Albums du moment
Pochette Lament
Pochette Erase
Pochette Couvre-sang Pochette Splinters From An Ever-Changing Face
Chroniques
Pochette Love Exchange Failure
Pochette Love & Decay
Pochette Surface Noise
Pochette Ohms
Pochette Another Land Pochette Thrashmageddon
Découverte
Pochette Moozoonsii

Clémentine de Sounds Like Hell Productions par mail, 2020

Cet article est rendu possible grâce à vos dons sur Tipeee



En cette période de crise sanitaire et d'annulation de concerts nous sommes allés à la rencontre des acteurs et actrices du milieu culturel, celles et ceux qui organisent des concerts, promeuvent les groupes, gèrent des salles de spectacles ou organisent des festivals. Tout.e.s ces acteurs et actrices de l'ombre qui font vivre et défendent toute l'année les musiques que nous aimons. Sauf que depuis quelques mois, une saleté de virus à mis au point mort et à mal leur activité. On leur donne donc la parole à travers une série de questions histoire de prendre la température et faire un peu le point sur la situation. Ici, c'est Clémentine de Sounds Like Hell Productions qui prend la parole.



Tout d'abord, comment as-tu vécu cette période de confinement d'un point de vue personnel (si tu as envie de nous en parler), mais aussi professionnellement / musicalement, vis à vis des activités de Sounds Like Hell Productions ?

D’un point de vue personnel je me suis retrouvée à la campagne, dans le calme, donc j’ai très bien vécu cette période et n’ai pas eu la sensation d’être enfermée même si ma vie sociale a été totalement virtuelle comme pour tout le monde. Côté SLH, ma structure organisatrice de concerts, on a dû assumer le coup, on a dû reporter à l’automne et sur 2021 tout ce qui était prévu au printemps puis à l’automne. Il a fallu faire le point sur la situation, chiffrer plusieurs scénario et voir combien de temps on pourrait tenir sans activité. On a ensuite demandé toutes les aides qui étaient à notre portée. Et on a continué à travailler pour assurer les reports, les annonces, et la programmation 2021 et maintenant 2022 ! On tient le coup et l’annonce de Wardruna à la l’Amphithéâtre 3000 en avril prochain nous a donné de l’espoir et du baume au cœur !

Plusieurs concerts ont pu être reportés comme ceux de Visions Of Atlantis en septembre ou Igorrr en février 2021. J'imagine que ça a dû être très compliqué de retrouver des dates pour les groupes et à négocier avec les salles ? C’est plus avantageux pour vous en terme de contrats de reporter les dates plutôt que les annuler simplement ?

Tous les reports sont des décisions des groupes et de leurs agents qui ne veulent pas prendre le risque de maintenir une tournée si les conditions ne sont pas revenues à la normale. Nous n’avons pris aucune décision dans ces reports ou annulations. Tout le monde est dans le même bain, les salles voient leur propre programmation reportée donc on s’entreaide et on reste à l’écoute de nos partenaires. Les reports sont évidemment plus avantageux car ils permettent de ne pas jeter des mois de travail sur les dates déjà annoncées et globalement ça s’est fait de manière assez fluide.



De même certaines dates comme la tournée d'Oranssi Pazuzu prévue pour octobre ou bien Primal Fear prévue pour septembre commencent à être reportées en 2021. Ca s'annonce compliqué de reprendre les concerts pour la rentrée. Penses-tu que vous allez devoir reporter toutes les dates de fin 2020 à 2021 ? Penses-tu qu'on pourra refaire des concerts d'ici la fin d'année ?

Nous sommes le 28 septembre au moment où je réponds à tes questions et la situation sanitaire s’est dégradée en France ces dernières semaines. Avec la loi du 9 juillet prolongée jusque fin mars, je partage l’avis d’autres professionnels du spectacle vivant qui pensent que la reprise des concerts debout n’aura pas lieu avant avril 2021. De notre côté nous n’avons plus qu’un seul concert en 2020, Igorrr, le 08 décembre, et ça sera sûrement en places assises limitées avec port du masque, si le concert est maintenu. Il est de plus en plus difficile de savoir de quoi l’avenir sera fait donc le plus simple est d’avancer au jour le jour et de rester constructif.
 
Quelle est votre façon de procéder en ce moment ? Plutôt essayer de retrouver des dates pour les programmations annulées ces derniers mois ? Plutôt tenter de faire jouer d'autres groupes dans les prochains mois ? Dans l'attente d'une situation plus claire ?

Pour 2020, le jeu étant déjà fini, nous continuons à programmer 2021 et même 2022 maintenant, comme si tout était normal. Les groupes ont toujours envie de jouer et les propositions ne cessent pas.

Récemment j'ai vu que The Ocean avait annoncé une tournée française avec Pg Lost, Hypno5e et Svalbard et qu'une date était prévue au CCO de Villeurbanne le 18 janvier. Est-ce que c'est risqué d'annoncer des dates de concert, même pour l'année prochaine, ne sachant pas qu'elle sera la situation d'ici là ? Est-ce un risque financier également ?

C’est un risque que l’on doit prendre car il faut bien avoir des concerts déjà prévus pour le moment où ils seront enfin ré-autorisés ! Reporter ne coûte rien en soi. Ce qui coûte ce sont les mois sans rentrée de trésorerie, que l’on compense en partie avec les aides qui ont été mises en place. Donc on continue et ce qui pourra se faire se fera, sinon ça sera reporté. Mais il serait mal joué que d’attendre que ça se clarifie pour booker à nouveau, vu qu’il faut au moins quatre mois d’avance entre l’annonce et un concert pour en garantir le succès.

Avez-vous eu beaucoup de demandes de remboursement sur les billets que ce soit sur des annulations ou des reports de concerts ?

En cas d’annulation ferme, tous les billets sont remboursés, ce qui est normal. Pour les reports, les remboursements sont permis pendant trois mois et il est arrivé qu’on ait des semaines ou l’on remboursait plus de billets que l’on en vendait de nouveaux… Mais la très grande majorité du public qui avait pris ses places pour les concerts qui ont été reportés ont conservé leurs billets.

Votre programmation est aussi pas mal liée à celle de groupes internationaux, et il est possible que les frontières soient fermées les prochains mois avec le regain de l'épidémie. Est-ce que ça serait intéressant pour vous de vous consacrer sur une programmation peut-être un peu moins prestigieuse, mais pas pour autant moins qualitative, en vous focalisant sur des groupes français ? En gros c'est quoi votre point de vue sur la situation des groupes internationaux pour le moment et est-ce que vous pensez vous dirigez vers une programmation plus locales dans les prochains mois ?

Pour l’instant les concerts debout ne sont pas autorisés, donc notre activité telle qu’on la connaît et qu’on aime, n’est pas permise. Au-delà de ça, si on doit prévoir des concerts assis en jauge réduite, il faut qu’on soit soutenues au niveau de la billetterie car nous ne pouvons pas vendre assez de places pour rentabiliser la soirée. La location des salles coûte toujours le même prix, ainsi que le catering, les techniciens, etc., donc ce n’est vraiment pas l’idéal. Accueillir des groupes locaux émergents dans ces conditions, n’est pas notre vision de ce qu’est le spectacle « vivant ». Cela sent un peu le choix par dépit même si je comprends bien l’idée de faire profiter d’artistes locaux de la place laissée par l’absence de groupes internationaux, mais ce n’est pas comme si les concerts étaient possibles. Clairement ils ne le sont pas. Et faire jouer des groupes locaux devant 30 personnes assises et masquées… ça ne vend du rêve à personne… en tout cas, pas à nous.



Est-ce que tu trouves que le gouvernement a pris et prend actuellement des mesures nécessaires dans la gestion de la crise vis à vis de vos activités et de manière générale dans le secteur culturel ?

Le plan de relance est de 100 milliards d’euros, sur ces 100 milliards, il y en a que deux qui vont au secteur culturel alors qu’on sait qu’il rapporte plus que le secteur automobile en France. Ensuite, sur ces deux milliards, les grandes institutions comme l’Opéra de Paris, le Louvre, sont assez bien loties mais la part qui revient ensuite au spectacle vivant hors capitale se réduit comme peau de chagrin. Il y a clairement une différence de traitement selon les territoires et selon le type de culture que l’on défend c’est très évident. Sans parler de tous les indépendants de la culture : restaurateurs, agents, managers, transporteurs et autres prestataires de services qui dépendent du spectacle vivant et qui sont complètement ignorés des mesures de soutien actuel.

Et quant aux mesures à mettre en place pour permettre les concerts, elles ne permettent pas les concerts debout, les jauges sont très limitées, économiquement ce n’est pas viable. Il va y avoir des aides pour compenser la perte en billetterie mais on va voir dans quelle mesure c’est facile ou non à obtenir. Donc non je ne trouve pas que les mesures pour la culture aient bien été pensées depuis le départ. Faut dire qu’on n’a pas en place au pouvoir des personnes qui savent comment ça marche, donc c’est un peu difficile de réguler ce que l’on ne connaît pas…

De manière générale, avec toutes les reprogrammations de fin d'année ou même en 2021, j'ai un peu peur que tous les concerts se télescopent et qu'il y ai une sorte de trop plein de concerts en même temps, surtout dans un milieu comme le Rock / Metal ou le public n'est pas nécessairement extensible. Est-ce une crainte que tu partages ?

Je n’ai pas de crainte très honnêtement, je ne me pose pas de question, il faut avancer. On ne maîtrise rien de la situation. Le pire que l’on puisse faire, c’est de ne rien faire. Nous annonçons des reports avec parfois plus d’un an d’avance, ça laisse largement le temps aux gens de voir venir, de faire des choix. On ne sait pas comment le public va se comporter une fois que les concerts seront à nouveau permis, est-ce qu’ils vont courir prendre leur place, est-ce qu’ils seront frileux vis à vis de la présence potentielle du virus ? Je pense que les passionnés auxquels nous nous adressons attendent les concerts comme nous avec une certaine impatience. Notre travail c’est de continuer à proposer de la qualité et de la diversité dans notre programmation en espérant qu’elle se concrétise bientôt !

Est-ce que les activités de Sounds Like Hell Productions sont menacées avec cette crise sanitaire ? Quelles sont les difficultés auxquelles vous faites face et quelle est la suite des activités pour vous ?

Nos activités seront menacées si les concerts ne reprennent pas franchement à partir d’avril / mai l’année prochaine oui. Jusqu’à présent nous pouvons tenir mais ça ne pourra pas durer ainsi indéfiniment. Les difficultés sont bien sûr d’ordre financier. Il y a plus d’argent qui sort chaque mois qu’il n’en rentre malgré les aides actuelles. La suite pour nous c’est de continuer à programmer 2021 avec l’espoir que les concerts aient lieu. On s’adaptera au mieux, on fera en sorte de pouvoir continuer même si on doit changer des choses en interne, on ne veut pas que ça s’arrête ni disparaitre, donc on fera tout notre possible pour survivre à cette crise.

Pentacle (Octobre 2020)

Vous appréciez ce genre de contenu ? Pour le faire nous payons une personne grâce à vos dons, vous pouvez donner sur Tipeee ou Paypal et faire perdurer ce genre d'articles.

A lire sur la même thématique :
- Manard, batteur du groupe Ultra Vomit (à propos d'intermittence)
- Olivier de La Scène Michelet (salle de concert privée)
- Léa Mkl ex-présidente Fauchage Collectif (organisateur en association)
Lorène et Fred de Garmonbozia (organisateurs pro)
- Thibaud de Kongfuzi (organisateur et tourneur)

Partager :
Kindle

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment