Albums du moment
Pochette Sky Void Of Stars
Pochette Ocean
Pochette Fog Infinite Pochette Gris Klein

Ghost La Cigale (Paris), le 07/12/2015

Ghost avait frappé un grand coup avec la sortie de Meliora, l'album ayant reçu des éloges quasi-unanimes. C’était peut-être histoire de bien marquer les esprits que le groupe avait choisi cette fin d’année pour venir, enfin, se produire en tête d’affiche pour la toute première fois dans notre capitale.

La soirée débutait avec le groupe suédois Dead Soul, mélangeant rock, blues, new wave, dark wave, indus et bien d’autres styles pour un résultat assez troublant. Très sobre sur scène, hormis le chapeau du chanteur, le groupe enchaîne les titres sans qu’il me soit possible de réussir à rentrer dans leur musique, froide, tellement l’impatience de voir Ghost prenait le dessus.



Il n’est quand même pas anodin d’utiliser des musiques d’inspiration religieuse pour chauffer un public composé en très grande partie de metalleux ? Ce mélange des genres, à faire défriser Christine Boutin, est bien évidemment la marque de fabrique du groupe et le décor de la scène renforce encore plus ce côté transgressif : un magnifique backdrop de vitraux suffit à transformer la Cigale et son architecture intérieure si particulière en cathédrale sataniste. L’arrivée de Papa Emeritus III sur scène se fait dans une semi-pénombre alors que les Nameless Ghouls entame le riff de Spirit : oui, le concert débute tel que l’album Meliora et après cette mise en bouche bien sentie, Ghost continue avec le groovy From The Pinnacle to the Pit avant d’enchaîner avec deux titres de leur premier album, Ritual et Con Clavi Con Dio. Le son est parfaitement équilibré, même en étant situé à l’extrême gauche de la scène, et le Nameless Ghoul Air aux claviers n’est pas en reste et sera mis en avant à l’occasion de plusieurs solos, dont un à la keytar. D'ailleurs malgré la présence des masques et maquillage, on sent une proximité et un véritable échange entre le public et le groupe, et une vraie communion à l'intérieur du groupe avec les Nameless Ghouls et Papa qui ne manquent pas de multiplier les petits jeux de scène entre eux.



Ghost continue avec une floppée de tubes, dont Cirice avec son intro en montée qui fait exulter la salle. Deux nouveautés viennent ponctuer ce show : deux nonnes (des volontaires castées sur chaque date) présentées par Papa - qui prend le soin de demander aux spectateurs de se comporter convenablement avec elles ("Pas de hmmm hmmm avec les nonnes s’ils vous plait") - qui iront distribuer hosties et vin de messe (noire) dans les premiers rangs du public. Ensuite, Papa quittera en cours de concert ses habits de pape pour revêtir une sorte de smoking/queue de pie certainement plus confortable, que l’on avait déjà pu découvrir en vidéo, et qui lui donne un air de Monsieur Loyal. L’apogée du concert sera atteinte avec la version unplugged de Jigolo Har Megiddo, titre trop rarement joué en live. Les Nameless Ghouls Fire, Water et Aether se retrouvent alors assis sur le rebord du podium de la batterie, guitares acoustiques sur les genoux. Version douce et chaude, cet écrin acoustique sied parfaitement à la chanson.



Alors que le concert touche à sa fin, après la reprise If You Have Ghosts de Roky Erikson, Papa commence un petit speech pour annoncer le dernier titre : "c’est une tradition dans le rock ‘n’ roll de toujours finir ses concerts par la même chanson. D’accord, c’est très prévisible mais en même temps, c’est drôlement bon ! Voila, la prochaine chanson met à l’honneur l’orgasme féminin, et tout ça au nom de Satan". Résonne alors les premières notes de Monstrance Clock, qui clôt ce concert de fort belle manière.

Ghost
a abattu toutes ses cartes ce soir : musique catchy, ambiance bon enfant, show conséquent (1h40), scène magnifique, grande classe sur scène... Le public ravît quittait la Cigale avec l’impression d’avoir certainement assisté au concert de l’année 2015. Que dire de plus, la messe est dite !

Grum (Janvier 2016)


Merci à Olivier et Replica Promotion pour l'invitation.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment