Albums du moment
Pochette Celestial Blues
Pochette Glow On
Pochette Wildhund Pochette Anabasis
Chroniques
Pochette Time Bends
Pochette Nurture
Pochette Against All Odds
Pochette Extinction
Pochette Death Routines
Pochette De Doorn

Brutal Gones Fest 04/10/2005 - Lyon (CCO)

Et voici la première vraie grosse affiche lyonnaise, organisée encore une fois par Hammer Of Gones. L'affiche était la rencontre de deux tournées : le Blitzkrieg Tour réunissant Vader,Lost Soul, Rotting Christ et Anorexia Nervosa, ainsi que la tournée de Nile qui défend son dernier bébé Annihilation Of The Wicked. Quelques groupes comme Incantation avaient malheureusement été retirés de l'affiche quelques temps auparavant.

 

Première chose : le concert a débuté en avance, bien en avance même. L'ouverture des portes était prévue à 18 heures, etLost Soul, le premier groupe, a joué à 17h30 ! Je n'ai heureusement pas manqué la prestation du groupe, mais le peu de monde présent n'honorera pas les polonais. Ces derniers nous offrent d'ailleurs un excellent set, la musique de Lost Soul oscille entre un death 100 % polonais (voix très Vader) et un death brutal très influencé par la scène américaine. Le set est rapidement envoyé, sans fioritures, le son est excellent, et les musiciens donnent le meilleur d'eux mêmes (notamment le batteur, qui m'a beaucoup surpris par sa vitesse hors-normes). Le combo nous gratifiera d'une reprise parfaitement jouée de Morbid Angel (visiblement une des grosses influences du groupe), Rapture. Le seul reproche que je leur ferai, comme souvent, est leur jeu scénique vraiment très statique, mais il n'empêche pas d'apprécier pleinement le death brutal de la bande.

 

Viennent ensuite les grecs de Rotting Christ, et autant dire que j'ai été agréablement surpris. J'avais cru entendre que le groupe jouait du black old school (début des 90's), il n'en est rien, les hélènnes nous serviront un bon set d'un black mélodique à souhait. Le son est malheureusement médiocre, ce qui ne permet pas de saisir facilement les différentes ambiances que le groupe crée. Côté présence scénique, rien à redire, le groupe ne se contente pas de quelques headbangs et a la bougeotte...

Viennent ensuite nos français d'Anorexia Nervosa. Autant prévenir tout de suite : je n'aime pas du tout Anorexia Nervosa. J'ai regardé le set de loin, et tout ce que j'ai vu, c'est du black metal sympho grand-guinolesque, bonne présence scénique, mais le son était une véritable bouillie qui m'a fait rapidement sortir. Passons sur d'autres détails qui n'ont rien à faire ici...

 

Les belges d'In Quest envahissent ensuite la scène, visiblement devant un public qui ne les connait pas. Personnellement, je ne connaissais rien à propos de ce groupe si ce n'est que Sven d'Aborted y a chanté un temps. Ce sera vite changé : ce groupe est très bon. Ils nous assènent un death moderne, aux rythmiques thrashisantes, agrémentées de quelques syncopes Meshuggesques du meilleur effet (le côté froid en moins). Techniquement c'est élevé aussi, avec un bon soliste, et scéniquement parlant c'est un jeu classique tout en headbangs (et en cris du guitariste). Petit reproche, une voix peu variée, mais il est dur de remplacer Sven à ce poste... Les belges laissent ensuite la place à la première tête d'affiche de la soirée : Nile.

 

C'est sur une intro à la guitare sèche aux consonnances bien entendues égyptiennes que Nile fait son entrée. La bande à Karl Sanders nous inflige directement le morceau d'ouverture de leur chef d'oeuvre In Their Darkened Shrines : The blessed dead, directement enchainée à Execration text. La folie furieuse a commencé, la fosse est déjà transformée en moshpit, et le groupe est visiblement au meilleur de sa forme (début de tournée oblige). Je découvre le nouveau bassiste de la bande, à savoir Joe Payne, 19 ans (!), et autant dire que le gaillard mérite sa place : cervicales en titane, jeu hallucinant et voix d'outre tombe qui surpasse largement Jon Vesano (!!). Dallas Tolder-Wade, désormais frontman, s'en sort à merveille, débordant de charisme, et communiquant avec le public. Karl Sanders, tout sourire, déconne joyeusement avec la fosse. Le groupe axe logiquement son set sur son dernier album, nous offrant notamment un Sacrifice unto Sebek d'anthologie, et un Annihilation of the wicked furieux qui déchainera les bourrins de la fosse. A noter que lorsqu'il ne chante pas, Joe Payne headbange furieusement, à se décrocher la tête, et qu'il tiendra ainsi durant tout le set !! Le set est intense, pas une fausse note, ni un problème technique, un son excellent quoiqu'un peu fouillis au début, et un George Kollias impérial derrière ses fûts (quelle vitesse !). Le groupe termine sa prestation par un monstrueux Black Seeds Of Vengeance, qui finira d'achever la fosse (qui pourtant sera encore en forme pour Vader...). Le point noir du set : sa brièveté. Peu de morceaux auront été joués, principalement des morceaux des deux derniers albums, rien de Amongst The Catacombs Of Nephren Ka, et très peu de Black Seeds Of Vengeance. J'ai été un peu déçu pour ma part, le groupe n'ayant joué ni Sarcophagus ni Unas, Slayer of the gods, deux morceaux explosifs. Malgré tout, Nile nous aura offert un bon set pour débuter sa tournée.

Arrive ensuite Vader, fiers de leur nouveau batteur, et endeuillé de leur ancien, Doc, mort il y a peu. Je n'ai malheureusement pas vu la fin du set, devant partir avant. D'après ce que j'ai vu, le groupe n'a rien perdu de sa fougue sur scène, et Daray semble être un bon remplaçant à Doc. Je n'ai vu que des morceaux récents, tirés des dernières productions du groupe, parti avant même un Wings ou un Black to the blind. La foule avait l'air bien réceptive aux polonais, groupe culte oblige.

 

En conclusion, le Brutal Gones Fest aura eu son lot de surprises, des têtes d'affiche à la hauteur et un son globalement bon. De bonnes surprises pour certains groupes, et surtout une excellente idée d'allier deux tournées de groupes aussi grands que Nile et Vader. Vivement une prochaine...

Klay (Octobre 2005)
Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment