Albums du moment
Pochette Quadra
Pochette Lokabrenna Pochette The Fallen Crimson
Chroniques
Pochette Hällas
Pochette Carnivore
Pochette Bloem
Pochette Sisyphus
Découverte
Pochette What's Hidden Devours

My Sleeping Karma, Greenleaf, Mammoth Mammoth le 21/02/16 Nantes (Le Ferrailleur)

Grosse soirée que ce Up In Smoke Vol.6 qui affiche complet au Ferrailleur de Nantes. Comme son nom l'indique ; des musiques enfumées avec du Stoner, du Hard-Rock et du Rock Psychédélique, le tout certifié 100% signature Napalm Records.

Mammoth Mammoth
est le premier à ouvrir cette soirée avec un Stoner / Hard-Rock plaisant à entendre, super simple dans sa construction, mais faisant le job sur scène. Un gratteux à peau de bête avec ses potards de guitares en capsule de bière qui sait jouer trois riffs en boucle, un batteur qui connaît un tempo et demi mais ne décale pas d'un poil ses frappes, une basse qui enrobe le tout d'un groove appréciable et un chanteur qui s'écrase des canettes de bières sur le front et bouge comme un beau diable sur scène. Au cas où vous n'étiez pas sûr d'où vienne le groupe, le frontman porte un backpatch "Mammoth Australia". Les présentations étant faites, le groupe assure méchamment sur scène. C'est simple, mais efficace. Et l'attitude des mecs joue grandement en leur faveur. Quoi de mieux qu'un type qui descend dans la fosse pour bousculer un peu les gens ou fait tourner sa bouteille de Jack Daniels entre deux titres ? Mammoth Mammoth n'invente rien du tout, mais il le fait avec tellement de candeur et de passion Punk (en témoigne ce dernier titre Kick Out The Jams en hommage à MC5) qu'on en ressort groggy. Un groupe de scène assurément !

La suite devient un peu plus cool, mais pas moins intéressante avec le Hard-Rock bluesy des suédois de Greenleaf. On fait un peu moins les fous sur scène par contre les mecs connaissent leurs gammes. La salle s'est sacrément bien remplie depuis, nous obligeant à suivre le concert de loin, mais qu'importe, la qualité des compositions est au rendez-vous. C'est pas parce que les musiciens viennent d'un pays froid qu'ils ne sont pas capable d'offrir de la chaleur sur scène. L'album Trails&Passes est essentiellement représenté avec deux ou trois nouvelles compositions issues du prochain, Rise Above The Meadow à sortir pour la fin du mois. Les riffs sont fuselées et les mélodies accrocheuses ont un goût des années 70 dans lesquelles on retrouve un côté Kadavar. Rythmiquement c'est au poil et le chanteur est bien en voix. On a donc droit à une heure de Rock à l'ancienne tout à fait sympathique. Greenleaf gagne donc des points sur la composition par rapport à Mammoth Mammoth qui compensait ses faiblesses d'écritures par une habitude Rock'n'Roll débridée. Dommage néanmoins que les suédois suivent autant les rails sur scène.

Si le Rock Psyché / Post-Rock des allemands de My Sleeping Karma fait office de sucrerie pour les oreilles après les deux groupes précédents plus énergiques, il n'empêche que les allemands ont de la réserve et ne comptent absolument pas endormir l'auditoire ce soir. Les deux morceaux d'ouvertures sont excellents : Ahimsa, connus pour être l'un des tubes du groupe et Prithvi issu du dernier album Moksha, future classique tant ses lignes de guitare imprègnent le cerveau. Le reste du set en demeura pas moins impeccable. Parce que le son est top, parce qu'il y a une réelle alchimie entre les quatre musiciens, notamment entre le guitariste et le bassiste qui ont plusieurs mimiques ensemble. Les gars ont un réel plaisir à être là ce soir, remercient Ben et Yohan du Hellfest, ainsi que le Motocultor. On a le droit à plus d'une heure de set, comme dans du coton avec des titres qui brassent plutôt bien les cinq disque de leur discographie (Ephedra, Glow 11 ou Akasha). My Sleeping Karma c'est vraiment la force tranquille. Jouer exclusivement en instrumental ce type de musique n'est pas forcément aisé, mais ils ont un guitariste qui agrémente les titres de lignes mélodiques qui font mouche. Le tout est saupoudré de claviers qui apportent ces atmosphères doucereuses. Tantôt la basse prend la parole, largement sur le devant, tantôt plus discrète, mais toujours avec un groove qui hérisse les poils. Les allemands profitent pour souhaiter un bon anniversaire à leur bassiste, puis concluent par Psilocybe et reviennent sur un rappel Hymn 72 acclamés par la foule. Souriant, toujours de bonne humeur, et avec un set et impeccable, My Sleeping Karma c'est toujours la banane en live. Les médecins devraient les prescrire en remplacement d'anxiolytiques pour soigner les dépressions.

Pentacle (Février 2016)

Merci à Garmonbozia pour l'invitation.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment