King Buzzo (Melvins, Fantômas) Paris, 2018

"Je n'aime pas la plupart des groupes, dans tous les genres ! [rires]" King Buzzo



Avons-nous seulement besoin de vous présenter Buzz Osbourne, l'homme dont la coiffure est aussi célèbre que le rire et les riffs lourds comme un séisme dans la faille de San Andreas ? Guitariste des légendaires Melvins et de Fantômas, nous avons pu discuter avec lui avant leur dernier concert à Paris.



Vous allez bientôt sortir un EP avec la participation d'Al Cisneros (Sleep, Om). Comment ça s'est fait ?

King Buzzo : Eh bien, nous lui avons proposé, tout simplement. "Al, on devrait faire ça." "Ouais, bonne idée !" Il est donc venu à LA en février 2018, nous avons passé quelques jours en studio et avons travaillé sur deux chansons. Le résultat est vraiment bon !

Vous avez joué beaucoup de reprises dans votre carrière.

Ça, c'est certain ! 

Qu'est-ce qui rend l'exercice intéressant pour toi ? 

Tu sais, j'ai écrit et enregistré près de quatre cents chansons. C'est bien de faire quelque chose de différent de temps en temps. Nous avons toujours joué des reprises, toute notre carrière. Tu sais, nous sommes des fans de musique. D'énormes fans, c'est aussi simple que ça.

On pourrait considérer Sabbath Bloody Sabbath comme l'album le plus expérimental de la période classique de Black Sabbath. C'est pour ça que vous avez choisi cette chanson ?

Eh bien, Al a choisi celle-là et j'ai choisi l'autre, qui n'est autre que « Black Sabbath ». Celle-là est plus étrange, dans la manière dont nous l'avons faite.

Une question difficile : quel est ton album, votre album préféré de Black Sabbath et pourquoi? Peut-être que tu changes d'avis tous les jours?

Hum, non. Je ne sais pas, peut-être Paranoid. Je crois qu'Electric Funeral pourrait bien être la première chanson que j'ai entendue d'eux. Volume 4 est vraiment bon aussi, mais oui, je dirais probablement le premier album et Paranoid, si je devais choisir. Mais tu vois, j'aime aussi Heaven and Hell, je pense que c'est un très bon disque. J'aime même Born Again, il est super, avec le mec de Deep Purple. Par contre, je ne suis pas un grand fan des derniers qu'ils ont faits avec Ozzy, comme Technical EcstasyNever Say Die...

Il y a de drôles d'histoires autour de ces albums...

Oh je suis sûr qu'il y a beaucoup d'histoires. Je ne sais pas combien d'entre elles sont vraies ceci dit! [rire de Buzz]

Eh bien, c'est dans l'autobiographie de Tony Iommi...

Oh, c 'est vraiment impossible que ce soit un mensonge! [rire de Buzz] Il ne faut jamais rien croire. Tu sais, tout ça c'est... relatif. C'est la meilleure façon de voir les choses, je pense.

La plupart des artistes disent que leur dernière sortie est ce qu'ils ont fait de mieux. Penses-tu la même chose pour votre discographie?

Je n'y pense pas en ces termes. Je ne sais pas, en fait. Nous avons enregistré notre premier album en 1986. Mais me rappeler de ce qui m'a motivé à ce moment-là, je n'en ai aucune idée. Je veux dire, j'en ai une petite idée, mais tout est assombri par trente-deux ans de vie. Mes souvenirs ont peut-être été altérés. Donc je ne sais pas, «est-ce notre meilleur disque? », C'est totalement arbitraire. J'aimais ce disque à l'époque, mais en général, j'aime nos albums et les écoute jusqu'à leur sortie. Puis je passe à autre chose. Il est révélé au public et devient l'album de quelqu'un d'autre. Ce que tu aimes est totalement arbitraire. Si tu considères quelque chose d'aussi simple que la raison pour laquelle tu aimes un certain type de femmes... Je n'en sais rien, certaines personnes aiment certaines choses et d'autres non. Il n'y a aucun moyen d'avoir des certitudes, c'est une chose tellement personnelle. La musique est très importante pour moi, mais ce n’est en fin de compte pas si important que ça. C'est de l'art, ce n'est pas vital. Ce n'est pas important pour quelqu'un qui meurt de faim en Afrique. Il y a des choses qui passent avant. Je n’accorde donc pas beaucoup d’importance à la tradition, à ce sujet. Je pense que ça ne fait pas de mal aux gens de faire les choses d'une manière qui te plaise qui puisse être un peu expérimentale. Il y a déjà assez de groupes qui font les choses d'une manière qui, selon eux, plaira au public. Je ne pense pas que les gens devraient attendre de nous que nous fassions les choses comme ça. Voilà, c'est l'idée. Alors, quel est mon disque préféré de Melvins? Je ne sais pas, je pourrais probablement en citer sept! [rire de Buzz] Mais un seul, je n'en ai aucune idée, la plupart d'entre eux sont tellement différents.



Tu viens de dire qu'après la sortie d'un de tes disques, tu passes à autre chose. Donc, je suppose que tu n'as aucun regret concernant certains disques que vous avez sortis, ou des choses que tu souhaiterais changer dessus ?

Je n'ai aucun regret, ouais. Mais si j’enregistrais notre premier album maintenant, je ferais probablement les choses différemment. J'étais une personne différente à l'époque. Si j'enregistrais des albums que nous avons faits il y a deux ans, je le ferais sans doute différemment. C'est comme faire un film. Tu bosses dessus, tu le regardes, tu te dis : «Ok, je suis content de ça. Et je pense à tout ce que nous avons fait d'autre. Comment ce film se situe là-dedans, est-ce la bonne chose à faire, est-ce que je suis en train de me copier ? » Je ne suis pas vraiment intéressé par ce genre de questions. Est-ce que j'achèterais cet album ? Oui, je le ferais. Mais ça ne veut pas dire que c'est soit blanc soit noir. Etant la personne qui l'a fait, je l'entends différemment que vous. Je me souviens de la façon dont je l'ai écrit, où j'étais quand je l'ai écrit, pourquoi j'ai fait ça, je me souviens de quoi parlent les paroles, toutes ces choses que personne d'autre ne sait. Et ce qui est bizarre, c'est que les chansons sont rarement terminées au moment où je les compose, tu vois ce que je veux dire? Ces chansons sont peut-être sur notre nouvel album mais elles pourraient avoir 20 ans, parce que je ne pouvais pas les finir! Elles sont nouvelles pour les gens qui l'entendent, ce n'est pas nouveau pour moi et je l'entends différemment. Alors les gens vont dire des choses comme: «J'aime la période Stoner Witch des Melvins, bla bla. Je n'aime pas vraiment leurs dernières sorties. » Eh bien, deux de nos dernières chansons ont été écrites lorsque nous avons fait Stonerwitch! Ils auraient pu être sur cet album! Les gens supposent que si c'est un nouvel album, c'est de la nouvelle musique. C'est rarement le cas, je n'ai jamais fait ça en fait. J'ai beaucoup de musiques non terminées, c'est plutôt bon , peut-être que je pourrais faire quelque chose avec. 

Si je ne trouve rien sur le moment, la chanson est stockée et j'y reviens des années plus tard. "Ok, c'est une bonne chanson. Je vais vraiment travailler dessus. Je veux vraiment que ça marche.'' C'est tellement différent de ce que les gens imaginent, la méthode n'est vraiment pas ce que les gens ont en tête. Je n'ai jamais écrit d'albums entièrement nouveau. Je ne pense pas que ce serait vraiment bon d'ailleurs! Tu ne peux pas écrire autant de bonnes chansons aussi rapidement! Je ne peux pas en tout cas, je dois me plonger dans la vaste bibliothèque de ce que je stocke. Parfois, on n'arrive à rien ! Si je perds intérêt pour la chanson, je ne vais pas la finir, tout simplement. Ça ne fonctionne pas, et tout d'un coup, il va se passer quelque chose. Et puis sur d’autres chansons, cela peut être vraiment facile. C'est fait, tu la finis, tu l'écris, hop! Comme une chanson de l'album que nous avons fait avec LustmordPigs of The Roman Empire, il y a la chanson qui s'appelle «The Bloated Pope». Je l'ai écrite en un jour. Et le lendemain, nous l’avons enregistrée, exactement comme elle est sur l’album. [rire de Buzz] Celle-là n'a pas pris longtemps et c'est une de nos meilleures chansons!

C'est la vie !

Ouais c'est ça. C'est étrange. Dans ce genre de situation, il faut laisser la chanson se faire et se mettre en retrait. Elle est bien comme ça, j'aime vraiment, enregistrons-la, montrons-la à Dale. Quelques heures plus tard, c'est enregistré: la batterie est terminée, faisons la basse! J'ai fait la basse sur cette chanson d'ailleurs. Nous avons commencé à 10 heures du matin et nous avions terminé avant midi. [rire de Buzz] C'était facile, mais ce n'est pas toujours comme ça. Certaines chansons prennent des années, comme celle de Nude with Boots intitulée «Suicide in Progress». J'avais cette chanson depuis 1993 à peu près! Je ne pouvais juste pas la terminer, je ne savais pas comment faire la partie du début, je ne savais pas quoi faire ! Elle aurait pu être sur n'importe lequel des albums de cette époque, sur Houdini par exemple. [rire de Buzz]

Ta façon d'écrire a-t-elle changé depuis vos débuts?

Hum, pas le processus, c'est à peu près la même chose. Tu joues de la guitare, il n'y a pas beaucoup d'alternatives à ça, et parfois, tu prends une route qui fonctionne. J'ai écrit et enregistré des centaines de chansons, et elles ont toutes été faites de la même manière. En un sens, c’est comme chercher de l’or : tu as cette gigantesque montagne de merde et ces petites choses de qualité et tu dois faire tout ce travail pour y arriver. Il n'y a pas d'autre moyen, pour moi.

Et le côté business, les tournées, cela a-t-il changé pour vous?

Nous avons commencé à gagner notre vie en jouant de la musique en 1988, mais cela ne veut pas dire que nous avions beaucoup d’argent. Mais nous avons pu gagner notre vie en jouant de la musique. Et je crois que je suis resté fidèle à mes principes : «Je vais faire ce que je pense être bon et si je pense que c'est bon, il y aura d'autres personnes qui pensent que c'est bon parce que je crois avoir bon goût.» Donc, tant que je suis authentique et que je le fais d'une manière qui me plairait en tant que fan, je pense que ça fonctionnera. Et c'est un peu l'attitude qui a été adoptée depuis. C'est tout. Et je sens que tant que je ne m'éloigne pas trop de ça, tout ira bien. Mais cela ne signifie pas que des millions de personnes vont aimer ce qu'on fait! Je pense qu'ils devraient mais même si ça n'arrive pas, tout ira bien! Je ne suis pas en train d'essayer que ça arrive. Mais je ne vais pas éviter que ça arriver non plus ! Je ne me vois tout simplement pas m'inquiéter pour ça. Je vais bien.



Aimez-vous le groupe qui tourne avec vous, Shitkid?

Oui, on les a trouvés en ligne et on se disait «Oh, elles sont supers ! J'ai hâte ». Elles sont totalement différentes de ce que nous faisons, ce qui est très bien, à mon avis. J'aime la variété dans leur musique, je pense qu'elles sont vraiment drôles et que c'est parfait pour nous. Je ne veux pas d'un groupe qui sonne comme nous pour une tournée, non merci!

Alors, comment se passe les tournées avec deux bassistes maintenant? Cela a-t-il changé quelque chose?

Ouais, c'est génial ! Et cela a bien sûr changé quelque chose. Vous avez des gars comme ça, ce sont de très bons musiciens, alors vous les laissez faire, laissez-les faire leur travail! J'étais déjà un grand fan des groupes dans lesquels ils étaient auparavant comme Butthole Surfers et Redd Kross, donc l'idée que je puisse jouer avec ces gars-là compte beaucoup pour moi. Je suis heureux à chaque fois que je monte sur scène avec eux, je ne suis pas déçu.

Pensez-vous que vous jouerez de nouveau Colossus of Destiny avec Adam Jones (Tool) ?

Peut-être mais je ne vais pas retenir mon souffle. Ce serait marrant.

As-tu toujours quelque chose contre les Allemands (NDLR : référence à une blague dans Eggnog) ?

En fait, je n'ai jamais eu de problèmes avec les Allemands! Ou du moins les nouveaux Allemands, j'aurais probablement un problème avec ceux d'il y a soixante-dix ans! [rire de Buzz] Et même alors, ce n'était pas vraiment la faute des gens ... Bien qu'ils aient élu Hitler! [rire de Buzz] Mais cela n'a rien à voir avec les jeunes allemands, ce n'est pas leur faute. Les Allemands sont des fans de musique et l'Allemagne a toujours été très sympa avec nous. Ils nous ont soutenus dès le début, la première fois que nous sommes venus là-bas était vraiment géniale. Ils sont un peu stoïques mais ça va, je le comprends. Ce sont des fans vraiment passionnés.

J'ai posé la question à Dave Lombardo en 2015 et je dois maintenant vous poser la question suivante: existe-t-il des projets pour réformer Fantômas et enregistrer un nouvel album?

Aucune idée. Ce n'est pas mon affaire, c'est le groupe de Mike.

Que penses-tu de la scène dite «stoner» que vous avez contribué à créer avec des groupes comme Sleep ?

Je ne sais pas...

Est-ce que tu aimes ces groupes ?

Eh bien, je n'aime pas la plupart des groupes, dans tous les genres ! [rire de Buzz] Il y a toujours quelques groupes que j'aime et la plupart des autres sont merdiques. Ça a toujours été comme ça, dans tous les genres, comme le heavy metal. Comme les groupes de boogie, quelques-uns sont bons, Jeff [Pinkus] le sait!

Dernière question : ta femme Mackie Osbourne s'est chargée du design du logo de Tool depuis des années. Est-ce que ce sera le cas pour le nouvel album ?

Oui ! Je crois bien qu'Adam [Jones] doit bientôt passer pour voir ce qu'elle a fait. J'ai pu écouter des fragments de l'album, c'était très bon !

Neredude (Novembre 2018)

Photos par Brian Ravaux © 2018

Partager :
Kindle
A voir sur Metalorgie

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire vous devez être connecté. Vous pouvez vous connecter ou créer un compte.

Commentaires

Pas de commentaire pour le moment