Colin Stetson & Sarah Neufeld, Liturgy, Furtherset La Maroquinerie (03/11/15)

La maroquinerie nous offre ce soir un plateau pour le moins original. Citons pèle mêle quelques genres des groupes qui jouent ce soir : Drone/Noise/Électro pour Furtherset, Black Metal expérimental pour Liturgy et enfin classique moderne/Jazz pour la tête d'affiche : Colin Stetson&Sarah Neufeld. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la Redbull Accademy sait surprendre.

La salle est plutôt clairsemée lorsque Furtherset aka Tommaso Pandolfi entre en scène. Ce jeune musicien de 20 ans joue avec les textures soniques. Seul sur scène, il va asséner le public de ses longues nappes de clavier tantôt entrecoupées de beats bien sentis. L'on pense parfois à Ben Frost avec un côté Noisy particulièrement appuyé. L'ensemble est tout à fait honnête, le rendu sonore est puissant, il manque toutefois une certaine singularité pour que l'ensemble se démarque véritablement dans une scène qui fourmille de prétendants.

Poursuivons avec Liturgy qui tisse le fil conducteur de la soirée : l'expérimentation. En voilà un groupe qui déchaîne les passions. Autant adulés que décriés, les américains ont au moins le mérite de ne pas laisser indifférent... Et de remplir les salles. La différence d'audience avec Furtherset est significative et aucune animosité n'est à déplorer. Après un démarrage chaotique faute à des réglages son à peaufiner, le groupe convainc indéniablement sur le plan musical. Agressif, alambiqué, recherché, les compositions du groupe sonnent bien sur scène. Finalement le seul vrai problème à déplorer, c'est  le chant. Rarement ai-je été si ennuyé par une prestation vocale qui se résumerait à une suite semblant éternelle de "batipeuuuuutikatipeuuuuu naaaaaapeutiiii batipeuuuuu". Bref, on ne comprend absolument rien et le ton employé est insupportable. Dommage, on en vient à se détacher d'une prestation musicale de qualité pour ce détail qui, étant donné son importance ici, n'en est pas un.

La salle s'est considérablement remplie pour Colin Stetson et Sarah Neufeld, à ma grande surprise. L'album collaboratif entre le saxophoniste de Bon Iver et la violoniste d'Arcade Fire n'est en effet sorti que depuis quelques mois (ils nous confieront d'ailleurs qu'un autre album s'apprête à sortir, et au vue des extraits joués ce soir-là, il s'annonce une nouvelle fois excellent). Autre raison, la déconvenue d'audience subie par A Winged Victory For The Sullen il y a quelques mois, eux qui se battent un tant soit peu dans la même cours stylistique. Il n'en est donc rien pour le duo, qui a le bonheur de jouer face à une salle pleine.
Les spectateurs présents ce soir ne peuvent sortir de la salle déçus. La prestation est absolument magnifique, le saxophone/baryton de Colin répondant avec aplomb aux ritournelles du violon de Sarah. La conversation est parfois tendre, parfois sauvage, mais toujours sincère. Il leur arrive également d'alterner les performances en solo, histoire que l'autre se repose. Le son est dantesque, les grognements du baryton de Colin glacent le sang, enveloppés par un violon dont les répétitions font irrémédiablement penser à Philip Glass.
Une œuvre mouvante intimement humaine, dans laquelle chacun se délivre avec une honnêteté et une intégrité extraordinaire. Un moment artistique rare.

Un plateau atypique donc, concocté par la Redbull Musical Accademy qui prône la promotion d'artistes ayant une accointance particulière avec l'expérimentation. Colin Stetson&Sarah Neufeld sortent ce soir vainqueurs par K.O

Merci à Marion de Differ-Ant

Humtaba (Novembre 2015)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment