Vitriol,première tournée Européenne Mons, Belgique, le 27 septembre

La version française précède la version originale de l’interview

 English version of the interview below

 -------------

 Interview réalisée au Lotto Mons Expo ce 27 septembre.

 Bonjour Kyle, Vitriol vient tout juste de sortir son premier album et est un groupe relativement récent dans le paysage, est-ce que tu peux vous présenter brièvement ?

Vitriol a été formé en 2013, donc le groupe existe depuis un moment, nous n’avons rien sorti jusqu’à récemment parce que nous voulions être sur que ça sonnait bien, donc on a beaucoup bossé dans l’ombre jusqu’à temps que l’on obtienne quelque chose qui nous satisfasse pleinement. 2017 a vu arriver la sortie de Pain will Define their Death qui était sensée être plus une démo pour le format long à venir plutôt qu’un format court, mais l’intention qu’on a mis dessus nous a un peu forcé la main pour le sortir. Tout le monde voulait lui donner un format physique alors on est partis la dessus. Bien évidemment, pour ceux qui le connaissent, on retrouve les chansons qui sont dessus également sur l’album parce que c’était prévu comme ça depuis le départ. La moitié du LP était déjà écrite au moment où l’EP est sorti. Là c’est la première fois qu’on a mis toutes nos dix chansons, on en est très satisfait au global et notamment de la réinterprétation de nos morceaux de la démo.

Avez-vous eu d’autres groupes avant Vitriol ?

On en a eus. Rien de vraiment important, tu sais on zonait juste dans d’autres groupes quand on était plus jeunes en essayant de trouver ce qu’on voulait vraiment faire. J’ai trente ans aujourd’hui et j’ai quitté mon précédent groupe quand j’avais vingt et un ans. En fait on s’est juste séparé et je savais que je voulais faire une approche créative vraiment très différente. Je n’étais pas satisfait avec ce projet, j’avais déjà  une idée claire et précise de ce que je voulais faire.

C'est-à-dire ?

Je voulais plus … une approche tournée vers un son implacable. Tous les musiciens avec qui je jouais à ce moment avaient une approche plus éclectique, en incorporant plus de mélodie que je ne le souhaitais, moi je voulais quelque chose de plus extrême, qui te fasse envoyer des coups de poings, tu vois ce que je veux dire ? Je voulais couvrir tous les aspects de ça, parce que je suis véritablement insatiable quand il s’agit des sous-genres extrêmes que j’affectionne ; en général quand une musique est intense je vais accrocher. Et donc j’essaye de prendre les choses qui résonnent le plus en moi dans ces sous-genres et de les distiller en un tout unifié.

Quand on te regarde jouer on a l’impression que tu es possédé, est-ce que c’est ce que tu ressens également ?

Oui absolument à 100%. J’ai une réponse toute faite pour ça maintenant. Des gars sont venus me voir ces derniers concerts pour me dire « hé tu as l’air possédé sur scène » je leur répondais « c’est parce que je le suis » rires. Mais pas par un démon ou un esprit

Qu’est-ce que t’habites alors ?

Tout ce que j’ai mis dans la musique de Vitriol. Tu sais, c’est un peu ma méditation, mon abjection et ma souffrance existentielle. Tout ça se manifeste même avant de jouer. Regardes, Eric d’Hate Eternal, parce qu’on s’est pas mal rapproché pendant la tournée, lui et moi on a les mêmes gens qui nous disent qu’on a l’air méchants quand on joue, mais c’est juste que les personnes qui ne connectent pas émotionnellement avec notre musique vont seulement voir des gars qui ont l’air en colère, mais ça ne me dérange pas, c’est juste qu’ils ne comprennent pas ce qui se passe. Faire du metal pour moi est cathartique, je m’y sens obligé, et parce que c’est le moyen le plus approprié pour moi pour transmettre mes idées. Donc quand je joue, tout ça remonte à la surface. Parfois j’essaye de m’en préserver d’ailleurs, parce que j’ai déjà gerbé trois fois sur scène depuis le début de la tournée en me retrouvant submergé par tout ça.

Ça me rappelle Nick Arthur (NDLR : Molotov Solution) qui quand on discutait une fois me disait que les gens lui disait qu’il n’avait pas besoin de faire semblant d’être méchant sur scène. La vérité c’est qu’il est lui-même sur scène, c’est le reste du temps qu’il fait semblant.

J’adhère complètement avec ça. On parlait la fois dernière avec Adam, mon bassiste à propos d’une photo qui a été prise l’autre nuit à Londres, et on se marrait parce que tout le monde faisait des têtes de méchants alors qu’en société on ne voit jamais ça. La vérité c’est qu’être sur scène c’est confronter toutes ces choses que la société veut ignorer. Etre sur scène c’est la liberté d’incarner toutes ces saloperies qu’on doit cacher habituellement pour lubrifier les relations sociales.

Est-ce que tu utilises un tirant faible ?

Ouuuais ! C’est une question intéressante ça ! Personne ne me l’a posée encore. Donc oui. Enfin, pas non plus trop faible. Je sais que par exemple Karl (NDLR Nile) joue avec des 10 accordé en La (NDLR, 10 représente le diamètre de la corde la plus fine, en l’occurrence 0.1mm, ce qui est peu. Plus la corde est épaisse, plus elle a besoin de tension pour être accordée, la convention standard est 12 pour un accordage en Mi. Là Karl Sanders est cinq demi tons encore en dessous) et c’est dingue ! Personnellement j’utilise des 56-11 avec un accordage en drop Si, la plupart des gens diraient que c’est du chewing gum, mais j’ai un style de jeu très glissant et avec plein de bends et avec un tirant plus fort ça ne rendrait pas pareil.

Je me suis posé la question de savoir comment un groupe qui vient tout juste de sortir son premier album en était venu à tourner avec Nile et Hate Eternal en Europe, et qui de plus, va revenir prochainement avec Kirisun. Donc en préparant cette interview, j’ai creusé un peu et j’ai découvert qu’en fait Pain will Define their Death n’est pas votre première sortie mais que vous préférez ne pas communiquer sur l’opus précédent. C’est vrai ? Vous n’en êtes pas satisfait ?

C’est vrai  oui. En fait on ne garde pas ça secret et on n’en est pas honteux mais c’est juste qu’à nos yeux ce n’était pas complètement abouti. On était toujours en fait de faire monter la souffrance sur notre EP Antichrist. La musique est bonne, mais pas assez. Il y a un gars chez Century Media, je ne lui avais pas parlé de cet EP et quelques semaines après nous avoir signés, il en a appris l’existence et il m’a dit « Mec , c’est quoi ce truc ? C’est excellent ! Il faut en faire quelque chose ! » et moi j’étais plus « Ouais, peut être pas pour l’instant, c’est un truc qui date et les fans apprécieront peut être mais on ne veut pas le présenter comme quelque chose d’actuel chez Vitriol parce que ça ne représente plus qui nous sommes. »

J’ai dit à propos de votre EP : « Quand la brutalité rencontre la démence » Est-ce que cette définition te convient ?

Absolument. C’est vraiment pas mal ! Quand on me pose la question, j’aborde ça d’une manière plus dynamique comme était le mirage qui se glisse entre le black metal et le death metal. On retrouve dans ce que tu parle comme la physicalité du death metal qui est la brutalité dont tu parles, et l’aspect psychologique, spirituel, émotionnel qui se relie plus à notre courant de black metal. C’est et ce sera toujours la fondation de qui je suis. J’ai toujours trouvé que le death manquait d’émotions et je voulais amener cette dimension de terreur psychologique dans la musique. Tu sais, quand tu n’a pas juste l’impression de te faire frapper au visage par un parpaing, mais que tu te dis que tu devrais commencer une thérapie de fond.

To bathe from the Throat of Cowardice (Se baigner depuis la gorge de la lâcheté) est le nom de votre album. Est-ce que tu vises quelqu’un ou quelque chose en particulier à propos de la lâcheté ?

Pour moi, ça a toujours fait partie des choses que j’ai dénoncées. La chanson Victim est pour moi un moyen de signaler et montrer du doigt les personnes que j’ai connu dans ma vie personnelle et qui ont choisi de personnifier cette faiblesse. C’est aussi un moyen de me châtier pour ne pas avoir su confronter cette faiblesse et ces personnes. J’ai toujours considéré Vitriol comme un père sévère avec moi, qui attend de moi des résultats, et je me sers de ça. Ma force repose essentiellement la dessus, et c’est pour moi un processus très pénible, pas seulement en terme de musicalité mais qui reflète également nos propres expériences, tu sais on est passés par pas mal de trucs, et je pense que ça s’entend par le biais de notre musique. Le titre de l’album a longtemps été « Se baigner depuis la gorge de la faiblesse » et au final on l’a changé, un jour j’ai réalisé que le terme de faiblesse était trop général, et que je voulais dénoncer plus spécifiquement la lâcheté. C’est cette même couardise qui fait abandonner aux gens leur envie d’achever de grandes choses. La peur, tu vois ce que je veux dire ? Ne pas prendre de risque, se conformer à ce qui est établi, abaisser ses objectifs parce qu’ils semblent inatteignables. Tout ça pour moi c’est le fruit de la peur et la lâcheté, donc pour moi c’était la meilleure chose à dénoncer pour le bien commun. Parfois il faut savoir sauter dans le vide et espérer le meilleur.

Sais-tu d’où vient le mot vitriol ?

L’étymologie ? En fait il y a un double sens, le vitriol est un composant alchimique à base d’acide sulfurique et purifie ce qu’il touche, et dans la dualité, la définition anglaise la plus établie est « désapprobation totale »  ce qui est une belle allégorie pour définir notre groupe. Et pour l’autre sens, qui érode tout ce qui n’est pas d’or ou de métal royal convient parfaitement à la nature de notre musique, en recherche de pureté. To Bathe from the Throat of Cowardice, c’est l’élimination des faiblesses. C’est corroder tout ce qui n’est pas utile et laisser le meilleur, pour moi Vitriol c’est ça spirituellement.  C’est dur, ça fait mal, c’est violent, mais au bout du compte c’est un processus constructif parce que ce n’est pas de la destruction pour la destruction, c’est de la destruction pour élever ce qui est important.

En fait vitriol est un mot français à la base, qui vient du vieux français védriol et qui voulait dire sulphate de fer. (qui se dit Iron Sulphur en anglais, et mon accent français a surement induit Kyle en erreur qui a probablement compris Aeon Sulphur)

Iron Sulphur, c’est vrai ! Intéressant de savoir ça merci ! C’est marrant parce qu’à l’envers ça fait Sulphur Aeon, maintenant c’est obligé il va falloir qu’on tourne avec eux !

La prochaine question va surement te paraître curieuse, mais as-tu un rapport particulier avec la mer ?

La mer ? Dans le sens de l’océan ? Euh … non pas vraiment. Pourquoi demandes-tu ?

Je pose la question parce que j’ai lu que tu as dis précédemment que tous les aspects des paroles t’étaient très personnel. Et quand j’ai regardé tes textes, ils parlent de guerre, de souffrance et de la mer, du moins de son champ lexical par exemple lost at the water’s mercy, I am a lamb of this sea, amongst the fouling whales, the breath donc je me suis dit que tu avais peut être un lien spécial avec la mer …

Oh d’accord … Je comprends pourquoi tu dis ça …. Whaou ! C’est une observation remarquable. Probablement une des meilleurs interviews que j’ai jamais faite ! Merci pour ça ! Et bien …. Tiens c’est vraiment surprenant ; je n’avais pas réalisé à quel point ce thème était prévalent dans les paroles avant que tu ne me le fasses remarquer. Je crois que ce n’est pas vraiment la mer en terme géographique mais plutôt … il y a … ce concept d’être perdu … au large et loin de tout et de toute terre … je trouve que c’est la pire forme de terreur qui puisse exister.

La solitude ?

Ouais, … toutafait, la solitude mais une forme violente de solitude, vraiment pas cool … Je trouve que couler … j’ai toujours … C’est marrant ! Parce que maintenant que tu le dis, par exemple dans les films, quand il y a des gens perdus en mer, j’ai toujours trouvé ça absolument terrifiant et je crois que de manière subconsciente j’ai relié ça à des événements personnels d’isolation émotionnelle et … Whaou ! Merci pour ça !

Es-tu fan de films d’horreur ?

Oui ! Oh que oui !

Peut être tu n’as pas eu vent, vu que tu es en tournée, du décès de Sid Haig Aka Captain Spaulding ? Est-ce que quelque part, tu as perdu quelqu’un ?

Honnêtement j’ai un rapport très sain avec la mort. C’est triste et c’était clairement quelqu’un que j’appréciais, du moins sur le plan artistique. Comment il plaçait sa voix et comment il passait ses messages. Il a eu une longue vie et une carrière à succès, son immortalité lui est acquise. Mais oui c’est triste.

C’est ce que tu recherches aussi ? L’immortalité ?

Oui plus ou moins. J’en parle beaucoup. Inévitablement et  honteusement, j’espère que ce n’est pas un problème d’égo mais il y a cette partie de … Je pense que tout le monde à sa manière essaye de subsister. Même sur le livret de notre disque il y a une citation de Napoléon : « Tout sur Terre s’oublie à part ce que l’on imprime dans l’Histoire. Cette immortalité, c’est le souvenir laissé dans la mémoire des hommes » Concrètement c’est ton héritage, ce qui reste de toi après ta mort, et c’est pour ça que j’ai sacrifié sept ans de ma vie pour faire un album. A la fin, les gens ne se souviendront plus de ces dix sous- albums que tu as fait à partir les mecs avec qui tu as tourné. Bien sûr il y a des bonnes contreparties à faire ça, tu te fais quelques amis entre autres, mais pour une chose aussi importante que le Death Metal à mes yeux, c’est important pour moi de contribuer au maximum de mes capacités.

Après Nile et Hate Eternal, vous allez donc repartir en tournée avec Kirisun cette fois, avec quels autres groupes souhaiterais-tu tourner ensuite ?

Il y en a plein mec ! De deux choses l’une : il y a les grands groupes pour qui on aimerait ouvrir, genre Immolation ça serait grandiose, mais tu sais honnêtement des groupes comme Hate Eternal et Nile sont vraiment deux mastodontes qu’il y avait sur notre liste. Mais oui sinon, Immolation Morbid Angel serait terrible. Tout ça c’est les classiques pour nous, mais il y a aussi ça (montrant du doigt son t-shirt) Lvcifyre, c’est mon groupe moderne et toujours actif préféré dans la nouvelle vague Metal. J’adorerais pouvoir partager une date avec eux, mais ils sont vraiment rares. Il y a plein de groupes de Black que j’aimerai croiser aussi. Sammath par exemple, ils ont sorti un album cette année Across the Rhine is Only Death, il est vraiment vraiment excellent. Donc si Vitriol a un tant soit peu de succès, j’aimerais pouvoir contribuer à élever les groupes que j’aime beaucoup.

Est-ce que vous passez en France avec Krisiun ?

Oui, je crois, à Paris c’est sûr ! Mais tu sais cette tournée avec Krisiun et Gruesome, c’est trente quatre dates en trente quatre jours, ça va être brutal. Mais oui du coup la prochaine fois on passe en France.

~Vitriol passera à Reims le 30 mars, à la Cartonnerie et le 9 avril à Paris au Backstage by the Mill.

Il nous reste un peu de temps, et j’avais une question que je n’ai pas écrite ici, c’est à propos de Catelyn …

Ah.

Mais j’ai vu que sur votre page facebook vous ne vouliez plus en parler.

Nan, ça va, c’est quoi la question ?

(NDLR : Dans la vidéo The Parting of a Neck – La scission d’une nuque – la musique était précédée de l’audio de Catelyn, une ado qui s’était pendue en direct sur les réseaux sociaux)  Vous avez eu une sacré controverse avec tout ça et je n’ai pas réellement compris pourquoi, d’après moi, vous rendiez hommage a cette pauvre enfant et essayiez de sensibiliser les gens à la question du suicide.

Tu as raison à 100%, pour moi au moment où on a fait la vidéo, on n’était pas connus du tout, et c’était facile de prendre des décisions parce que les seules personnes qui écoutent ce que tu fais sont des proches du groupe donc ils savent comment tu penses et ce que tu veux dire, c’est une question de contexte. Maintenant si tu ne connais pas le contexte et que tu vois deux metalleux et cette malheureuse enfant sur le point d’abandonner, c’est facile pour des gens de se dire qu’on est borderline et qu’on essaye de faire du buzz là-dessus. Ça a été une leçon très dure pour moi. Le message de fond de Vitriol est « Nous n’avons pas à fuir la réalité pour parler des horreurs faites aux personnes. » On traite de la merde que la société créé et on les force à regarder. Catelyn s’est tuée parce que personne ne l’écoutait, quelle sinistre ironie qu’elle soit réduite au silence après sa morte parce que ça gène des gens. Allez vous faire foutre ! On s’en branle que vous soyez gênés ! Vous n’êtes pas cette fillette de treize ans qui s’est pendue à un putain d’arbre parce personne ne vous écoutait. Maintenant est ce qu’on aurait pu mieux contextualiser ça ? Surement ! Si j’avais su que deux cent mille personnes allaient regarder cette vidéo j’aurai surement mis un avertissement, mais à ce moment là on ne pensait que seulement nos amis directs et les leurs allaient regarder cette vidéo.

Dernière question : on change les rôles, à toi de poser une question aux metalorgiens !

Je vais poser une question simple, quelle est votre chanson favorite de l’album ? Ça nous aidera à faire une sélection pour notre prochaine tournée.

 

English Version

 Interview made at Lotto Mons Expo before show on september the 27th

 Hello Kyle, Vitriol is at this time releasing its first album and is quite a new band in the international scene, could you introduce yourself?

Vitriol officially formed in 2013, so it exists for a while, we haven’t just released material until recently because we wanted to make sure it sounded right so we have done a lot of work behind the scenes, working on material that we were happy with, until we were. And then 2017 saw the released of Pain will Define their death and that was actually intended to be more a demo for an upcoming LP than a EP but the intention it got forced the hand and became a proper release. Everyone was interested in getting a physical release so we went with that. Obviously if you’re familiar with that, those songs are also on the LP and that was always the plan. I mean, half of the LP was written by the time the EP came out. Now this is the first time we have compiled all the ten songs, we’re extremely happy with and got the EP songs renovated on the LP.

Did you have previous bands, former bands before Vitriol?

We did. Nothing really important, you know we all just kind of pilled around in other bands together when we were young and tried to figure out what we wanted to do. I m thirty, and when I was twenty one I just left the band I was with at the time. In fact we just separated and I knew I wanted to do something really different creatively. I wasn’t satisfied in the project I was in. I had very specific idea of what I wanted.

What was it?

It was little less focused on … a dedicated approach to a relentless sound. All of the musicians I played with wanted to be a little more eclectic, incorporate more melody and I wanted to hear something extreme that make you throw punches, you know what I mean ? I wanted to steal all the extreme aspects of this, because I’m pretty glutness in my appreciation of extreme subgenres; if it’s intense I can usually grab a tilt toward itself. I try to take the things that resonates the most with the subgenres I like and try to distill them into a unified thing.

When I see you play it feels to me like if you are possessed, do you feel that too?

Yeah, yeah I do. 100%. My favorite response, when people came and see me on the last few shows and tell me “hey you looked possessed up there ” I said “That’s because I am.” Laughs, not by a demon or a spirit.

So what does inhabitates you?

Everything that I put in Vitriol’s music. You know it’s a kind of meditation, abjection and existential pain. All that stuff manifests before you even play. If you take Eric from Hate Eternal, because we bound during this tour, and we both got into the same stuff people telling “man you’re so angry up there” and people that don’t connect emotionally with the music will only see a guy performing, trying to look angry and mean and that’s fine it doesn’t bother me, because they don’t see what actually happens and that’s OK, because I make metal because it is cathartic for me, because I feel compelled to, because it’s the most appropriate vessel for the things I want to communicate. So when I happen to play music, it brings all of that to the surface. I actually tried to hide it sometimes, because I already puked three times on stage since the beginning of the tour just being too intense.

It reminds me of Nick Arthur (Molotov Solution) who told me once that people always tell him he doesn’t have to look like he’s angry on stage, like if he is pretending or acting. But the truth is he is actually himself on stage, he is acting in society.

I agree with that completely. We were talking with Adam, my bass player because of a picture that was caught last night in London and we were joking about people always looking angry on stage, but in society you have to avoid some stuff. And on stage it s time when you look at the stuff society wants to ignore. Being on stage is that freedom to embody all that horrible shit you have to mitigate to lubricate social interactions.

Do you use very low tense strings?

Yeeaah ! That’s an interesting question! No one has asked me yet. I actually do. Well .. not crazy low. I know Karl, actually plays tens in like A or something, that’s crazy ! I use a 56-11 drop B so people tend to find that pretty slinky, but I have a very slippery, bendy style so f I use the very heavy strings I wouldn’ be able to do that.

I wondered how a band currently releasing its first album could be touring in Europe with Nile and Hate Eternal and will soon come back to Europe touring with Krisiun. So as I was preparing this interview I dug a bit and found that Pain will Define their Death is not your first release but you don’t communicate about your previous release because you’re not fully satisfied about it maybe ? Right ?

Yes that’s correct, exactly. The thing is I don’t keep it actually a secret and I am not ashamed of it, but it’s just those things where it was not a fully released thing. We were still growing pains on that Antichrist EP. I fell the material is strong but not enough. There is this guy at Century Media, I haven’t told him about this EP and it was weeks after he signed us, and he discovered it and he said “Dudes, what is this thing ? It’s great ! Let’s do something about it !” and I was like “ Yeah, no, not for the moment, it’s a demo days thing and fans would enjoy it but I don’t want to present it as a modern Vitriol output because it doesn’t represent what we are yet”

I said in the review about your EP I made it was “Brutality and Dementia combined together” Do you cope with that ?

Yes definitely. Aw man, these are great! I talk about that dynamic in terms of the mirage that fills of in between black metal and death metal. It s what you can pick up in my language which is out of physicality of death metal which is that brutality and the psychological, spiritual aspects, the emotional kind of undercurrent of black metal. It’s kind of my own base forever. I felt like there was emotion lacking in lots of death metal and I wanted to bring more of that psychological terror into the music. You know when you feel not just you getting your face hit with a brick, you also feel like you need to go and have some in depth therapy.

To bathe from the Throat of Cowardice is the name of your album. Do you aim to someone or something specific being coward?

For me it has always been a stuff that I called out and I point my finger at. The song Victim is as much as it is calling out people at my life experience that have embodied those weaknesses. It’s also holding myself a cannibal for not inacting on those weaknesses. I always described Vitriol as being a hard father to me. I pull those expectations out of myself and use it. I lean on it for strength and for me this whole process has been so difficult, not just in terms of musicality but our life experience too, you know, we’ve got through lots of personal stuff, I think you can tell that by hearing to our music. The working title of the album for a long time has been “To bathe from the Throat of Weakness” and in the end it wasn’t just enough, I realized one day that in fact weakness was just too general there was more of a specific thread or disease or weakness that I was pointing at and I realized it was cowardice. That s really what makes people abandon pursuing great things. Fear, you know what I mean? Not taking risks, pandering to genres, lessening your goals because you don’t think they are attainable. All these things are in my opinion products of fear and cowardice, so to me there is no better way of describing how things for everybody should be than denying cowardice. Just throw your body in the meat chopper and hope for the best.

Do you know where the word vitriol comes from?

The etymology? There is a duality in the meaning, vitriol being an alchemical compound of sulphuric acid that tends to purify, so there is a double meaning, obviously the best English definition being content for distinct, which is a very good allegory to define our band, and also the other meaning that erodes everything that is not a royal metal and gold and I think that it’s very concise for our music in the way of purifying. To Bathe from the Throat of Cowardice it’s eliminating weakness, it’s just corroding everything that’s not necessary and leave the best, and for me that’s what Vitriol is spiritually. For me it’s hard, it’s painful, it’s violent but at the end of the day it’s a constructive process because it’s not destruction for the sake of destruction, it’s destruction for the sake of elevating what matters.

In fact the word vitriol is French and refers to the old French word vedriol which refers to a chemical compound which is Iron Sulphur. (I think my French accent mislead Kyle a little who probably heard Aeon sulphur)

Iron sulphur really? That’s interesting, that’s awesome, thank you! That’s fun because backwards the name is Sulphur Aeon, now we’ll have to tour together!

You might find this question a bit weird, but do you have a special bound with the sea?

… like the ocean? … hmm … Not really. Why do you ask?

I’m asking because I’ve already read you said that every aspects of the lyrics are very personal to you and when I’ve looked at your lyrics, in most of the songs you speak about war, pain and you are also evoking the sea such as lost at the water’s mercy, I am a lamb of this sea, amongst the fouling whales, the breath …  So I wondered if maybe you had a special bound with the sea.

Oh yeah … I see why you are saying that …  Wow ! What a transcend observation man ! It’s one of the best interview I ever had, thank you for that ! Well … That’s really interesting; I didn’t even realized how prevalent these things are in the lyrics until you brought that up. I think It’s not specifically the sea in terms of geographical location but I think … there is … the concept of being lost … within a large amount of water with no land to perceive … I think it’s one of the most existential horrifying concept that ever exist.

Solitude?

Yeah … absolutely, solitude. Violent solitude. Not a comfortable solitude … I think sinking is … I’ve always …  It’s funny! Because you bring that up, and for example in films, when there are people, they are at lost at sea, it’s one of the most terrifying thing for me and I think subconsciously I relate that to personal feelings of emotional isolation and … Wow ! Thank you for that !

Are you a horror movie fan ?

Yeah ! Oh yeah !

Since you are on tour right now you missed the information of the decease of Sig Haig AKA Captain Spaulding ?  Have you somehow lost a part of someone ?

Honestly I have a pretty healthy relationship with death. And it’s sad, and he was indeed someone that I loved, I least I appreciated a lot the work he did, how he did and how his voice has been heard. He had a very long life and a successful career, his immortality is earned. But yeah it is of course sad.

Is this what you are looking for? Immortality?

Yeah sort of. I talk about that a lot. Inevitably and shamefully I hope it’s not ego-driven but there is this element of … I think everyone feels compelled to linger in some way. Even on the layer note of our CD there’s a quote of Napoleon : “Everything on Earth is soon forgotten expect the opinion we leave imprinted on history. There is no Immortality but he memory that is left in the minds of men” it’s basically your legacy, what you leave in the mind of humanity, and that’s why I sacrificed seven years of my life to make one record. At the end of the day, at the end of your life you’re gone, people won’t remember those ten sub part album you made except the few guys you toured with. Of course there are good things doing that too, you make couple of friends and stuff, but for something as important to me as death metal, it’s important for me to do my best to contribute to the fullest of my ability.

After Nile and Hate Eternal, you will be touring with Krisiun, are there bands you’ld like to play with next ?

Men there are so many bands I’ld like to play with next. There are two things : the big bands that you’ld like to support like Immolation would be huge, you know bands like Hate Eternal and Nile are already a huge thing we checked out the list, but yeah bands like Immolation, Morbid Angel will be huge. They are classics and there’s also this band here (pointing at his T shirt) Lvcifyre is my favorite modern active newer metal band. I’ld love to go out with them but they never really do anything. There’s a lot of black metal bands that I’ll like to cross points with. Sammath, they released an album this year, Across the Rhine is Only Death, it’s very very good. So if Vitriol get any form of success, my excitement will be to elevate and supporting the bands I really like.

Are you coming to France on your next tour with Kiriun ?

Yeah I believe so, in Paris. This tour with Krisiun and Gruesome will be thirty four shows in thirty four days which sound kind of brutal. But yeah we’ll definitely come to France next time.

~Vitriol will play on the 30th of march in Reims –La Cartonnerie and on April the 9th at the Backstage by the Mill - Paris

So … I had a question that I didn’t wrote because it was about Catelyn…

Oh Yeah

But you said on your facebook page you did’nt want to talk about it anymore

I’m fine, what is the question?

You had a huge shitstorm with all this and I don’t really understand why, because to my mind you were only paying tribute to that poor kid and tried to sensitize people on the suicide question.

You are 100% right, for me at the time we made the video of the Parting of a Neck came out, we were not known at all so it’s easy to make decisions like that because the only people that are listening to you are known of the band so they know how you think, it’s a question of context. Now when you don’t know the context and you just see two metal guys and this young girl who is just about giving up, it’s easy for people to come with the conclusion that we’re trying to be edgy or whatever. That was a hard lesson for me. Vitriol’s core message is “We don’t need to walk away from reality to talk about the horrors committed to persons” We deal with the shit the society doesn’t look at and are forcing eyes on a problem. Catelyn killed herself because she wasn’t heard, what a sic irony that’s she’s been silenced even after her death because that makes other people uncomfortable.  Fuck you ! Who gives a shit about yourselves being uncomfortable? You’re not the thirteen years old kid who hung herself to a fucking tree because people didn’t listen to you. Now could I have made a better job contextualizing that ? If I knew that two hundred thousand people would have watched to video I probably would have put a disclaimer or something but at the time I just thought only our immediate friends and theirs will watch it.

Last question we swap roles, it’s your turn to ask a question to metalorgie viewers, and answers will be on the website.

I’ll ask for a simple question, their favorite track on the album, it’ll help us for the next tour.

Maxwell (Novembre 2019)

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment