Albums du moment
Pochette Spotted Horse
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Our Voices Will Soar Forever Pochette Back In Business

Grist par mail, 2013

Que signifie Grist?

Et bien on est pas aller chercher bien loin, sachant qu'on est des gros tachons et que notre imagination pour trouver des noms de groupes a toujours été proche du néant, on a tout simplement tapé le mot "whisky" dans Wikipédia (ouais je sais...) et je suis tombé sur ce mot, Grist. En gros, c'est une sorte de farine de malt qui est une des premières étape dans la fabrication du whisky, voila ça va pas chercher plus loin que ça. Je trouvais la signification sympa, le mot est court, se retient facilement et je trouvais que ça sonnait pas mal pour un groupe du genre.

Il semblerait qu'il y ait eu plusieurs périodes dans l'histoire du groupe, où chaque line-up avait une empreinte particulière sur l'orientation musicale du groupe. Pourrais-tu revenir sur l'histoire du groupe, des origines jusqu'à la configuration actuelle?

Il y a eu deux périodes en fait. Pour faire dans les grandes lignes, le groupe s'est formé aux alentours de mars ou avril 2009, avec Schet de Frrt a la voix, Math de Remote a la batterie et Em, la chanteuse de MPO a la basse. On a composé un petit set vite fait, le temps de trouver un peu vers ou on voulait aller, fait quelques dates sur Paris et quand le style a commencé a se peaufiner un peu, Schet est parti, n'étant pas spécialement convaincu par l'orientation du groupe. Em a suivi peu de temps après. On s'est donc retrouvé Matthieu et moi. Big Joe (ex-Sickbag) est arrivé a la basse et Gauthier de Yattaï nous a rejoint au chant au moment ou j'ai eu une opportunité professionnelle que je ne pouvais absolument pas laisser passer, donc a contre cœur j'ai été obligé de mettre le groupe de coté. Entre temps, Matthieu a rejoint un autre de mes groupes, Big Joe s'est cassé dans le sud, donc a part Gauthier et moi, il ne restait plus grand monde pour relancer le truc une fois mes obligations achevées. Puis Flo de Departement Of Correction nous a proposé de participer a la compilation de Kaotoxin, In Grindo Veritas. J'ai alors demandé a un pote, Thomas "Blastum" , qui joue de la batterie dans Merrimack et Antaeus entre autres s'il pouvait nous dépanner pour l'occasion, ce qu'il a fait avec brio. Pour finir, je ne peux plus vraiment dire que Grist est un groupe actif a l'heure actuelle, on ne répète pas, la seule et unique répétition, c'était une heure avec le batterie/guitare deux jours avant l'enregistrement des titres pour la compile point barre.



Selon mon ressenti, l'ancien line-up donnait au groupe une couleur plus, « déconnade », tandis qu'avec ces nouveaux morceaux, on donne plus dans le chirurgical et dans les ambiances tortueuses. Quel est ton avis sur la chose?

Disons qu'à l'époque du premier line-up, le groupe était encore jeune, à plein de niveau, que ce soit au niveau de la composition ou autre, puis niveau déconnade, c'est clair que le chanteur n'était pas le dernier. Entre les titres de compos de dingue qu'il te sortait à chaque fois, les conneries à tout bout de champs, c'est clair que vers la fin, on passait plus notre temps a fumer des spliffs, boire des bières et faire des pauses interminables en gloussant comme des merdes devant des vidéos de Morsay que grinder comme des porcs haha! Puis s'en foutait un peu en fait... En revanche, je tiens à préciser que les titres présents sur la compilation ne sont pas de nouveaux morceaux du tout, ils font même parti des tous premiers titres composé pour Grist, mais l'un des deux a été un peu revisité entre temps, il est vrai. Après pour le coté "chirurgical tortueux" comme tu dis, je pense surtout qu'il vient du fait que c'est un vrai enregistrement studio, avec un réel travail derrière et pas un pauvre mp3 tout pourri avec une batterie programmée et des plug in de grattes tout fadasse enregistré du fin fond de ma chambre tout bourré a 5h du matin. Bref, les riffs sont quasiment les mêmes qu'à l’époque.

Es-tu l'unique compositeur de Grist?

Je suis seul à la gratte, donc oui.

Comment se déroule le processus de composition?

De la même manière depuis le début, je compose un morceau, alors des fois ça vient tout de suite (mais bon, c'est quand même assez rare) et d'autres fois je peux mettre le morceau en suspend des mois et des mois, le temps d'avoir l'illumination et trouver LE riff qui tue. Je programme une batterie, compose des basses grossièrement en 2/2, j'envoie le tout et on arrange ça entre nous tout simplement. C'est déjà arrivé que tout le morceau change et n'aie plus rien à voir avec ce qui a été composé a la base, puis d'autres fois, le morceau reste tel quel, ça dépend si tout le monde est satisfait ou pas.

L'univers de Grist est assez urbain, tu sembles toi même évoluer dans l'univers du graffiti, cela s'en ressent selon moi dans les visuels du groupe, en est-il de même pour les textes?

Il y a quelques "connections", mais ça n'a aucune incidence sur les textes du groupe, sachant que c'est un mouvement qui concerne plus mon entourage que celui de Gauthier. Mais c'est vrai qu'il est intéressant de marier les deux. Pour moi, un gros larsen avec un gros son gras bien dégueulasse sur fond de blast-beat est totalement similaire à ce que dégage un gros tag bien coulant sur mur ou un lettrage sur un train par exemple. J'aime bien Magrudergrind pour ça. Eux, ils ont capté le délire direct!

Qui se charge d'ailleurs de l'écriture des textes ? Toi même ou ton chanteur?

Gauthier se charge des textes à 100%. C'est son crédo et il le fait très bien. Il est impliqué et a de bonnes idées. On n'avait jamais répété les morceaux ensemble avant l'enregistrement. Il a bossé seul dans son coin et quand on est arrivé au studio, je n'avais strictement aucune idée de ce que ça allait donner, mais ça l'a fait direct. En plus les textes tuaient, et puis moi je sais pas aligner trois mots correctement alors écrire des textes...

A t-on des chances de revoir Grist sur les planches prochainement?

On adorerait, mais c'est difficile pour Thomas du a ses nombreux groupes, c'est pas a exclure non plus, mais ce n'est pas d'actualité pour le moment.

On retrouve quelques samples sur ces deux morceaux, peux-tu nous en dire davantage quant à leur origine?

Alors le premier sample vient de Prodigy (Funky Shit Intro sur The Fat Of The Land) qu'ils ont eux même samplé chez les Beastie Boys en fait (Root Down, sur Ill Communication). Le deuxième est tiré d'un documentaire canadien qui s'appelle Grass, qui parle de la guerre que le gouvernement américain a déclaré à l'encontre du cannabis aux Etat-Unis, des années 30 à aujourd'hui.

L'écoute de ces morceaux est rendue particulièrement jouissive grâce au son notamment. Peux-tu revenir sur l'enregistrement de ces morceaux?

L'organisation était catastrophique à cause des plannings respectif de chacun. Les morceaux ont été enregistrés deux ou trois jours avant la deadline de la compilation, donc tu imagines bien que le peu de temps que nous avions ne nous a pas vraiment permis d'approfondir le mixage et le mastering, mais on a eu la chance de tomber sur un mec super cool, Andrew, qui est vraiment compétant, qui bosse vite et bien. A mes yeux, le résultat reste très convaincant pour le peu de temps dont nous disposions. Avec le recul aujourd'hui, c'est sûr qu'il y a des petits détails qu'on aurait probablement arrangé différemment, mais on reste quand même très satisfait du résultat. Donc l'organisation fût plutôt archaïque, mais l'implication et la productivité de chacun à bien contre-balancé le problème.



Pourrais-tu nous parler davantage de la compilation In Grindo Veritas?

C'est un projet qui a démarré a l'initiative de Nico, le grand manitou qui gère Kaotoxin si je dis pas de conneries, et Flo le guitariste de Departement Of Correction s'est chargé de démarcher les groupes présent dessus. L'artwork a été fait par Luis Sendon, un illustrateur qui bosse avec pas mal de groupes et le mastering a été fait par Dan O' Hare des terribles Total Fucking Destruction. La compile sortira en CD et sera distribué en France, en Angleterre, au Canada et aux Etats-Unis. Elle sera également disponible en digital. Le prix du CD a été fixé a 5€ il me semble, évidemment la version digitale sera un peu moins cher. Que dire de plus a part que l'initiative est vraiment salutaire, qu'on sent que Nico est un passionné qui travaille d'arrache-pied pour faire fonctionner son truc, et que 5 balles pour un CD avec 37 groupes de mecs pas content qui grindent comme des enculés, c'est plutôt honnête.

Ces deux morceaux laissent transparaître des influences bien plus larges que le Grindcore pur et dur, pourrais-tu nous faire part de tes influences musicales comme extra-musicales?

Effectivement, c'est assez dur pour moi de me cantonner a un seul et même style, surtout quand tu joues de la musique aussi extrême que le Grindcore, tu as très vite fait le tour parce que les plans sont très limités, intro, break, blast, D-beat, re-blast et salut, donc forcément, tu peux répéter la formule à toutes les sauces comme le fait Rotten Sound par exemple, qui eux le font super bien, mais au bout d'un moment, je trouve que ça commence a perdre de sa superbe? J'ai découvert le groupe avec Exit qui m'a littéralement mis sur le cul, j'ai trouvé Cycles terrible parce que contrairement à Exit la production était là et cet album a calmé pas mal de monde au passage, mais après quand tu vois qu'à chaque nouvel album ou ep, c'est reparti pareil, et bien forcement, tu n'es plus aussi enthousiaste que quand tu as découvert le groupe. Par contre, quand tu les vois en live, là ça prend tout son sens et ça marche vachement bien, après c'est un avis qui n'engage que moi bien évidemment. Donc oui, si dans nos compos, on peut rajouter un passage un peu Hardcore, Black ou Sludge on le fera, mais ça sera complètement involontaire. Je ne réfléchis pas du tout dans quelle style je dois taper pour finir telle ou telle compo, ça vient tout seul.

Quant à mes influences, il y a de tout, mais ça va être interminable et puis tout le monde s'en branle. Tout ce que je peux dire, c'est que j'écoute plus trop de sons saturés en fait et encore moins de Grind, je préfère en jouer ou en voir en live plutôt qu'écouter ça a fond dans ma piaule. Puis a part les sous merde qu'on t'impose quand tu tombes sur une chaine musicale, il y a du bon dans tout, que ce soit du Hip-Hop, de l'Electro ou autre.

As tu d'autres projets sur le feu? Pourrais tu nous en faire part?

Oui,  je jouais dans un groupe qui s'appelait Colohm à l'époque, puis Thierry le gratteux qui compose a remonté le projet sous un autre nom et dans un autre style. Ca s'appelle Noir maintenant, d'ailleurs Math l'ancien batteur de Grist joue dedans, avec Guillaume qui lui est dans Cowards, ainsi que Thierry et moi même. C'est un peu Post-Hardcore avec des sonorités bien malsaines et dégueulasse qui vont tout tuer. Ca se met en place gentillement, on cherche un chanteur en ce moment et on espère qu'à la rentrée on sera reparti avec un line-up tout beau tout neuf parce que mine de rien, ça fait un moment que le projet est né. Sinon je faisais aussi de la basse dans MPO (Hardcore 90's) mais le groupe a splitté il y a quelques temps maintenant et je fais un peu de batterie dans un groupe de garage avec des potes de mon quartier.

Enfin la question la plus importante : plutôt Seth Gueko ou B2O?

Hahaha la meilleure question de toute l'interview! DJ Soke mec, avec son tube international Baby I Love You! Seth et Booba ne sont que mangent merde, sans importance comparé au flow et a la puissance intellectuelle de ce mec. Sinon merci à toi pour l'interview, c'est cool.

Tortue Rouge (Avril 2014)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment