Finntroll, Hatesphere, Profane Omen le 03/10/14 Caen (Le Cargö)

Lorsqu'un groupe fête les dix ans d'un album phare du Folk-Metal, ça mérite bien 2h de route pour aller voir, même si leur venue par chez nous est régulière, notamment en période estivale de festival. Finntroll fête ainsi les dix ans de son album Nattfödd au Cargö de Caen ce qui est un mini événement en soi et il aurait été dommage d'en faire l'impasse.

Pour une fois, les deux premières parties, ne sont pas des groupes de Folk / Pagan / Viking Metal comme on a l'habitude de voir avec ce type d'affiche. Tant mieux, ça change. Profane Omen a donc à charge d'échauffer les esprits à travers un Groove Metal plutôt bien charpenté et donc forcément assez efficace. Deux atouts permettent aux finlandais d'être intéressants à savoir une rythmique sans faille, mais surtout un chanteur qui passe allègrement du chant hurlé à une voix claire parfaitement maîtrisée comme sur Wastehead. Ajoutons à cela la bonne humeur qui se dégage de leur set, néanmoins trop court, et que les musiciens font tout pour qu'on passe un bon moment en leur compagnie. Voilà une ouverture qui annonce le meilleur pour la suite.

La suite c'est Hatesphere qui ne va absolument pas nous la faire avec plus de subtilité. Le Thrash / Death Metal des danois semble être bien plus affûté pour la scène que sur album. Alors que sur CD, le groupe n'est d'un intérêt somme toute relatif un peu comme Legion Of The Damned quelque part, en live, il faut bien se rendre compte que c'est une toute autre paire de manche. Armé de Murderlust, déjà leur huitième galette studio qui sera dignement représentée ce soir, Hatesphere se donne à fond mené par un frontman qui n'a pas peur d'en faire des tonnes. Que se soit pour provoquer les circles pits, battre la mesure avec ses mains ou même mimer une mitraillette sur les roulements de double pédale, Esben Elnegaard Kjaer Hansen, de son petit nom, tire la prestation du groupe vers le haut. Même compliment pour le batteur qui ne faibli jamais et impose une rythmique drastique à ses compères pendant ces 50min de set, tout juste la durée idéale pour qu'on évite de s'ennuyer au bout d'un moment.

Il est enfin temps d'accueillir les trolls qui retarderont quelque peu leur entrée sur scène sous de chaleureuses clameurs et applaudissements. Sans trêve de bavardage, Finntroll entame l'intégralité de Nattfödd joué dans l'ordre des pistes du disque. Dès que retentissent les claviers de Människopesten, je me retrouve alors plongé dix ans en arrière, l'époque ou je découvrais les finlandais par le fameux Trollhammaren. Force est de constater que la mélodie principale, chantée en cœur par plusieurs personnes, me procure toujours les mêmes frissons. Le refrain de Fiskarens Fiende donne envie de partir guerroyer dans des contrées beaucoup trop froides pour la santé mentale de la plupart des hommes, Trollhammaren est bien évidemment un grand moment de n'importe quoi comme on pouvait s'y attendre et Nattfödd me rappelle le meilleur d'Agalloch. Alors que dire de Ursvamp lancé à toute allure et festif en diable, de l'excellent Det Iskalla Trollblodet, mais surtout de Grottans Barn plus lent dans sa construction mais aux magnifiques ambiances brumeuses.
C'est bien là qu'on se rend compte que cet album de Finntroll est la quintessence de ce qu'ils peuvent amener au genre : un juste de dosage de puissance et de hargne brute mélangées à leurs mélodies épiques, imparables et juste ce qu'il faut de festif pour ne pas sombrer dans le ridicule. Notez que je n'ai pas parlé du son de manière générale, mais le Cargö bénéficie d'une excellente acoustique et surtout d'un ingé son qui fait bien le boulot en évitant de sonoriser à outrance basse / batterie comme c'est souvent le cas pour les concerts de Metal. Disons que pour Finntroll c'était d'autant plus parfait, avec un équilibre entre les instruments et de quoi entendre heureusement guitares et claviers. Seule l'acoustique Rök ne sera pas joué, pour certainement ne pas trop trancher avec la seconde partie du set qui reprend de plus belle après quelques instants de pause.
La seconde partie du concert est consacrée à leur dernier opus, Blodsvept, sorti l'année dernière avec entre autres Mordminne, Skogsdotter ou Häxbrygd par exemple. En faire la promotion est logique, par contre choisir six titres me semble déséquilibré par rapport aux autres albums qui ne seront représentés que par un seul titre ou presque. Question fosse par contre, on semble assister à un second concert, comme si la plupart des gens ce soir étaient venus là pour écouter les nouveaux morceaux avec une ambiance survoltée, surtout sur les devants de la scène où les pogos sont quasi systématiques. Connaissant mal Blodsvept, j'avoue avoir trouvé cette seconde partie du concert moins intéressante, mais des titres comme Nedgång ou Jaktens Tid me font énormément plaisir. Finntroll va même jusqu'à fouiller au fin fond de leur discographie pour nous ressortir un titre de 1999 nommé Svartberg, petit bijou de Black Metal Symphonique tranchant assez radicalement avec leur style actuel. La tension ne retombera qu'après deux généreux rappels et les finlandais finiront par nous quitter tout sourire. Comme quoi, même eux ont passé un excellent moment!

Pentacle (Novembre 2014)

Setlist Finntroll :

Vindfärd
Människopesten
Eliytres
Fiskarens Fiende
Trollhammaren
Nattfödd
Ursvamp
Marknadsvisan
Det Iskalla Trollblodet
Grottans Barn
Intro (Midnattens Widunder)
Blodsvept
Mordminnen
Solsagan
Svartberg
När Jättar Marschera
Nedgång
Ett Folk Förbannat
Jaktens Tid
Skogsdotter
Häxbrygd
Under Bergets Rot

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment