Albums du moment
Pochette Anabasis
Pochette In Transmission
Pochette Fyra Pochette Street Heat
Chroniques
Pochette Etemen Ænka
Pochette Echoes Of The Soul
Pochette Reset

Rosa Par mail

Il y a des groupes qui laissent quelques marques indélébiles après un concert. Jarod fut de ceux-là pour moi. Ainsi, lorsque Rosa, le nouveau projet de trois des musiciens du premier groupe cité, livrent un premier EP, morceau fleuve de plus de vingt minutes, on se penche dessus. Forcément. Et on essaie d'en apprendre plus, ce qui donne cette interview.

Hello Rosa. Comment allez-vous ? 

“Ma foi, comme un lundi : frais dans la matinée, soleil l’après-midi, la recette des sports d’hiver réussie.”

Vous prenez la suite de Jarod. Pourquoi avoir choisi de repartir de zéro au lieu de continuer en tant que Jarod ? 

Au moment où Mélanie a décidé d’arrêter de chanter dans JAROD, l’idée de continuer de faire de la musique tous les trois est venue assez naturellement. On savait qu’on voulait plus s’orienter vers quelque chose de plus post-rock.
 Après discussion, il est très vite devenu évident pour nous qu’il fallait repartir de zéro. JAROD s’était construit avec et sur l’initiative de Mélanie. C’est également elle qui portait le projet (contact des labels, booking, studio). Et puis il y avait toute cette dynamique autour de son fanzine Big up girls. À nos yeux, JAROD sans Mélanie ne pouvait pas être JAROD.
ROSA est donc bien un autre groupe même si musicalement et politiquement il y a forcément des similitudes.

Comment s'appréhende ce disque ? Plutôt comme une œuvre unique d'une vingtaine de minutes ou plusieurs chapitres distincts ?

Vincent : Les deux façons d’appréhender le disque sont possibles car ce sont plusieurs phases de compositions assemblées pour faire un ensemble cohérent. Il y a donc plusieurs morceaux qui pourraient sans doute exister pour eux-même.
Ceci dit, tout au long de l’écriture, il était important pour nous que l’écoute du disque s’envisage avant tout comme l’écoute d’une œuvre unique. 

Jérémy : Pour ma part je le vois comme une œuvre unique pour reprendre tes mots un peu au même titre qu'une pièce de théâtre. Tu peux découper la pièce en actes mais il s'agit bien d'une seule histoire.

Valentin : C'est un voyage dans la noirceur et la violence et tout ce que ça peut engendrer de beau.

Vous tirez votre nom de Rosa Luxemburg si je ne me trompe pas. Comment s'est défini le choix de ce patronyme ? 

La recherche d'un nom de groupe, c'est jamais simple. D'une part il faut avoir une ou des idées et ensuite que tous les membres s'y retrouvent. On a déambulé pas mal et pensé à des noms communs en lien avec la nature comme pas mal de noms de groupe de post-rock et puis l'idée d'un prénom a été mise sur la table. On a accroché, il y avait un petit clin d’œil à JAROD puis ROSA est sorti très vite. Le rapprochement que l'on peut faire avec Rosa Luxemburg ou Rosa Parks est venu après et n’est pas rentré dans le processus de définition du nom.

Quelles ont été vos influences / inspirations pour cet EP ?


Spécifiquement pour l’écriture/composition de cet EP, on dirait que c’est un savant mélange plus ou moins bien digéré de : Caspian, Nine Eleven, Birds in RowShy Low, La Dispute, Aussitôt MortMort Mort MortAlain DamasioRosa LuxemburgJean-Philippe JaworskiÉglantine Cosmos.

Sur Jarod, je faisais un lien avec Anomie. Ici, j’ai tendance à citer Gantz. Ce groupe fait-il partie de ceux desquels vous vous sentez humainement proche ?

Figure-toi qu'on a découvert l'existence de Gantz parce que vous êtes plusieurs à avoir fait cette comparaison quand l'EP est sorti. Difficile pour le moment de répondre à ta question.

Vous avez sollicité Magnus Lindberg pour le mastering de votre EP. Comment s’est fait ce choix ? Qu’a-t-il apporté à votre musique ?

Nous avons contacté Magnus sur les bons conseils de Guillaume chez qui nous avons enregistré l’EP. Ce fut une collaboration efficace et on est très contents du résultat. 

Il y a plusieurs samples dans votre EP. Pouvez-vous nous parler du choix de chacun de ces samples ? 

Vincent : (Si par samples tu entends citations) : 

La Horde du contrevent est mon roman préféré. J’ai “greffé” la citation après avoir écrit le gros du texte, il est venu comme une sorte de conclusion, pour appuyer le reste. Je voulais mettre l’accent sur la pesanteur, l'abattement, le découragement et ce passage collait très bien.


Pour Rosa Luxemburg c’est l’inverse, je suis parti de la citation (que je trouve très belle) pour écrire autour. Ça permettait en même temps d’avoir une Rosa qui s’exprime.


J’avais envie de placer un extrait de “Il était une fois la révolution” parce que c’est un de mes films préférés puis y’a ce dialogue qui sonne très actuel qui s’est avéré parfait à placer à ce moment du  morceau, à la fois pour faire une forme de pause mais aussi une transition. 

Est-ce qu'une sortie physique est prévue ? 

Tout ce qu'on peut te dire pour le moment c'est qu'il devrait y avoir une sortie sur K7 cette année. Une sortie CD est également prévue mais aucune date n'est fixée pour le moment.

Quels sont vos prochains projets ? Le contexte sanitaire bloque en effet les concerts et nous sommes dans des cas de musique qui utilisent énormément le live pour appuyer certains messages.

Le projet numéro un serait d'arriver à un trouver un endroit dispo et ouvert pour pouvoir répéter :)
Ensuite bien sûr, pouvoir partager ce qu'on fait en réel, faire des concerts, rencontrer et échanger avec des personnes, avoir des retours en direct aussi.

Je vous laisse le mot de la fin :)

Merci de nous avoir donné l’occasion de causer un peu de ce projet !

Euka (Mai 2021)

Pour en apprendre plus sur Rosa Luxembourg, c'est par ici. 
Pour écouter Rosa, c'est par là.

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment