Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

Interview de Flogging Molly le 27/05/08 - Paris (La Maroquinerie)

C’est en plein repas que Dennis Casey nous reçoit, à peine installé au milieu du plat principal, que le dialogue s’installe : Football, coupe d’Europe… et surtout Flogging Molly. Entretien avec ce sympathique et disponible guitariste.

Metalorgie : Vous sortez d'un Day-Off, comment ça va?
D.C. :  Ca va, on reste un peu fatigué, mais ça fait toujours du bien

Metalorgie : Vous l'avez passé à Paris ou Bilbao?
D.C. : Ici, à Paris

Metalorgie : Vous aimez Paris, vous aimez jouer à Paris?
D.C. : Oui définitivement, tu sais c’est un endroit si grand qu’il en est intimident et fascinant à la fois, il y a tant de choses à faire, à voir. Je voulais m’y mettre hier, mais je n’ai pu que me rendre au Sacré-cœur, puis allé boire des bières. Pas le temps pour la Tour Eiffel, et tous les autres monuments. Après, nous reviendrons, c’est déjà la quatrième fois je pense que nous venons, il y aura d’autres opportunités.

Metalorgie : Effectivement, je vous ai vu ici à deux reprises, la dernière fois au Bataclan, et la fois précédente à un Festival, près Saint-Cloud, t’en souviens-tu ?
D.C. : Tout à fait, avec The Roots et les White Stripes, après je ne me rappelle que des T-shirts que j’ai achetés.

Metalorgie : Revenons à votre tournée actuelle, comment s'est déroulé le concert à Bilbao ?
D.C. : C’était le plus petit concert de la tournée, peu de monde, une grande majorité d’Américains, mais dans l’ensemble c’était un bon concert.

Metalorgie : Sais-tu que le concert de ce soir est complet, ça doit vous changer ?
D.C. : Oui, nous étions très contents de l’apprendre, ça va être une belle soirée, les Parisiens sont fous!!!!

Metalorgie : Parlons un peu de votre dernier disque, vous avez sorti Float, en mars dernier, comment a-t-il été reçu par la critique et les fans?
D.C. : Du mieux possible. De tous nos albums, ce sont les meilleurs retours. On a enregistré les meilleures ventes sur cette période, reçu les meilleurs critiques de la presse papier et Internet, franchement, pour le moment tout est pour le mieux. Après, je te parle pour ce qui est des Etats-Unis, je ne sais pas trop ce qu’il en est ici.

Metalorgie : Justement, à titre personnel, je trouve que c’est votre album le plus accompli, es-tu d’accord avec ça ? .
D.C. : Merci, et effectivement je suis tout à fait d’accord avec toi. Tu sais, nous existons depuis maintenant dix années, sans en être l’apogée, ce disque représente une belle évolution ; quand on voit d’où on est parti et ce à quoi nous avons abouti ici, il y a de quoi être content.

Metalorgie : D’ailleurs, vous avez mis quatre ans pour écrire et enregistrer ce disque, en sera-t-il de même pour vos prochaines productions ?
D.C. : Non pas du tout, cela a été si long, car entre temps nous nous sommes consacré à la sortie d’un DVD intitulé Whiskey On A Sunday. Ainsi, plutôt que d’enregistrer en plus en studio, on a préféré faire les choses bien, de toute manière ça aurait été de trop pour les fans, trop de Flogging Molly d’un coup, on a donc décidé d’attendre.

Metalorgie : Avez-vous eu tout de même un peu de temps pour vous, pour vous et vos familles respectives ?
D.C. : Un peu, pas assez…je crois que ce n’est jamais assez.

Metalorgie : Vous êtes resté fidèle à SideoneDummy depuis 8 ans maintenant, j’en déduis que vous en êtes heureux chez eux ?
D.C. : Effectivement, nous sommes chez eux depuis nos débuts et nous en sommes ravis. Tous c’est toujours bien passé pour nos quatre albums et notre DVD, c’est une très bonne collaboration.

Metalorgie : Avez-vous été tenté par une aventure chez une major ?
D.C. : A vrai dire, je ne pense pas qu’ils nous voudraient. Ils sont bien plus intéressés par des artistes comme Coldplay ou John Mayer… Que feraient-il de nous ? Nous ne sommes pas jeunes, nous ne faisons pas de Pop…

Metalorgie : Donc tu penses que le Punk n’est pas compatible avec les majors ?
D.C. : Non, je n’ai pas dis ça, regarde Green Day

Metalorgie : Leurs meilleurs disques sont clairement derrière eux.
D.C. : Chacun son opinion. Autres exemples, les Sex Pistols étaient chez une major, les Clash étaient chez une major… comme quoi…

Metalorgie : Les Dropkick Murphys ont eu une de leurs chansons dans un film de Scorsese, vous avez participé à la BO d’un jeu vidéo, Blood Or Whiskey revient à la charge, de nouveaux groupes débarquent comme les Bloody Irish Boys, penses-tu que l’ "Irish-Punk" est à la mode ?
D.C. : Je dirais qu’il devient populaire, je connais Blood or Whiskey, les Dropkick Murphys ont commencé un peu en même temps que nous, d’autres groupes émergent comme les Cherry Cokes - ça peut être surprenant, mais ils sont Japonais,  nous avons joué avec eux lors de notre dernière tournée aux Etats-Unis, ils sont vraiment bons – les Pogues reviennent aussi avec le line-up originel, donc oui on peut dire que ça devient très populaire, mais ça n’est pas encore mainstream comme ont pu devenir certains courants, le Ska par exemple.

Metalorgie : Donc tu te reconnais encore au travers de cette musique ?
D.C. : Oui, définitivement.

Metalorgie : Je parlais des Dropkick Murphys, vous n'officiez pas vraiment dans le même registre, n’en avez-vous pas marre d’être comparé à eux ?
D.C. : Non, pas du tout, et parce que c’est un très bon groupe. Si on nous comparait avec de mauvais groupes je serais emmerdé, mais pas eux. De plus, je les ai vu tant de fois aux USA, j’ai joué sur "I’m Shipping Up to Boston".

Metalorgie : Vous avez d’ailleurs partagé l’affiche du Reading / Leeds 2004 avec eux, un bon souvenir ?
D.C.
: Oui, Reading, c’est vraiment géant, de plus cette année l’affiche Punk était vraiment exceptionnelle, je me souviens de Sick Of It All, Street Dogs

Metalorgie : Tu apprécies Street Dogs ?
D.C. : Je les adore, ils vont sortir un nouveau disque (ndlr State Of Grace le 8 Juillet) et ce sont des amis, d’ailleurs on va revenir en Europe avec eux cet automne.

Metalorgie Au sujet de l’Irlande, tout le monde connaît les attaches de Dave avec l'Irlande, qu'en est-il de toi et des autres membres ?
D.C. : Certains d’entre nous ont un héritage irlandais, mais la majorité sont de bons Américains. J’ai des origines irlandaises, mais pour autant je n’ai pas grandi au son de la musique traditionnelle, et puis tu sais, je joue de la guitare électrique, je suis plus proche d’AC/DC ,des Sex Pistols, des Rolling Stones, de ce genre de musique.

Metalorgie : Tu parles des Stones, que penses-tu du film qui vient de sortir ?
D.C. : Le Scorsese? Je ne l’ai pas encore vu, ça vaut quoi ?

Metalorgie Disons que je n’aime pas le Rolling Stones actuel, avec un Mick Jagger sans voix et tout le reste, j’ai donc forcément été très déçu…
D.C. : Oui, j’imagine bien, ils étaient mes models en 1980, après… Je reste un gros fan, j’ai tous les disques, mais ça ne vaut clairement plus l’époque de Love You Live ou Get Yer Ya Ya’s Out!

Metalorgie : On est d’accord, un dernier mot pour le public français ?
D.C. : Oui, je veux tout d’abord remercier le public lyonnais, nous y avons joué il y a quatre jours, c’était vraiment bien. Ce soir à Paris, c’est sold-out, donc merci aussi. Et donc rendez-vous très bientôt, comme je te le disais, dès cet Automne avec Street Dogs pour le Eastpak Antidote Tour.

Undone (Mai 2008)

Merci à Dennis Casey, Anne-Claire et Hélène d'Active.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment