Albums du moment
Pochette Fossil
Pochette Playful Winds
Pochette The Quiet Earth Pochette Impera
Chroniques
Pochette Close
Pochette Anna Sage
Pochette Frantic Death
Pochette Pointless
Pochette Diaspora Problems

Solstafir, Mono et The Ocean le 5 novembre 2015 Le Trabendo

Premier groupe de ce plateau riche et intéressant à monter sur scène, les vétérans de la scène Post Metal européenne de The Ocean vont se déchaîner et offrir un spectacle de qualité. Alternant comme à leur habitude entre passages lourds et violents et aériens, le groupe maîtrise son sujet et se concentre sur son dernier album, Pelagial, ainsi que sur Precambrian, leur plus réussi à n'en pas douter. Il faut dire que la discographie du groupe comporte de nombreuses pépites et il peut s'avérer difficile de choisir. Bien mis en valeur par un son parfait (une constante au Trabendo), le jeu de la violoncelliste apporte une profondeur aux compositions du collectif allemand qui n'est pas sans nous déplaire. Le chanteur va régulièrement chercher la foule, l'incite à l'accompagner et l'ambiance s'en ressent fortement. The Ocean réussit l'exploit de continuer à proposer une musique intelligente et originale au milieu d'un genre musical au sein duquel l'originalité n'est parfois pas la prime qualité grâce à un talent et une intelligence qui font plaisir à voir. Un très bon concert.

Les Japonais de Mono s'installent comme à leur habitude, les deux guitaristes sur leurs traditionnels tabourets tandis que Tamaki (basse) domine l'ensemble de ses sonorités grasses et lourdes. Leur prestation est la plus réussie de la soirée et Mono parvient à transporter l'ensemble de la salle dans une autre dimension. Le Post Rock furieux et lumineux qu'ils proposent se prête parfaitement à l'exercice du live même si l'on pourra regretter que leur prestation traîne légèrement en longueur ce qui altère quelque peu sa puissance et son intensité. Mais qu'importe puisque cela ne reste qu'un détail face à tant de maîtrise, de beauté et de puissance. L'occasion nous est également offerte d'entendre leur titre « Death In Reverse », présent sur le split qu'ils partagent avec The Ocean, une réussite totale à laquelle on aura du mal à trouver des défauts. Comme à leur habitude, les musiciens nous quittent après avoir irradié la salle sous le bruit et le feedback... Une prestation qui reste le temps fort de la soirée pour beaucoup, nous y compris.

Vu le nombre de T Shirts à l'effigie du groupe, il est évident qu'une grande partie du public s'est déplacé pour Solstafir et la salle se retrouve logiquement bondée plusieurs minutes avant leur entrée sur scène. Pendant une heure, les Islandais balayent l'ensemble de leurs trois derniers albums, sans véritablement mettre l'accent sur aucun d'entre eux. La crainte de voir les subtilités mélodiques du groupe noyées dans un son de mauvaise qualité est vite effacée et grâce à cela, le banjo est parfaitement audible lorsque débute « Otta » premier véritable temps fort du concert qui ne va plus connaître que des réussites. Le groupe communique de nombreuses fois avec le public, se charriant mutuellement et il faut avouer que le leader du groupe est parfois très drôle. La fin du concert est le véritable point d'orgue de la performance de Solstafir. Après un « Pale Rider » enchanteur, les cowboys entament « Fjara » qui est, malgré le fait que le morceau soit terminé, repris en choeur par le public pendant plus d'une minute. Réaction immédiate du chanteur « I think we'll come back in Paris » avant d'introduire « Goddess Of The Ages », probablement leur titre le plus populaire et à juste titre. Ode au voyage, subtil, mystérieux, le titre a tout de la conclusion rêvée pour une soirée ayant fait la part belle aux groupes possédant une personnalité forte. 

Le plateau offert ce soir là aurait difficilement pu être plus divers et pourtant si proche. En choisissant trois formations de qualité, uniques et possédant chacun un parti pris musical fort, Garmonbozia nous a offert un spectacle que nous ne sommes pas prêts d'oublier. Chacun des trois groupes a mis en avant sa personnalité et grâce à des prestations loin d'être en demi-teinte, nous a donné à vivre un excellent moment. 

Raikage (Novembre 2015)

Un remerciement tout spécial à Garmonbozia ainsi qu'au Trabendo. 

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment