Albums du moment
Pochette A Spectre Is Haunting The World
Pochette Only Human Crust Pochette Glow
Découverte
Pochette Moozoonsii

Hangman's Chair (Paris, le 31/10/11) en répétition

De passage dans la capitale, c'est l'occasion de rejoindre les Hangman's Chair en répé afin de leurs poser quelques questions sur le futur album en préparation et d'en apprendre un peu plus sur le groupe de manière générale.

Hope / Dope / Rope... qu'y a t il derrière ce nom ?

 
Julien (Guitare) : Un peu tout ce que tu veux bien y voir. L'idée d'une chute, d'une progression lente vers la mort, un simple jeu de mot, une devise... Ça reste dans la continuité et dans la suite logique de ce qu'on avait exprimé avec Hangman's Chair jusque là : la déchéance humaine.
 
On doit s'attendre à une évolution par rapport à Leaving Paris ?
 
Julien : Oui, on est revenu à quelque chose de plus lourd, de plus maussade, un peu comme sur le premier album. Cet album est bien moins « Heavy Rock » que Leaving Paris en tous cas.
 
Mehdi (Batterie) : On a plus travaillé sur les ambiances, la voix apparaît plus par nappes, c'est plus sombre globalement, plus lent aussi, on a pas mal ralenti le tempo.
 


Comment s'est passé l'enregistrement ?
 
Julien : On est retourné chez Francis Caste qui nous connait très bien, tout a été très vite. Ça a duré 15 jours environ
 
Vous avez enregistré live comme pour les autres albums ?
 
Julien : En partie seulement, on a ressayé quelque chose qu'on avait déjà tenté avec Es La Guerilla en studio à l'époque : moi et Mehdi dans la même pièce d'abord, donc guitare et batterie live, puis le reste est capté instrument par instrument et vient se greffer dessus. Du coup on a eu plus de choix pour la production, on a pu affiné plus de choses.
 
Tu t'es chargé d'enregistrer toutes les guitares ?
 
Julien : Cub a enregistré quelques parties, quelques harmonies, quelques solos. Pour ma part je me suis chargé de toutes les rythmiques afin d'avoir le rendu le plus cohérent possible.
 
Et pour la configuration live comment ça se présente ?
 
Cub (Chant / Guitare) : C'est variable, j'ai la guitare avec moi sur scène la grande majorité du temps, sur les anciens morceaux je joue pendant les refrains essentiellement afin de donner un rendu plus massif, mais sur les nouveaux morceaux j'ai la guitare tout du long.
 
Julien : On a fait quelques concerts avec une seule guitare pour essayer, et on était pas vraiment satisfaits, ça manquait de puissance.
 
Et concernant l'artwork ?
 
Julien : Pareil que pour l'enregistrement, on travaille toujours avec les mêmes personnes. C'est donc Jull qui s'est occupé de l'artwork une fois de plus. C'était déjà lui qui avait dessiné la vierge qui se pique qu'on retrouve sur nos t shirts, il avait tout à fait compris là où en voulait en venir, depuis on a toujours voulu bosser avec lui.
 
Mehdi et Julien, vous êtes toujours dans Arkangel ?
 
Julien : Moi oui, Mehdi est parti.
 
Mehdi : Plus trop le temps, ça devenait compliqué pour moi. Mais on reste en très bons termes, j'ai même accompagné Julien sur leur dernière date au Magasin 4 en Belgique.
 
Vous aviez même joué au Japon il y a quelques temps, vous pensez que ça serait jouable pour Hangman's Chair ?
 
Julien : Ça serait vraiment super. D'autant plus que ça s'était vraiment bien passé avec Arkangel, le public a l'air assez ouvert là bas, en général les gens viennent en masse et dévalisent le merch au passage. Rien n'est prévu pour le moment mais ça reste tout à fait envisageable.
 
C'est parfois compliqué pour vous de jouer dans plusieurs groupes à la fois ?
 
Mehdi : En général on arrive à se débrouiller, c'est plus pour Clément (basse) qui joue aussi dans L'Esprit Du Clan que c'est parfois compliqué. Là il risque d'être assez pris dans les prochains mois, du coup c'est Christophe qui va nous dépanner pour les prochaines dates.
 
Comment ça s'est goupillé du coup ?
 
Christophe : Je joue de la basse au sein d'Every Reason To..., et le chanteur du groupe a été le premier bassiste d'Hangman's Chair. Ça fait longtemps qu'on se connait, c'est arrivé assez naturellement.
 
Mehdi : En plus, on lui donne l'occasion de sortir de l'ombre ! (rires)
 
Pourriez vous revenir sur la genèse d'Hangman's Chair, né des cendres d'Es La Guerilla ? Si j'ai bien compris, c'était alors que vous étiez en studio avec ELG que vous vous êtes rendu compte que vous aviez besoin de changement.
 
Julien : A la base les morceaux que tu retrouves sur le premier album d'Hangman's Chair devaient être estampillés Es La Guerilla. Mais ça s'est passé un peu bizarrement, on avait très peu répété avec Kévone (chanteur d'Es La Guerilla), on ne savait pas vraiment à quoi s'attendre avant d'arriver en studio. Au final on a tous assez vite compris que le groupe allait évoluer, même pour Kévone ça semblait logique, ça collait moins avec ce qu'il avait envie de faire. On a laissé passer un peu de temps puis assez naturellement Kéo, notre bassiste avec ELG s'est essayé au chant. ELG a donc été mis entre parenthèses, on s'est alors consacré à Hangman's Chair.
 
On sent une nette différence de propos entre Es La Guerilla et Hangman's ChairEs La Guerilla ressemblait plus à un gros délire sur la guerre, les combats, les milices etc tandis que le propos d'Hangman's Chair porte plus sur la mélancolie, la dépression, la débauche... Si le premier album d'Hangman's Chair était sorti sous le nom d'ELG, ça aurait crée une réelle rupture avec l'album précédant...
 
Mehdi : Pas tant que ça en fait, sur le dernier album d'ELG on annonçait déjà un peu la couleur avec des morceaux comme Storm Of Whisky.
 
Julien : Aussi bien on serait resté Es La Guerilla si ça avait collé. Après c'est vrai que sur les derniers morceaux d'ELG on parlait des milices Khadafiennes (rires), on avait quand même notre délire ouais. Pour Hangman's Chair, au niveau des principales influences, faut plus chercher du côté des auteurs comme Camus, Baudelaire, Céline... Des histoires de faits divers, des magazines comme l'œil de la police ou le nouveau détective, ce genre de truc...
 
Donc Es La Guerilla c'est reparti ?
 
Mehdi : On a refait quelques concerts pour le plaisir, on nous a proposé de jouer avec Madball tu vois on pouvait pas refuser, ça s'est bien passé, maintenant ça reste assez ponctuel, on verra pour la suite. Là notre priorité ça reste Hangman's Chair.
 
On vous voit souvent partager l'affiche avec des groupes très différents (Klone, The Sword, Eyehategod, Textures...), cette difficulté à vous ranger dans un style bien précis, c'est plutôt un avantage pour vous ou vous préféreriez rester dans un créneau bien défini afin peut être de gagner en cohérence à ce niveau là ?
 
Mehdi : On a toujours eu le cul entre plusieurs chaises. On vient du Hardcore, mais on est tous des fans aussi bien de Metal, de trucs extrêmes que de Doom ou de Rock Sudiste. Le public de The Sword n'est pas forcément le même que celui d'Eyehategod, mais tu vois, on a ouvert pour les deux et ça s'est très bien passé à chaque fois. Et puis on a ce côté citadin auquel on tient beaucoup, on est des parigos, pas des ricains. Ça nous a saoulé à la longue toutes ces assimilations avec la scène de la Nouvelle Orléans, les chroniques qui parlent de crocodiles, de bayous... On est tous fans de la scène stoner/sludge de NOLA c'est clair, après voilà on va pas s'inventer une vie. Donc non nous enfermer dans une case et ne jouer qu'avec des groupes dans le délire NOLA ça nous branche pas, on est bien comme on est, ou joue avec un peu tout le monde et ça nous convient bien.
 
Vous allez bientôt jouer à Paris avec The Devil's Blood, comment avez vous découvert ce groupe ?
 
Mehdi : J'ai rencontré le guitariste au Japon, il tournait avec son ancien groupe et on a bien accroché tant musicalement qu'humainement. Depuis on est resté en contact, on suit The Devil's Blood depuis le début, et lui aussi avait beaucoup aimé Hangman's Chair. On les a vu au Glazart avec Pentagram, c'était mortel. Et puis on les connait bien maintenant, on a déjà joué avec eux depuis, on sait que ça va être une bonne soirée.
 
Et le côté religieux du groupe ça vous parle ?
 
Julien : Quoi Satan ? (rires généraux). Bah sérieusement quelque part même si on est pas vraiment dans le même délire qu'eux, forcément ça nous parle, ça reste un truc extrême et c'est toujours intéressant.
 
Concernant votre Heroin Virgin Mary, c'est sensé exprimer quelque chose de particulier ?
 
Julien : Non, c'est là pour choquer, pour provoquer. Autrement, par rapport à la religion, on a pas une démarche "anti" quoi que ce soit. L'élément central de ce dessin c'est pas tant la vierge, c'est plus l'image de la mère qui se pique en allaitant son enfant. Elle nourrit son enfant tout en le contaminant, on trouvait ça assez fort, assez marquant.
 
Votre meilleur souvenir ?
 
Julien (hésitant) : Il n'y en a pas vraiment en fait... On a fait de bons concerts, mais le meilleur souvenir là comme ça...
 
Le concert hommage à votre premier guitariste Sid Ahmed devait être un moment assez fort j'imagine.
 
Julien : C'est vrai que c'était spécial comme soirée...
 
Mehdi : C'était blindé en plus, il y avait tous nos potes qui était là
 
Julien : Les obsèques de Sid ont eu lieu en Algérie, du coup c'était un peu notre façon à nous de lui dire au revoir.
 
Votre pire souvenir ?
 
Julien (pensif) : Bah, c'est vrai qu'on a aussi fait quelques concerts un peu foireux...
 
Mehdi (soupirant) : Ya pas de pire ni de meilleur, on fait notre truc, on se pose pas ce genre de questions...
 
Question à la con...
 
Mehdi : Ouais carrément. (rires)
 
Ya pas eu un concert dans le Nord où vous avez perdu une guitare ?
 
Julien : Ah oui putain... On a même perdu notre chanteur... C'était pendant une tournée de quelques dates dans le Nord de la France et en Hollande. On a un peu trop picolé ce soir là, et le lendemain on avait perdu une guitare et un chanteur...
 
C'était sur la dernière date de la tournée ?
 
Mehdi : Non la première (rires généraux). Bah ouais tant qu'à faire ! (rires)
 
Julien : On avait des grosses dates de prévues en plus, dont une en Hollande avec les mecs de The Devil's Blood et devant les organisateurs du Roadburn, c'était n'importe quoi...
 
Mehdi : On a même chopé un pote à nous qui était venu sur la tournée pour chanter à l'arrache.... Les mecs de The Devil's Blood ont un peu halluciné, on avait l'air fin quand on a dû leur expliquer qu'on avait perdu notre chanteur la veille... Du coup tu peux noter ça pour ta question à la con ouais : la tournée où on a perdu Kéo !
 
Bon, au final, ça devrait sortir pour quand ce nouvel album ?
 
Julien : Janvier dans l'idéal, d'ici là on aura sorti quelques morceaux inédits en vynils. Avec ça plus les concerts à venir pour la fin de l'année et ceux qui viendront pour la sortie de l'album on a de quoi faire.
 
Merci à vous !
 
Tous : Merci à toi !

Tortue Rouge (Novembre 2011)

Les photos sont de Garance Lobotomie. Son site web.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Garance L0b0t0mieLe Lundi 21 novembre 2011 à 14H56

Mon nouveau site: http://garancel0b0t0mie.illustrateur.org/
mais y'a pas de photo dessus, que du dessin.

JoffLe Mercredi 16 novembre 2011 à 11H08

Merci à Garance pour les photos : http://www.garance-l0b0t0mie.com/