Albums du moment
Pochette Celestial Blues
Pochette Glow On
Pochette Wildhund Pochette Anabasis
Chroniques
Pochette Nurture
Pochette Against All Odds
Pochette Extinction
Pochette Death Routines
Pochette De Doorn
Découverte
Pochette No Way

Interview avec Junon (ex-General Lee)

Septembre 2021. Junon remonte sur scène pour la première fois cinq ans après le hiatus du groupe General Lee. Quelques heures plus tôt, nous avons rencontré cinq des six musiciens du groupe dans leur loge, afin de recueillir leurs impressions et pour en savoir plus sur les raisons qui ont poussé Arnaud, Martin, Alex, Fabien, Perdi et Florian à rebrancher les amplis !
L'entretien est également disponible en vidéo
par ici.


Bonjour, pouvez-vous revenir sur la genèse du groupe ?

Fabien : Junon, c'est le nouveau nom de General Lee, notre ancien groupe. Après 15 ans d'existence, on a fait un break de quatre ans et on s'est reformés pour faire de nouvelles choses : on a changé de nom et maintenant on s'appelle Junon !

Quelles sont vos impressions avant de remonter sur scène pour la première fois depuis autant d'années ?

Ça fait un moment qu'on se prépare pour cette date, depuis un an et demi qu'on est embêtés avec ce virus. On ressentait un manque et ça nous tient à cœur de faire des concerts avec notre nouveau groupe. Bref c'est beaucoup d'envie mais aussi un peu de stress quand même.

Ça vous fait quoi de rejouer à l'occasion d'un festival généraliste entre des groupes de Rap, Electro, Pop qui passent avant et après vous (Crossroads Festival, à Roubaix) ?

Arnaud : C'est plutôt bien ! On va jouer devant des gens qui n'ont peut-être pas l'habitude d'écouter du Metal, donc c'est intéressant, même si ça peut en rebuter certains !

Fabien : C'est toujours sympa de faire rencontrer d'autres univers et c'est cool de se dire qu'on a un public à conquérir. Quand on va les voir bouger de la tête, on se dira "mission accomplie" ! Par exemple, ce matin, on a accueilli une classe de cinquième avec un projet musical Hip-Hop. Ils sont venus nous voir en balances et de voir les gamins hocher de la tête et de nous demander des autographes, c'est cool ! Peut-être qu'ils se mettront à écouter du Rock ou du Metal.

Après avoir fait des tournées un peu partout en Europe et des premières parties prestigieuses avec General Lee, c'est pas trop dur de repartir de zéro ?

Fabien : Je ne pense pas qu'on reparte avec une "fan base" de zéro : beaucoup de gens ont continué à nous suivre et avaient même une certaine attente. Par contre, c'est par les concerts qu'on refera nos preuves, pour montrer pourquoi on a changé de nom et ce qu'on veut faire aujourd'hui.

Martin : On ne repart pas de zéro aussi parce que c'est quasiment le même style : c'est la continuité !

Perdi : Les mêmes fondations globalement : musicalement, il y a des choses nouvelles, et c'est ça qu'on a envie d'expérimenter aujourd'hui.

Votre ep The Shadows Lengthen dure 19 minutes et votre set du soir dure 30 minutes. Vous allez jouer du General Lee ou alors des nouveaux morceaux ?

Arnaud : On va jouer deux anciens morceaux de General Lee. On a commencé à composer pour un nouvel album, mais les morceaux ne sont pas encore bien rodés. On est contents de les ressortir, ça faisait un bail qu'on ne les avait pas joués.

Fabien : Ce n'est pas parce qu'on a changé de nom qu'on a fait un trait complet sur notre travail précédent. Il y a des choses qu'on a tous aimés, d'autres moins et on veut garder cette trace. C'est pour ça qu'on s'appelle Junon, qui était un titre du premier ep de General Lee. Un titre qu'on a continué à jouer toute notre carrière. Sur scène, on continuera donc à jouer des morceaux qui nous tiennent à cœur et qui plaisent aux gens qui viennent nous voir.

Revenons sur les raisons qui vous ont poussé au hiatus et à changer le nom du groupe. Vous en aviez marre de cette étiquette Post-Hardcore ?

Changer de nom, c'est s'offrir une liberté. Si on revient en tant que General Lee, les gens vont vouloir du General Lee. Sur nos quatre albums, on a un peu évolué.

Arnaud : Oui on a pas mal expérimenté. Notre dernier album (Knives Out, Everybody, sorti en 2015) était beaucoup plus Punk / Noise. On n'a pas trop envie de s'enfermer toujours dans le même style, à rabâcher toujours la même chose, on se lasse vite !

Votre ep a reçu des critiques positives. Dans certaines reviews, on parle de continuité entre Junon et General Lee, dans d'autres on parle de rupture. Vous vous positionnez comment sur le sujet ?

Alex : Bien sûr que c'est une continuité ! C'est les mêmes musiciens, la même façon de composer...

Arnaud : On n'a pas vraiment voulu marquer de rupture franche : c'est la même chose, mais avec plus de libertés. On s'est laissés aller, à tenter des choses : avec par exemple un peu plus de chant clair, ou une production un peu différente. Mais une rupture, non ! On ne s'est pas mis à faire du Black Metal non plus !

Fabien : On n'a pas fait comme le dernier Deafheaven ! Un autre exemple, un journaliste trouvait que le premier titre de l'ep servait de transition entre General Lee et Junon. Tout ça, c'est de l'interprétation, nous on ne s'est pas pris la tête, on a juste fait ce qu'on aime faire.

Martin : Même au niveau de la production, on a encore enregistré dans le même studio, avec le même mec et c'est quasiment le même line-up depuis vingt ans !

Vous avez fait quoi pendant quatre ans sans groupe ?

Fabien : On a tous pris un peu de distance humainement. On a eu une activité musicale intense pendant pas mal d'années. Et c'est pour ça qu'on a refondé le groupe : on se manquait les uns les autres, on est une bande de potes ! Certains d'entre nous ont eu des projets musicaux à part.

Perdi : Ça permet d'arriver avec des idées nouvelles aussi, c'était un bol d'oxygène ! Quatre ans avec d'autres projets artistiques, ça permet de proposer quelque chose d'intéressant : développer le chant, d'appréhender l'instrument différemment...

Vous en avez profité pour écouter d'autres choses ou vous êtes restés dans vos classiques (Cult Of Luna, Deftones, Neurosis...) ?

Fabien : Les classiques restent les classiques ! Mais on s'intéresse aussi à toute l'actualité musicale et écouter ce qui se fait de bien et de pas bien actuellement. On n'est pas dans une recherche absolue de nouvelles choses, à part peut-être Arnaud.

Arnaud : Je ne pourrais pas passer mes journées à écouter du Hardcore ! Ça fait du bien aussi d'aller chercher ailleurs.

Vous avez la particularité d'avoir trois guitaristes. Comment on compose à trois guitares, et comment chacun trouve sa place, à la fois à la composition et sur scène ?

Fabien : On s'est améliorés depuis la reformation : on est plus à l'écoute de ce que chacun sait faire, comment il le fait et du son qui convient à ce guitariste. On a chacun un jeu et un son différents. Ce qu'on essaie de faire, c'est d'éclaircir notre jeu et de le rendre plus compréhensible. On s'en rend compte en jouant des anciens morceaux : parfois on allait un peu loin dans la surenchère de couches de guitare, on ne savait même plus quelle était la ligne principale. Et pour répondre techniquement à la question : Martin a un son très clair, type Fender, Alex utilise beaucoup d'effets, avec un son beaucoup plus saturé, et moi je suis la trame centrale, avec un son plus medium. On espère avoir un son massif de guitares, surtout quand on joue à l'unisson.

Martin : Trois guitares, ça permet de mettre de l'intensité dans un titre. On ne joue pas toujours forcément à trois en même temps.

Alex : Par rapport à General Lee, on s'est permis de faire des approches différentes sur des vieux morceaux. On s'est reposé la question et parfois on a échangé nos parties. C'est une évolution qu'on se permet de faire grâce à l'arrivée de Junon. C'est plus démocratique qu'avant !

Quel impact a eu le covid sur votre reformation sachant que vous habitez tous dans des endroits différents ?

Fabien : Il y a eu un impact sur notre façon de travailler : on ne fonctionne plus avec la répèt chaque fin de semaine. On travaille maintenant par sessions courtes et intenses. Le covid, c'était une chance aussi dans le sens où on a pu passer plus de temps sur l'instrument. On a presque été plus productifs dans cette période.

Perdi : Ça nous a poussé aussi à changer de méthode et prendre plus de recul, faire le tri et penser préproduction.

Alex : Avant, on n'utilisait pas du tout l'outil informatique. Grâce à la distance, on a pu centraliser les pistes de chacun, éclaircir des passages. Ça permet d'arriver au studio en étant beaucoup plus prêts.

Quand vous parlez du groupe, certains prononcent Junon, d'autres Junone... Si vous n'arrivez même pas à vous entendre sur la prononciation du nom du groupe, est-ce qu'on peut craindre un nouveau hiatus de quatre ans ?

(rires) Fabien : Même nous on se pose la question de savoir comment on annonce le groupe sur scène.

Perdi : Depuis le début on prononce le morceau "Junon".

Fabien : C'est plus cool de le dire à l'anglaise ! Ce soir il faut qu'on dise "Junone", parce qu'il y a un groupe qui s'appelle "Ninon".

Perdi : Mais s'ils disent "Ninone", on fait comment ?

Arnaud : On d'adapte aux autres groupes sur l'affiche ! (rires)

Bon, il est prévu pour quand ce premier album ?

Fabien : On est en train de le composer, on a maquetté quatre titres et il est prévu de le sortir fin 2022.

Arnaud : C'est ce qu'on a signé avec notre label Source Atone Records

Parlez-nous de ce nouveau label Source Atone Records. Comment s'est passée la rencontre avec eux et pourquoi les avoir choisis ?

Alex : On a eu quelques rendez-vous en visio avec eux et le feeling est passé direct ! Ça paraissait naturel.

Fabien : Oui c'est venu très naturellement : ils se sont tournés vers nous. C'est un nouveau label avec des personnes très motivées. On a eu un bon feeling avec Chris et Arnaud. On marche au ressenti et à l'humain, on n'est pas dans le calcul. Ils nous ont prouvé leur motivation à sortir l'ep dans de bonnes conditions et ils étaient intéressés pour un album. C'est rare les employés d'un label qui viennent vers nous directement. C'est cette démarche qui nous a plus. En plus ils ont monté ça dans une période difficile donc chapeau à eux !

Merci d'avoir répondu à toutes ces questions et bon concert !

Metalorgie Team (Septembre 2021)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment