Chroniques
Pochette Continuum / Fate
Pochette Etazhi
Pochette 8
Pochette Conundrum
Pochette Old Smoke
Découverte
Pochette Discography

Mars Red Sky, Stoned Jesus, Belzebong Divan Du Monde (04.03.16)

Cette soirée du vendredi 4 mars au Divan du Monde est placée sous le signe de la fumée épaisse qui colle au corps. Voyez plutôt : Belzebong, Stoned Jesus, Mars Red Sky. Trois groupes dont la réputation n’est plus à faire, trois formations avec lesquelles vous savez avant même que les guitares ne crachent leur venin que la soirée sera bonne. Et oh surprise, c’était bien le cas !

Les hostilités débutent avec le set de Belzebong. Choix surprenant pour beaucoup, en effet les polonais sont depuis leur premier album en 2011 devenus la coqueluche des amateurs de Stoner/Doom parfumé aux effluves de substances illicites, un peu à la manière des suédois de Monolord. Qu’importe, c’est avec plaisir que nous retrouvons le groupe en pleine forme et sous ses fameuses lumières vertes, prêt à en découdre. Car effectivement, dès les premiers riffs, nous sentons que le groupe a pris de la bouteille, à l’image de leur dernier album en date, Greenferno, véritable ode à la fumette et aux torticolis. Comment résister lorsque la lourdeur s’émanant de la scène vient s’abattre sur votre nuque, ne vous laissant guère d’autre choix que de fermer les yeux et se laisser emporter par cette rythmique diabolique. Le son est excellent, notons d’ailleurs la présence d’un ampli Sunn sur la droite de la scène, ceci expliquant sans doute cela. La côte de popularité de Belzebong n’est plus à faire, et l’enthousiasme de la salle déjà remplie vient le prouver. Une excellente entrée en matière !

Après la Pologne voici maintenant le tour de l’Ukraine. Non ce n’est pas l’eurovision, mais bien notre soirée Up In Smoke qui se poursuit, et bon sang qu’elle porte bien son nom. La réputation de Stoned Jesus sur scène n’est plus à faire tant leur énergie débordante s’est imposée en tant que formidable attachée de presse. Le trio ne va du reste pas tarder à nous le démontrer ce soir, et il faut avouer que le public ne demande que ça. Déjà particulièrement chaud sur le set de Belzebong (merci monsieur l’italien qui reprend les riffs au « chant » et se croit dans un stade de foot ou à un concert d’Iron Maiden), le public va ici très rapidement se déchainer dans un immense pogo rageur. Il faut dire que les compères ne font qu’enchainer les tubes, ainsi qu’une belle reprise de Lazarus, issu de Blackstar du très regretté David Bowie. La fausse explose littéralement lorsque les deux comparses se jettent dans le public pour effectuer un slam. A partir de ce moment, le public devient complètement intenable et dévore chaque note du trio. Un set très efficace qui fait honneur à leur réputation, bravo messieurs.

Venons-en maintenant à la tête d’affiche de la soirée, et il s’agit bien de Mars Red Sky. Trop rarement avons-nous l’occasion de voir un groupe français occuper cette position en concert, c’est donc un plaisir de retrouver nos amis bordelais ainsi promus. Il faut dire qu’ils en ont parcouru du chemin depuis leur premier album en 2011. Avec pas moins de trois albums et autant d’E.P dans la besace, sans compter leurs innombrables tournées, ces cinq dernières années ont été pour le moins actives du côté de la gironde. Leur nouvel album, Apex III (dont vous pouvez lire la chronique par ici) et leur E.P sorti en début d’année démontrent le retour en grâce du groupe, tant ces deux sorties sont de qualité. Sur scène, le trio rend un travail aussi propre que sur album. Les morceaux sont exécutés avec précision, leur son rond et chaud venant englober avec aisance une audience acquise à leur cause. C’est à l’exclamation du public aux premières notes d’un morceau que l’on se rend compte de la popularité d’un groupe. Ici, nous avons à n’en pas douter affaire à un groupe qui a su creuser son sillon dans l’immensité océanique de la scène Stoner, et cela messieurs dames, ce n’est pas une mince affaire. Si l’on aurait aimé un petit peu plus de folie de la part des musiciens sur scène tant les morceaux s’y prêtent bien par moment, on ne peut qu’apprécier le rendu global, cohérent, explosif et somme toute très professionnel.   

C’est un plateau particulièrement intelligent qui nous a été offert ce soir. Trois groupes de la même famille mais qui pratiquent le genre différemment. Les soirées Up In Smoke n’ont plus rien à prouver tant la qualité a toujours été au rendez-vous, et ce n’est pas ce soir que la donne a changé. Félicitations à tous les acteurs.

Humtaba (Avril 2016)


Merci à Garmonbozia et À Jeter Prom pour l'invitation.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment