Albums du moment
Pochette Fyra
Pochette Street Heat
Découverte
Pochette Lost Ghosts Vol.1

OM + The Black Heart Rebellion Divan Du Monde (22.11.2015)

Voilà une coïncidence étonnante. Trois jours seulement après la date de High On Fire au Divan Du Monde, OM prend à son tour la tête d’affiche dans cette même salle. Ces deux groupes, qui rassemblent la plupart des membres des légendes du Stoner/Doom, j’ai nommé bien évidemment Sleep. Kongfuzi a décidé de régaler doublement ce soir avec en première partie la musique expérimentale des Belges de The Black Heart Rebellion.

Voici un groupe dont l’évolution stylistique fait plaisir à entendre. Après deux premiers opus volontairement orientés Screamo/Post-Rock, nos amis Flamands sont de retour en 2015 avec un album à proprement parler inclassable. Aussi étrange que son nom est à rallonge, People, when you see the smoke, do not think it is fields they're burning mélange avec beaucoup d’à-propos une folk tribale expérimentale pour le moins intéressante.
C’est donc avec une curiosité non-dissimulée que nous appréhendons leur prestation dans l’une des salles les plus agréables de Paris, le Divan du Monde. Autant aller droit au but, après plus de dix ans d’existence, les Belges ont de la bouteille et cela se ressent. Le son est excellent malgré la pluralité des artistes et des instruments présents sur scène. La part belle est évidemment faite à leur dernier album, laissant ainsi le soin aux non-initiés de découvrir une évolution stylistique qui épouse à merveille le live. La performance globale est très bonne, même si l’on aurait aimé que le chant s’incorpore de façon plus délicate à l’ensemble. Il semblait ici un tant soit peu forcé et trop présent, ce qui dénotait par rapport au reste de l’instrumentation. Quoiqu’il en soit, les Belges sont particulièrement convaincants ce soir et leur évolution stylistique frappe juste à tous les niveaux.

C’est au tour des Américains de fouler les planches du Divan. OM est devenu depuis plusieurs années une référence en matière de Stoner psychédélique. D’une régularité exemplaire, chaque album dévoile une nouvelle facette du groupe né des cendres de Sleep. Leur dernier album en date, Advaitic Songs, faisait la part belle aux sonorités orientales. C’est donc tout naturellement que nous retrouvons le trio dans le même registre ce soir.
La basse d’Al Cisneros est à n’en pas douter la nomenclature fondamentale du groupe. Elle attire l’œil dès les premiers instants par la massivité qu’elle impose. Son incroyable efficacité se constate aisément tant les hochements de tête de la salle témoignent de sa puissance. Les rythmiques suintantes enveloppent soudain le Divan de leur empreinte indélébile. Très vite nous fermons les yeux, portés par une pesanteur assommante. Les deux autres comparses ne déméritent pas, l’un assiégeant ses fûts d’une fausse délicatesse, l’autre délivrant des sonorités toujours plus ensorcelantes. La plénitude est totale avec le dernier long morceau joué ce soir, plus de vingt minutes durant, une indescriptible épopée encore inconnue qui n’a pas manqué de nous mettre l’eau à la bouche concernant la prochaine sortie des Américains.

C’est avec les paupières lourdes et les yeux embués que nous relevons la tête. Le temps de quelques morceaux, les songes se sont emparés du Divan du Monde, ne laissant que des esprits apaisés repenser à ce moment pas comme les autres.

Merci à Thibaud de Kongfuzi.

Humtaba (Janvier 2016)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment