Albums du moment
Pochette Quadra
Pochette Lokabrenna Pochette The Fallen Crimson
Chroniques
Pochette Hällas
Pochette Carnivore
Pochette Bloem
Pochette Sisyphus

Desertfest Belgium 2015 - Day 1 - 09/10/2015 - Trix (Antwerpen)

Le Desertfest Belgium seconde édition se tient actuellement au Trix d’Anvers. N’ayant pu être présents lors de la première édition, c’est donc une totale découverte pour nous, tant au niveau du complexe qui l’accueille qu’au niveau de l’ambiance qui y règne. Nous logeons au Scandic, un énorme hôtel placé à 20 min à pied du Trix, où l’on retrouve les copains de l’Alliance De La Bûche (Stoned GatheringsPelecanus, Dead Pig Entertainment, Make It Sabbathy…). Le festival s’annonce donc sous les meilleurs auspices.

Une fois relevé le défi de traverser les grandes artères qui l’entourent, nous découvrons le Trix, un complexe situé en périphérie de la ville et disposant de 2 belles salles ainsi que d’une scène de type "café-concert". Un espace extérieur est également aménagé avec des food-trucks et des espaces détente. Le cadre est donc plutôt cool, sans être extraordinaire non plus. Mais qu’importe, nous ne sommes pas venus pour contempler les murs.Cette première journée étant de taille réduite (normal, on est encore vendredi) avec une affiche plutôt tranquille, nous nous laissons donc porter au gré des envies et des découvertes sans trop se presser. Planet of Zeus lance les hostilités en fin d’après-midi sur la "Vulture Stage" (la petite scène à côté du bar). Le groupe jouant littéralement du Clutch sans en avoir le panache avec pas mal de resucées, nous décidons donc de voir ce que vaut l’espace merch. Nous y retrouvons les copains d’Arrache Toi Un Œil sur leur stand de sérigraphies, toujours aussi classes, notamment celle dédiée à Goatsnake. Un détour par la cabane à frites (et son kilo de mayonnaise) et la découverte d’un bar à mojito nous redonne un peu d’énergie pour aller affronter le set de Monolord, programmé sur la "Desert Stage" (la plus grosse scène du complexe). Les suédois sont en forme, ça joue propre (bien plus propre qu’au Roadburn), voire un peu trop. Si le son est énorme, la taille de la salle ne joue pas vraiment en leur faveur, et certains passages du set donnent l’impression d’avoir quelques longueurs de trop… Mais le public donne bien le change et headbangue à l’unisson ; on n’est pas loin de prendre la première bûche de la soirée, une belle entrée en matière. Après un passage par le petit supermarché qui trône juste à côté du Trix, car la bière du complexe étant franchement pas terrible (et nous restons polis), nous partons découvrir la troisième salle (la "Canyon Stage") située à l’étage, plus petite que la "Desert Stage" mais aussi beaucoup plus chaleureuse. Parfait pour un groupe comme The Machine, qui nous balance son stoner psychédélique rappelant parfois Monkey3. Malgré des intros un poil longues, quand le groupe se décide à jouer, il ne plaisante pas, et on se laisse aisément porter par la musique et les projections visuelles. Petite pause restauration ensuite, et impasse sur Moon Duo qui ne nous inspirait pas plus que ça. Retour à la "Vulture Stage" où Wucan balance son heavy blues rétro, où l’on notera la présence d’une flûte traversière et d'un thérémine, comme une sorte de Jethro Tull version lourde. Comme il est assez difficile de se frayer une place pour bien voir le groupe, l’espace devant la scène n’étant pas forcément bien fichu et relativement petit, nous avons un peu de mal à être complètement séduits. Gros temps fort de la journée avec Stoned Jesus à la "Canyon Stage", enchaînement des slams du public et du groupe, les ukrainiens restent fidèles à leur réputation. Direction la "Desert Stage" où s’apprête à jouer Dozer, la tête d’affiche du jour. Si le jeu et les compositions sont efficaces, le groupe manque néanmoins de folie sur scène, et déroule (trop) tranquillement son stoner à papa. Décidément, ce n’est donc pas aujourd’hui que l’ambiance s’enflammera. Ce que l’on croyait jusqu’à ce qu’on tombe devant Carlton Melton, le groupe clôturant cette première journée, à qui ont décernera la bûche d’or de la journée : le set est complètement euphorique, entre envolées psychés et improvisations délirantes, ça joue bien, ça joue fort, et on en ressort conquis. On termine cette journée avec un petit tour à l’étage pour le DJ-set, et aussi pour tâter un peu le pouls du public, encore un peu trop sage.

Une première journée mitigée donc, de bons sets, un bon son général et une ambiance sympa, on attend donc juste le petit grain de folie qui finira de mettre le feu aux poudres. Aujourd’hui devant BelzebonG ou Orange Goblin peut-être ?

VinZ (Octobre 2015)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment