Albums du moment
Pochette Sky Void Of Stars
Pochette Ocean
Pochette Fog Infinite Pochette Gris Klein

Regarde Les Hommes Tomber, Moonreich, Déluge, Maïeutiste le 19/09/15 Nantes (Ferrailleur)

Tout juste un an après une première édition qui avait été un succès (lire notre report de la précédente édition), le label Les Acteurs de l'Ombre Productions reviennent avec une seconde soirée qui réunit cette fois Regarde Les Hommes Tomber, ainsi que les récentes signatures Déluge, Maïeutiste et Moonreich en ce samedi 19 septembre. Une date qui tombe bien puisque chaque groupe présent sort son premier ou nouvel album ce soir là. Une nouvelle fois le merch est plein à craqué des nouvelles productions LADLO sur différents supports (K7, CD, LP) et de visuels de Business For Satan présents sur les sérigraphies ou les t-shirts de groupe. Le temps de récupérer un LP de Regarde Les Hommes Tomber et de Déluge, et c'est Maïeutiste qui a l'honneur d'ouvrir cette soirée.

Depuis leur démo en 2007 et une discrétion à toute épreuve les années qui suivirent, il y a eu du boulot chez Maïeutiste affiche un Black Metal désormais clairement ambitieux, difficilement identifiable sans s'être immergé de nombreuses fois dans cet album éponyme. Si ce n'est pas mon cas comme sans doute une grande partie de l'auditoire ce soir, on sent néanmoins qu'il se passe quelque chose derrière ces compositions opaques et étirées. Des passages épiques qui rappellent la scène norvégienne, des dissonances, des ralentissements, plusieurs mélodies plutôt accrocheuses, du blast qui tabasse et sur scène une prestance et un son tout à fait convenable. Quarante minutes d'une première approche difficile (comptez le double sur album), qui en laisse sans doute certains de côté, mais donne pour les autres néanmoins la curiosité de fouiller d'avantage la musique du sextet.

Changement d’ambiance avec Déluge, cette fois-ci plus proche d'un Black Metal Atmosphérique couplé à des influences Post-Hardcore. Ou Post Black Metal, appelles le comme tu veux. Le jeu de scène hyper énergique, les rythmiques stroboscopiques, la tempête de riffs qui s’abat sur nous, les mélodies au son clair quasi cristallin et les interludes de sons de pluie, participent à nous plonger dans une ambiance à la fois tumultueuse et apaisante. Tant pis si un problème de sono vient perturber le début du set, on sera vite repris dans ce bouillonnement de mélodies et d'accalmies bienfaitrices. Un excellent concert qui met fortement en valeur Æther leur premier opus. Retenez ce nom, ils vont beaucoup faire parler d'eux par la suite, c'est certain.

Je n'avais pas pu voir Moonreich l'année dernière à cause d'une bagarre à l'ouverture de la salle, je teste donc cette fois-ci sachant qu'il y a peu de chance que ça me plaise. Effectivement, le groupe joue un Black Metal bien plus traditionnel que les autres groupes de l'affiche et tranche assez radicalement avec les autres productions des Acteurs de l'Ombre. Plus cru, âpre et brutal que les autres groupes, avec une pointe d'Aosoth qui semble se dégager des compos. Sauf qu'étrangement j'ai beaucoup de mal à accrocher, mais sans connaître les morceaux, avec un son brouillon et du blast ras la gueule, difficile d'apprécier la prestation. Ca sera peut-être pour une prochaine fois.

J'attendais beaucoup de voir comment allait se démerder Regarde Les Hommes Tomber avec leur nouvel album, mais aussi leur nouveau chanteur venu de War Inside. Lumières rouges saturées, ombres portées, fumée, tremolo de guitare et cataclysme rythmique : voilà notre passerelle vers Exile. On se rend compte de l'ampleur du monolithe avec A Sheep Among The Wolves et ses breaks fracassants. Jamais le groupe n'a sonné aussi « gros », aussi maîtrisé. Que se soit, dans le riffs Sludge qui nous font courber l'échine ou dans les tornades Black Metal qui s'abattent de plein fouets, difficile d'être serein quand on affronte la bête. Le concert de ce soir et les nouveaux morceaux joués, confirment le rendu d'Exile, Regarde Les Hommes Tomber manie encore mieux les différents éléments de sa musique : lourdeur accablante, mélodies tiraillées, blast enflammé et cette envie d'un Black Metal grandiose et suffocant. Thomas n'a rien a envier à Ulrich, du moins dans les hurlements déments. Sur scène, rien à voir avec la prestation de dos et accroupie de l'ancien frontman, ici le chanteur ne bouge presque pas, se tient droit vers son micro et déclame ses psaumes maléfiques en agitant les mains comme s'il lançait un mauvais sort. Les quatre autres musiciens sont raccord, imposent une heure d'un set imposant, rigoureux, sans pause, sans discussion stérile entre les titres et concluent avec les 11mn du passionnant The Incandescent March. En version courte : ça tuait.

Pentacle (Octobre 2015)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment