs difficile d’évaluer l’apport de ce dernier. Etant juste devant la scène, ses parties de clavier ont certainement dû en grande partie m'échapper. Stephen Brodsky semble, lui, vraiment à son aise et donne de la voix et des cordes pour accentuer encore la lourdeur du propos. In Her Blood poursuit le matraquage sans merci avant que Grim Heart/Black Rose n’adoucisse le ton et installe une ambiance plus mélancolique que rageuse, jusqu’à ce final cathartique sur lequel la salle commence à réagir avec plus d’intensité. Les arrangements imaginés par le groupe, s’ils ne changent pas fondamentalement le visage de ces premiers morceaux, leur donnent une ampleur et une fraîcheur qui accentuent encore leur effet libérateur, comme si la colère brute se muait en fatalisme, mais un fatalisme combatif. Ben Koller donne toujours l’impression de marcher sur l’eau tandis que Kurt Ballou, rarement très expressif, trempe ses riffs et ses chorus dans le plomb. Le chant de Jacob semble parfois un peu juste sur certaines parties claires, et notre place dans la salle n’est pas la meilleure pour profiter du meilleur son, mais l’envie est là, cela ne fait aucun doute. Coral Blue et Minnesota (extrait du split avec Agoraphobic Nosebleed), viennent enfoncer avec conviction le clou d’une première partie de concert déjà passionnante.
La reprise du Disintegration de The Cure fait figure d’interlude. Si elle s’avère plutôt réussie, on y sent les musiciens, jusqu’ici très complices, légèrement moins à l’aise et l’on voit d’ailleurs Jacob Bannon jeter régulièrement un coup d’oeil aux paroles scotchées à ses pieds. Il est ensuite temps pour la divine Chelsea Wolfe de rejoindre ses compères au chant et à la guitare sur Cruel Bloom (chantée par Steve Von Till sur Axe To Fall, et ce qui sera certainement le cas au Roadburn), où Jacob passe à la basse tandis que Nate Newton s’empare d’une guitare et d’un micro.

Cette présence féminine particulièrement magnétique donne un autre visage au concert et le fait basculer dans une dimension quasi mystique, ce qui n’est pas l’adjectif que l’on accolerait le plus volontiers à la musique de Converge. Wretched World et In Her Shadow nous bercent et nous lâchent brutalement avant de nous rattraper de justesse, à deux doigts de nous fracasser la tête sur le sol pour nous préparer à l’expérience d’un Last Light que je peux décrire, quelques jours plus tard, comme l’un des morceaux les plus incroyables à avoir traversé mes yeux et mes oreilles lors d’un concert. Je reste sincèrement sans voix à l’issue de ces presque huit minutes d’une intensité démente, où l’essence du morceau d’origine se retrouve étirée, malaxée et transformée en un voyage d’une beauté telle qu’il en devient unique. Encore sonnés, nous laissons le groupe s’absenter pour deux petites minutes avant de réaliser que le final de ce concert aura notre peau avec un Jane Doe dantesque qui se passe de commentaires tant ce chef d’oeuvre mériterait à lui seul un paragraphe, que d’autres ont déjà écrit avant moi avec plus de talent.

En sortant de la Cartonnerie je me surprends à lever les yeux au ciel, persuadé d’y trouver une Lune sanglante qui expliquerait que ce qui s’est passé ce soir relève autant d’un phénomène astral que d’une collaboration musicale…

Setlist Converge
Plagues
In Her Blood
Grim Heart/Black Rose
Coral Blue
Minnesota
Disintegration (reprise de The Cure)
Cruel Bloom
Wretched World
In Her Shadow
Last Light
Rappel
Jane Doe

Chris (Avril 2016)

Un grand merci à Hibooking et à Juliette et Damien de La Cartonnerie

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment